FreshMail.com
FreshMail.com
Actualité 2017-18

État des forces NFL : Personne n’arrête les Chiefs

Vous souvenez-vous du match entre les Rams et les 49ers pour clore la première semaine de jeu en 2016? Il s’agissait d’un des matchs les plus plates de l’histoire de la NFL, une victoire de 28-0 des Niners de Blaine Gabbert. Avec ce match arrivait le récit que la qualité du football de la NFL avait considérablement décliné depuis quelques années, propos que l’on a encore entendu lors des premières lueurs de la campagne 2017.

Maintenant, revenons à jeudi dernier. Les Rams affrontaient de nouveau les 49ers et le duel fut l’antithèse de celui de 2016 : longues passes, courses en puissance, revirements, une remontée en fin de match. Bref, un match spectaculaire qui a lui seul a fait oublier des années de morosité du jeudi. Et ce duel n’était que l’entrée pour le repas principal de dimanche, dont les matchs à couper le souffle ont été nombreux. Tout cela pour dire qu’on est rapide sur la gâchette quand les matchs sont ennuyeux, mais qu’on se doit d’apprécier quand on a eu une bonne semaine de football. Et cette semaine, on a eu de l’excellent football.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine précédente.

1 (3). Chiefs (3-0)
Il n’y a pas une équipe dans la NFL qui a été aussi convaincante lors des trois premiers matchs que les Chiefs. Constamment sous-évalués, ils viennent de remporter leur 12e match de suite contre un adversaire de division, au moment où l’AFC Ouest est la division la plus forte du football.

2 (1). Falcons (3-0)
Il semble bien que les Falcons ne laisseront plus jamais filer une avance. Du moins, c’est ce que les Dieux du football ont décidé. Pour la deuxième fois cette saison, ils se sauvent avec un match qu’ils auraient probablement dû perdre.

3 (6). Patriots (2-1)
L’histoire du match aurait dû être l’éclosion de Deshaun Watson. Au lieu de ça, on a droit à un énième (et o combien mérité) hommage envers Tom Brady. C’est franchement impressionnant qu’à 40 ans, il maintient le même esprit de compétitivité et d’engagement qu’en début de carrière.

4 (7). Packers (2-1)
Un autre large favori qui en a arraché dimanche, mais qui s’en est sorti. Ce n’est pas le style qui compte, mais la victoire à la fin. Et pour Aaron Rodgers, il met enfin fin à une vilaine séquence :

5 (2). Raiders (2-1)
Il y a des soirées comme ça où rien ne marche. Pour la première fois depuis longtemps, la ligne offensive des Raiders a perdu le combat des tranchées et Derek Carr n’était pas dans son assiette. Pas le genre de rencontre qui donne le goût de danser sur les lignes de côté.

6 (12). Titans (2-1)
Pour une deuxième semaine de suite, les Titans ont mis beaucoup de points au tableau contre une excellente défensive, et ce, sans que Marcus Mariota joue particulièrement bien.

7 (4). Steelers (2-1)
Les Steelers n’ont pas l’étoffe d’une équipe qui vise le championnat en ce moment et leur prestation à Chicago n’a rassuré personne. Toutefois, leur division est l’une des pires et une victoire à Baltimore la semaine prochaine les mettrait bien en selle pour le reste de l’année.

8 (5). Broncos (2-1)
Les Broncos ont probablement pris les Bills à la légère après leur écrasante victoire contre les Cowboys et ils en ont payé le prix. Von Miller a beau se blâmer pour la défaite, ça, ce n’est pas une pénalité :

Une mauvaise blague, oui, mais pas une pénalité.

9 (11). Vikings (2-1)
L’une des raisons des succès des Vikings en ce début de saison est le travail de Xavier Rhodes. Il a successivement tenu en échec Michael Thomas, Antonio Brown et Mike Evans. Pas un petit exploit.

10 (9). Eagles (2-1)
Tout juste signé de l’équipe de pratique des Bengals, Jake Elliott a raté un placement de 30 verges la semaine dernière. Comment s’est-il repris? Simplement en réussissant un placement gagnant de 61 verges sept jours plus tard pour donner la victoire aux Eagles!

11 (13). Cowboys (2-1)
Tout est rentré dans l’ordre à Dallas… du moins pour une semaine. Le cirque ambulant qui suit les Cowboys a tendance à toujours exagérer les moindres faits et gestes de l’équipe. Une victoire lors du match du lundi soir ainsi que le premier touché de la saison d’Ezekiel Elliott va certainement apaiser les tensions autour du porteur de ballon.

12 (15). Lions (2-1)
Pauvres Lions! Ils jouent du bon football, tiennent tête aux Falcons, finissent par prendre les devants sur le « dernier » jeu du match, mais se font avoir par un règlement douteux. Pour Golden Tate, il sait maintenant ce que ça fait d’être de l’autre côté de la médaille :

13 (18). Redskins (2-1)
Le porteur de ballon Chris Thompson avait montré des signes de son talent dans le passé, mais jamais comme cela! Personne n’est capable d’arrêter le joueur de quatrième année en ce moment, et soudainement, on ne parle plus des porteurs de Redskins comme leur maillon faible en attaque.

14 (8). Seahawks (1-2)
Si c’est l’offensive qui avait fait défaut aux Seahawks depuis le début de la saison, c’est la défensive qui a flanché contre les Titans. Indiscipline, plaqués ratés en poursuite, l’unité dominante de Seattle a déjà mieux paru.

15 (20) Texans (1-2)
Une étoile est née à Houston. Ou plutôt en Nouvelle-Angleterre. Deshaun Watson a donné toutes les misères du monde aux Patriots, et même s’il n’a pas été parfait, il commence à démontrer les mêmes qualités que l’on a vues lors de la victoire de Clemson contre Alabama.

16 (21). Bills (2-1)
J’ai été très critique envers les Bills récemment, mais dans un match où Tyrod Taylor est resté nez à nez avec la défensive des Broncos, je n’ai d’autres choix que de m’incliner. Quand on y pense, ils ne sont qu’à un mauvais tracé de Zay Jones d’une fiche immaculée.

17 (10). Buccaneers (1-1)
Comme si l’humiliation subie aux mains de Case Keenum n’était pas assez, les Bucs perdent Lavonte David pour un mois, Noah Spence s’est disloqué l’épaule, Gerald McCoy a aggravé sa blessure à la cheville et Jameis Winston s’est fait frapper par la foudre. Ok ok, Winston ne s’est pas fait frapper par la foudre, mais tout le reste est assez considérable.

18 (14). Ravens (2-1)
C’est à se demander si Joe Flacco s’est réellement remis de sa blessure subie au mois de juillet. En trois matchs cette saison, il lance en moyenne pour 122 verges et s’est fait intercepter plus souvent (4) qu’il n’a réussi de passes de touché (3).

19 (23). Saints (1-2)
Les Saints avaient bien besoin de cette victoire en Caroline, alors qu’ils ne pouvaient se permettre un dossier de 0-3 avant de s’envoler à Londres. Pas de controverse concernant Kenny Vaccaro cette semaine, lui qui s’est même permis une interception.

20 (17). Panthers (2-1)
Il y a de sérieuses questions à se poser envers Cam Newton. Oui, la ligne offensive est minable, Greg Olsen est absent et Newton lui-même se remet d’une blessure. Mais il ne devrait pas en arracher contre la défensive des Saints. La défensive des Saints, Cam!

21 (27). Jaguars (2-1)
Les Jaguars de Londres sont sans aucun doute la meilleure version des Jaguars. Ils ont remporté leurs trois derniers matchs dans la capitale anglaise et les Londoniens vont bientôt commencer à surnommer le quart de l’équipe Sir Blake Bortles!

22 (25). Rams (2-1)
La version des Rams de Sean McVay est l’antithèse de celle que dirigeait auparavant Jeff Fisher. Une attaque dynamique, qui propose plusieurs facettes et qui, surprise, marque des points. Et une défensive qui en accorde pratiquement autant. J’aime beaucoup cette nouvelle version.

23 (16). Dolphins (1-1)
Je trouvais mon collègue @lemaraudeur un peu difficile avec les Dolphins dans son État des forces présaison en les plaçant au 25e rang. Aujourd’hui, je comprends un peu mieux sa décision. Les Dolphins ont été M.I.A. à New York, possiblement la pire humiliation de la semaine n’eût été des Ravens.

24 (19). Chargers (0-3)
Le passage des Chargers à Los Angeles est pénible. Ils ont perdu leurs trois premiers matchs, ils sont incapables de remplir un stade de 27 000 personnes (moyenne de 57 000 l’an dernier à San Diego), Phillip Rivers en arrache, et le stationnement est cher… très cher!

25 (22). Cardinals (1-2)
Je me sens mal pour Larry Fitzgerald. Encore une fois, il fait des miracles pour garder son équipe dans le match, et encore une fois, tout s’écroule autour de lui. Malgré la défaite, il nous aura au moins laissé ce petit bijou :

26 (24). Giants (0-3)
Odell Beckham est un joueur polarisant. On l’aime, on le déteste, il peut être fatigant, exubérant, arrogant. Mais c’est quand il laisse son talent parler qu’il est au sommet de sa forme. Il a presque ramené les Giants sur le chemin de la victoire à lui seul au quatrième quart contre les Eagles.

27 (26). Bears (1-2)
Les Bears ont compris comment gagner un match : courir avec le ballon le plus souvent possible. Le duo Jordan Howard-Tarik Cohen est l’un des plus dangereux de la ligue. Regardez comment Tarik Cohen contourne J.J. Wilcox (no.27) et lui enlève son âme au passage :

28 (28). Bengals (0-3)
Tony Romo a fait une entrée remarquable comme analyste à CBS, alors qu’il nous partage un mélange de son très haut QI de football à son plaisir à regarder les matchs. Et parfois, il nous démontre ce qui faisait la différence entre lui et les quarts moins bons dans la ligue (désolé Andy Dalton) :

29 (31). Colts (1-2)
Les Colts doivent être satisfaits de la façon dont Jacoby Brissett s’est débrouillé lors des deux derniers matchs. Il n’est peut-être pas spectaculaire, mais donne une option viable aux Colts en attendant le retour d’Andrew Luck.

30 (32). Jets (1-2)
Les Jets n’ont pas juste remporté la victoire contre les Dolphins, ils ont dominé le match dans toutes les facettes du jeu. Pas mauvais pour une équipe avec le pire alignement de la dernière décennie.

31 (30). 49ers (0-3)
Les partisans des Niners comprennent que l’équipe est en reconstruction et ils vont prendre les défaites si leur équipe montre ce genre d’effort chaque semaine. Il y a longtemps qu’on avait eu autant d’ambiance dans les estrades de Santa Clara San Francisco.

32 (29). Browns (0-3)
Je croyais bien qu’on avait changé d’époque avec les Browns et que cette année, je n’aurais pas à les placer au dernier rang de l’État des forces. Mais non, il faut croire que les Browns sont accrochés à la lanterne rouge.

Commentaires
En Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre!

FreshMail.com
 

Abonnez-vous à notre Infolettre!

Toutes les nouvelles de la NFL dans votre boîte de réception courriel.

Cocher pour confirmer inscription (vous pourrez vous désabonner en tout temps).

FreshMail.com