FreshMail.com
FreshMail.com
Actualité 2016-17

X’s et O’s Super Bowl 51: Le duel des contrastes

Voici enfin arrivé le match ultime. Un duel de contraste, avec une concession, un coach et un QB qui sont synonymes de Superbowl, contre une concession (et une ville, tous sports confondus) qui n’a à peu près jamais rien gagné, un quart qui peinait à s’élever parmi les plus grands, et un jeune coach. Le contraste s’étend aux styles aussi, les Patriots sont méthodiques, efficaces sans faire de feux d’artifices, alors que les Falcons ont eu l’attaque la plus explosive de la NFL cette année, et leur défense fait sa part de jeux qui se retrouvent à Sportscentre.

Tom Brady a, à lui seul, plus d’expérience au Superbowl que l’ensemble de l’alignement des Falcons. Ces derniers sont aussi une des équipes qui a le plus fait jouer de recrues cette année. Il ne reste quand même aux Patriots que 21 joueurs, qui ont participé au Superbowl, il y a à peine 2 ans, un chiffre qui n’a aucun impact sur le match mais qui montre à quel point les carrières sont courtes dans la NFL pour les joueurs de soutien, et comment le « bas » de l’alignement tourne d’une année à l’autre. Et, c’est sans compter les vétérans comme Chris Long, qui a perdu toute sa carrière, qui sera sûrement prêt pour ce match.

Reste que, donner deux semaines à Darth Hoodie pour préparer son équipe, pendant que les Falcons ont les yeux grands ouverts à vivre la tempête qu’est une présence au Superbowl est un solide avantage à ces vieux loups.

Quand les Falcons ont le ballon

Cliquez pour agrandir

J’ai fait le constat avant les matches de championnat, à quel point les Pats n’ont pas été testés par de bonnes attaques cette année. Lors de ce match, ils ont limité Big Ben, bien que blessé et sans LeVeon. Reste qu’il est de loin, le meilleur quart qu’ils ont affronté cette année, outre Russell Wilson qui s’est amusé contre la tertiaire des Pats (voir la triste liste de Charlie Whitehursts et de Brock Osweilers dans ma chronique de la semaine dernière)

L’attaque des Falcons peut vous battre de bien des façons. Julio Jones est possiblement le meilleur WR de la ligue, et encore plus l’un des plus difficiles à défendre. On s’y attarde, et on se fait battre par l’explosif Gabriel ou le surprenant Sanu. J’ai été surpris de voir qu’ils ne sont que 11e en terme de % de jeux au sol, car la fondation de cette attaque est au sol, avec un duo de RB’s inégalé dans la NFL. Les deux font le même travail et sont interchangeables mais avec des styles différents; les deux sont physiques et peuvent fatiguer une défense, et sont difficiles à couvrir en situation de passe.

Ils vont se frotter à des Pats qui sont très avares. Aucun RB adverse n’a atteint 100 verges au sol face à Matt Patricia et sa barbe bande cette année.

Kyle Shanahan a dit publiquement cette semaine, que si Davonte Freeman n’était pas un RB, il serait un assez bon coureur de tracés pour jouer comme « slot receiver » dans la NFL, le genre de compliment qu’on réservait pour des Marshall Faulk. Les deux, laissés seuls en homme à homme avec les LB’s des Pats, pourraient faire des ravages. Et Shanahan excelle dans l’art de forcer la défensive dans un « matchup » précis, à son avantage, par l’utilisation de motion pre-snap en particulier. En terminant, je crois que les Falcons vont utiliser leur package « 22 » (deux TE, un FB, un RB , donc un seul WR), pour imposer leur volonté et forcer les Pats à défendre leur jeu au sol et le « play-action ».

Cette attaque au sol et la présence de Julio permet aux Falcons d’être efficaces par la voie des airs. Selon ProFootball Reference, sur les passes de plus de 15 verges, Matt Ryan a terminé au 15e rang pour le nombre d’essais, mais premier pour le % de complétion.

Bon, la phrase que je radote à chaque semaine quand je parle des Pats en défense, c’est qu’ils vont éliminer ce que l’autre équipe fait de mieux. Ou, si je me fie sur cet excellent article de Michael Lombardi, un proche de Belichick, ce que les meilleurs joueurs de l’autre équipe font de mieux. Ils ont toujours été une défensive qui préfère accorder des verges mais pas de gros jeux, pas de points (d’ailleurs, ils sont 8e en verges allouées mais 1er en points alloués). On va donc, j’en suis convaincu, commencer par limiter les occasions pour Julio de faire le « gros jeu ». Il ne sera que rarement, sinon jamais, un contre un. Et est-ce qu’on verra en couverture contre Julio Malcolm Butler, le meilleur CB des Pats? Probablement pas, laissant Butler un contre un vs Sanu ou Gabriel. Au poste de 2e CB, les Pats ont utilisé surtout Logan Ryan mais n’ont jamais eu peur d’assigner les joueurs défensifs selon leur style et leur gabarit, et Ryan (5’11) est moins physique que leur 3e CB, Eric Rowe (6’1’’), je ne serais donc pas surpris de voir Rowe suivre Julio, avec toujours de l’aide. Reste que Shanahan a fait là-aussi, match après match, un excellent travail de schémas pour libérer Julio des couvertures qui tentent de l’éliminer. Et si on lui accorde trop d’attention, les Falcons sont parfaitement contents de marquer leurs points autrement, ce qu’ils ont fait tout au long de la saison.

En terminant, en terme de pression, le quatuor de « edge rushers » des Pats (Long, Sheard, Ninkovich et Flowers) n’a rien d’explosif mais ils ont le mérite d’être 4 donc d’en avoir toujours deux qui sont frais. Face au duo de OT des Falcons, ce n’est pas un duel à leur avantage. La pression devra venir de l’intérieur, en particulier face au RG Chris Chester, le maillon faible de cette ligne offensive. Si les Falcons mettent une trentaine de points au tableau, ce sera parce que la pression ne s’est pas rendue, et il sera facile de dire que le résultat aurait été bien différent avec Chandler Jones et Jamie Collins…

Quand les Patriots ont le ballon

Cliquez pour agrandir

Les gros noms sont dans l’autre duel, mais c’est celui-ci qui me fascine le plus. On ne sait plus trop comment classer la D des Falcons. Ils ont joué toute l’année avec 4 recrues sur le terrain, Jones, Campbell, Neal et Poole dans des postes clés (ILB, ILB, SS et Slot Corner), totalisant à eux quatre plus de 3500 jeux (selon ProfootballFocus) sur les environ 1000 jeux que la défense a passé sur le terrain. J’ajoute le jeune Jalen Collins, qui avait peu joué l’an passé, et on parle de 5 joueurs cruciaux, qui ont pris de l’expérience toute la saison et clairement progressé. Ce n’est plus la défense qu’on a mis sur le terrain en début de saison. Mais ça reste des recrues, et je présume que le plan de match des Pats va tout faire pour les confondre et espérer une erreur cruciale en couverture, générant le gros jeu. Edelman face à Poole, particulièrement, inspire toutes sortes d’images de gros jeu sur des tracés à double directions.

On pense beaucoup à Dan Quinn et au système de « cover 3 » des Seahawks, mais 1) j’ai été impressionné de le voir s’ajuster au dernier match et d’attaquer Rodgers en homme-à-homme avec le blitz du « slot corner » puisé dans les succès des Cowboys la semaine précédente et 2) on oublie qu’il n’a passé que 4 ans à Seattle, dont 3 sous Pete Carroll (il était avait été recruté par Jim Mora Jr donc n’était pas un « protégé » de Carroll). Il a bâti sa défense avec plusieurs principes de Carroll en terme de type de joueurs recherchés (Keanu Neal dans le rôle de Kam Chancellor, etc…) mais en terme de livre de jeux, ils ne sont pas aussi « purs » que les Seahawks.

C’est sans doute une bonne chose puisque Kyle Shanahan, dans ses deux matches face à Seattle cette année, a montré plusieurs trucs pour causer de la confusion dans la zone des Seahawks, je suis certain que Bellichick et McDaniels ont remarqué.

On ne sait jamais quel plan de match les Patriots vont adopter d’une semaine à l’autre. Parfois, ils utilisent le supplice de la goutte et lancent des tonnes de passes de 4 verges à Edelman et aux porteurs de ballons, comme au Superbowl il y a deux ans. On les a vus au dernier match en formation à 4 WR attaquer avec beaucoup de panache les zones intermédiaires des Steelers, complétant à volonté passes de 15 verges et plus, et ces derniers étaient contents d’attendre. Et, si vous vous souvenez du match de championnat face aux Colts en 2015 (celui du deflategate, ça vous dit quelque chose?), il y a la version 6 OL, le gros FB et LeGarette Blount en plein visage jusqu’à ce que vous ailliez réussi à les arrêter. Si j’avais à gager, je croirais que ce sera leur approche ici. Ne serait-ce que pour raccourcir le match et garder Ryan et Julio sur les lignes de côté. La DL des Falcons est quand même vulnérable au jeu au sol. Leurs deux jeunes ILB’s sont ultra rapides (et possiblement capable de couvrir White ou Lewis, ce que peu d’équipes peuvent faire) mais plus légers et pas des plaqueurs aussi sûrs face au gros Blount, même chose pour Neal. Et à force de se faire piler dessus, leur inexpérience va paraître, ils vont être un peu trop anxieux de lui rendre la monnaie de sa pièce, et se feront prendre par le play-action par-dessus leurs têtes. Contrairement aux Falcons, le RB qui est sur le terrain vous donne une bonne idée de ce qui s’en vient (Blount est le marteau, White presque exclusivement utilisé dans les situations de passe, et Lewis un peu plus nuancé, ce qui le rend d’autant plus dangereux).

Ils vont aussi sortir du tiroir quelque chose de nouveau qu’ils n’ont à peu près pas fait cette année, juste question de surprendre les Falcons, ou briser certaines de leurs tendances comme celle de courir quand Blount est sur le terrain.

Une chose est sûre, je ne crois pas que les Falcons vont faire comme les Steelers et être patients. Ils vont vouloir tenter de recréer les exploits de Strahan, Tuck et compagnie au Superbowl, et mettre de la pression sur Brady, préférablement au centre de la pochette. Par un Grady Jarrett qui j’aime bien, ou même en utilisant Vic Beasley comme ILB sur un blitz de « Double-A Gap ». S’ils ne se rendent pas à Brady, la soirée sera longue pour les rouges.

Je termine avec Brady. C’est incroyable ce qu’il a accompli à 39 ans cette année. On est loin du quart en fin de carrière qui ne fait que conduire la machine et compléter quelques 3e jeux au moment opportun (i.e. John Elway en fin de carrière), il est encore la pierre angulaire de leur attaque.  Je me demande si la suspension n’a pas joué en sa faveur, lui donnant du temps pour récupérer du camp, l’exposant à 4 matches de moins de contacts, et être en meilleure forme en fin de saison. Peu importe qu’il gagne 4 ou 5 Superbowls, son statut de légende est déjà bien assuré, mais ce match compte beaucoup pour lui personnellement, c’est certain.

Sur ce, je vous souhaite un excellent Superbowl!

Commentaires
En Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre!

FreshMail.com
 

Abonnez-vous à notre Infolettre!

Toutes les nouvelles de la NFL dans votre boîte de réception courriel.

Cocher pour confirmer inscription (vous pourrez vous désabonner en tout temps).

FreshMail.com