FreshMail.com
FreshMail.com
Actualité 2017-18

Wild Card 2018 : Analyse et observations dans l’Américaine

Les Titans et les Jaguars sont sortis vainqueurs des matchs de Wild Card dans l’Américaine, mais les deux ont emprunté un parcours bien différent pour s’en sortir. Alors que les Titans ont causé la surprise de la fin de semaine revenant de l’arrière à Kansas City, les Jaguars ont été fidèles à leur identité et ont étouffé les Bills dans un duel à bas pointage.

Derrick Henry et Marcus Mariota renversent les Chiefs

À l’aube de leur premier match en séries en neuf ans, les Titans apprenaient qu’ils fouleraient le terrain des Chiefs en l’absence de leur porteur de ballon partant, DeMarco Murray. Ultimement, c’est ce qu’on aura appelé une addition par soustraction. Son remplaçant Derrick Henry a profité de sa confrontation contre la pire défensive contre le jeu au sol de la NFL pour s’éclater et les Titans ont réalisé une improbable remontée pour surprendre les Chiefs.

La rencontre avait pourtant des allures de massacre au profit de l’équipe à domicile après 30 minutes. Les Chiefs, largement favori, avaient les devants 21-3, mais on avait l’impression que c’était 49-0. Le trio Kareem Hunt-Travis Kelce-Tyreek Hill était en symbiose, alors que chacun trouvait le moyen d’exploiter la défensive des Titans surmenée à sa façon.

Et de l’autre côté, tout semblait décousu chez les Titans. Eric Decker laisse filer un ballon entre ses mains, Marcus Mariota rate ses receveurs et est victime d’une interception en territoire ennemi, la défensive alloue 75 verges et un touché en moins de deux minutes à l’attaque des Chiefs sans Travis Kelce pour clore la demie. Et ç’aurait pu être pire. Derrick Henry et Mariota ont tous les deux échappé le ballon, le premier qui roule et sort sur les lignes de côté, le deuxième où l’arbitre siffle trop vite. Bref, rien n’indiquait un éventuel retour.

On a échangé nos équipes

C’était toutefois mal connaître le caractère des Titans. Henry et Mariota ont été fumants en deuxième demie, menant les Titans vers 19 points sans réplique. En fait, les Titans n’ont pas été arrêtés une seule fois durant la demie. Ils ont marqué trois touchés en quatre possessions, et sur l’autre, ils ont écoulé le temps restant à la rencontre.

Henry, que plusieurs voulaient voir dans le rôle de partant depuis quelques mois, a été le catalyseur de ces séries à l’attaque. Il a démoli le front défensif des Chiefs pour 156 verges en 23 courses, dont un long touché de 35 verges où la ligne à l’attaque lui a ouvert un gigantesque couloir.

Pendant ce temps, le jeu aérien s’ouvrait et Mariota retrouvait son rythme après une première demi-heure à oublier. Il a encaissé un violent coup de Derrick Johnson tout juste avant l’entracte et ce choc l’a réveillé. Il a joué de chance en attrapant une passe de touché lancé par lui-même, mais pour le reste, il avait toutes les solutions. Il a notamment obtenu trois premiers jeux avec ses jambes et rejoint Eric Decker sur 22 verges pour donner une première avance aux Titans avec six minutes à faire au match. Mais encore, il a été parfait en troisième essai, terminant 7 en 7 pour la demie.

Son plus gros jeu est toutefois arrivé lorsqu’il n’avait pas le ballon. En troisième essai et 10, alors qu’un premier jeu confirmait la victoire à son équipe, il a effectué un bloc percutant sur Frank Zombo, permettant à Derrick Henry de franchir la distance. Le genre de jeu qui amène tes coéquipiers à se battre corps et âme pour toi.

Si les Titans ont renversé la vapeur après l’entracte, c’est tout le contraire pour les Chiefs. Leur manque de profondeur a été exposé lorsque Travis Kelce et Chris Jones ont quitté la rencontre. Les deux joueurs ont manqué presque toute la deuxième mi-temps à cause de blessures.

Plus de symbiose à l’attaque sans Kelce, alors que les Titans pouvaient mettre toute leur énergie sur Kareem Hunt et Tyreek Hill. Et plus de jeu percutant en défensive, alors que Jones était le seul joueur des Chiefs à avoir un impact majeur sur le front défensif. Même lorsqu’ils ont profité d’un revirement sur un retour botté, ils n’ont pu concrétiser, alors que le botté de placement d’Harrison Butker a frappé la tige à gauche.

Le meneur pour les verges au sol dans la NFL Kareem Hunt n’a obtenu que 11 courses durant la partie, dont cinq en deuxième demie, alors que les Titans avaient le contrôle du temps de jeu. Beaucoup ont critiqué cette approche, mais notez ceci : on ne peut reprocher leur choix de jeux en première demie, ils étaient explosifs. Et en deuxième demie, ils n’ont eu que quatre possessions, dont une s’est soldée par une passe échappée d’un remplaçant à Kelce et une autre alors que l’équipe tirait de l’arrière. Au mieux, on aurait pu donner une course ou deux de plus.

Peu importe, cette défaite signifie que les Chiefs n’ont pas gagné de match de séries depuis que Joe Montana portait leur uniforme. Elle signifie également qu’Alex Smith a une fiche de 2-5 en séries et Andy Reid 11-13 (mais 1-6 depuis 2009). Il y aura beaucoup de questionnement à Kansas City durant le printemps.

Jeu du match :

La passe de Mariota à Mariota était spectaculaire, mais chanceuse. Son bloc, lui, était grandiose.

Un rendez-vous raté pour les Bills

L’histoire de cette première fin de semaine d’éliminatoire était la présence des Bills en séries, une première en 18 ans. Il faudra toutefois attendre un peu plus longtemps avant de les voir gagner, alors que les Jaguars ont eu le dessus dans un match défensif, et avouons-le plutôt erratique.

Le pointage final de 10-3 en dit d’ailleurs beaucoup sur l’allure de la rencontre. Ce combat de botteur de dégagement a vu les deux équipes dégager 17 fois sur 22 possessions et les deux quarts-arrière être limités à moins de 150 verges par la passe.

On connaissait l’ampleur du défi chez les Bills : la défensive des Jaguars a été la meilleure de la NFL durant la saison. On avait besoin d’une exécution impeccable en offensive, d’un LeSean McCoy au sommet de sa forme et de forcer Blake Bortles à commettre des revirements. Dans les trois cas, ils ont échoué.

McCoy a joué un bon match l’ensemble, amassant 119 verges au total et étant l’auteur des seuls jeux explosifs de son équipe, mais il était clairement ralenti. Le simple fait de le voir sur le terrain était un exploit en soi.

Pour l’exécution, on repassera. Ils n’ont eu qu’une présence dans la zone payante dans tout le match et ont effectué huit jeux pour finalement se contenter d’un placement, leurs seuls points. On notera entre autres un premier essai et une verge à la porte des buts où ils ont opté pour un fade à Kelvin Benjamin contre l’un des meilleurs demis de coin de la ligue en Jalen Ramsey. Le résultat : passe incomplète, obstruction offensive de Benjamin, on repart à la ligne de 11. Pas un seul essai pour McCoy de cette distance.

Ailleurs, Tyrod Taylor et ses receveurs ont connu un match misérable. En plus de la pénalité à Benjamin, les receveurs des Bills ont échappé des passes, couru des tracés trop courts en troisième essai, obtenu une punition pour avoir retenu qui annule une course de 40 verges de McCoy, en plus d’être incapable de réaliser un attrapé contesté. C’est sans compter que lorsqu’ils étaient démarqués, Taylor ratait la cible ou optait pour une course.

Quand Blake Bortles se prend pour Michael Vick

On avait demandé à l’entraîneur-chef des Jaguars Doug Marrone avant la saison combien de passes il voudrait que Blake Bortles lance par match, idéalement. Sa réponse : zéro. Et si jamais vous regardiez Bortles pour la première fois ce dimanche, vous avez compris ce que Marrone voulait dire.

Il a été tout aussi mauvais que Taylor, sinon pire. Il a constamment manqué ses receveurs, la plupart du temps dans les zones courtes. Les Bills n’ont pas forcé de revirement contre Bortles, mais c’est qu’ils ont manqué de chance. Le quart des Jags a échappé deux fois le ballon (une fois recouvert par Leonard Fournette, une fois par lui-même) et n’était pas loin d’une interception à quelques reprises.

Bortles s’est tout de même trouvé un moyen de se rendre efficace quand il a commencé à courir avec le ballon. Il a ultimement obtenu plus de verges au sol (88) que par la passe (87) et ses courses ont donné un peu de rythme à son attaque.

Par exemple, les Jaguars ont pris le ballon avec 40 secondes à faire à la première demie à leur ligne de 47 et Bortles a réalisé des courses de 20 et 12 verges pour placer son équipe en position de placement, pour égaler la marque à 3-3.

Ensuite, sur la série à l’attaque où les Jaguars ont marqué l’unique majeur, ils ont opté pour 12 courses, dont trois par Bortles, contre seulement trois passes. Le groupe d’entraîneurs a compris que son quart était dans un mauvais état d’esprit et s’est concentré sur l’attaque au sol. À partir de cette possession jusqu’à la fin, le ratio course/passe a été de 22/6.

Enfin, ce serait un peu injuste de placer le pointage des Bills dans l’unique optique d’un échec offensif. Fidèle à sa réputation, la défensive des Jaguars a joué un grand match, ne donnant aucun répit au groupe de Tyrod Taylor.

Ce revers est dommage pour les partisans des Bills, mais la léthargie terminée, ils pourront enfin viser plus haut. Avec toute cette publicité et les dons octroyés à la fondation d’Andy Dalton, ils pourront se consoler en voyant leur base de fidèle s’agrandir.

Jeu du match :

Un touché, l’œuvre de Ben Koyack (qui?), fut suffisant pour les Jaguars.

Commentaires
En Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre!

FreshMail.com
 

Abonnez-vous à notre Infolettre!

Toutes les nouvelles de la NFL dans votre boîte de réception courriel.

Cocher pour confirmer inscription (vous pourrez vous désabonner en tout temps).

FreshMail.com