FreshMail.com
Actualité 2017-18

Jon Gruden à Oakland: à quoi s’attendre des Raiders?

On l’attendait depuis des années, le retour de Chuckie sur les lignes de côté est maintenant officiel. Il a reconnu qu’il avait des preuves à (re)faire, mais c’est certain qu’une embauche comme celle-là attire l’attention!

D’abord, il n’est peut-être pas à jour donc son choix d’adjoints était primordial. Il a fait une excellente embauche en Paul Guenther (ex-DC des Bengals) pour superviser sa défensive. Il y est allé avec des visages connus, Vince Bisaccia pour ses unités spéciales et Greg Olson comme coordonnateur offensif (les deux ont occupé le même poste avec lui aux Bucs). Ce même Olson qui a déjà failli à la tâche dans ce même rôle avec les Raiders et les Jaguars. Gruden va faire lui-même les choix de jeux en attaque, ce qui m’inquiète un peu. La NFL a changé depuis son départ, et force est d’admettre que dans ses dernières années, il était loin d’être un génie offensif. En 14 ans dans le rôle du « play-caller », son équipe n’a terminé dans le top 12 en attaque que quatre fois.

Regardons maintenant dans quoi il s’embarque, et à quoi s’attendre des Raiders sous Gruden.

(Note: une situation favorable pour un coach est 1) une organisation qui a un QB 2) une organisation stable, cohérente qui me donnerait le temps et les moyens de réaliser ma vision 3) du talent dans l’équipe 4) une situation permettant d’acquérir du talent, donc de l’argent sous le plafond salarial, des choix, et un 2e étage capable d’identifier de bons joueurs.)

Les Raiders ont un QB auquel ils sont commis financièrement en Derek Carr. L’an dernier, je l’avais classé 7e dans mon classement de QBs pour 2016.

Classement rétroactif 2016: Les QB – le monstre à 3 têtes

Je n’ai pas fait mon 2017, mais il va certainement reculer substantiellement après une saison difficile. Certains ont dit qu’il aurait de la difficulté, au plan personnalité, à cohabiter avec un dur comme Gruden. Je ne sais pas. Mais d’un point de vue style de quart, il cadre bien avec ce que Gruden aimait, à une exception près: disciple de Mike Holmgren et pur héritier spirituel de Bill Walsh et du « West Coast Offense », Gruden n’a jamais été un fan du « shotgun ». Carr, a l’université et au secondaire, était presque exclusivement un QB de shotgun, et c’est encore là où il est le plus confortable. On est en 2018, ça va prendre un compromis.

La direction dans laquelle s’engagent les Raiders est assez claire: garder les fans et les commanditaires de Oakland intéressés pendant la période tampon, et vendre des licences, des loges et des billets de saison à Las Vegas. Avec un contrat de 10 ans en poche, Gruden aura le temps de s’implanter, Mark Davis devra être patient n’ayant pas les moyens de payer deux coaches, surtout à ce prix.

Je déteste quand un coach arrive et chambarde le système de jeu, et se plaint que les joueurs ne cadrent pas avec son système. Ce ne sera pas le cas ici, d’un point de vue philosophie je crois qu’il cadre bien avec le personnel des Raiders: grosse OL physique, attaque au sol, courtes passes, défensive prudente et rapide. On l’a connu comme coach et comme analyste, il aime bien courir avec la balle, « pound the rock » comme il dit, plutôt que de passer pour  ouvrir la course comme un Andy Reid par exemple. On peut bâtir autour de Carr, Khalil Mack (qu’il faudra mettre sous contrat à long terme), Amari Cooper, un intérieur de OL efficace mais grassement payé, et de jeunes DB’s à développer (Conley, Joseph, Melifonwu).

Au niveau des ressources, ils repêcheront au 10e rang, et on tous leurs choix sauf leur 5e mais un 6e en plus. Ils n’ont seulement que 18M$ de disponibles sous le plafond, mais peuvent faire un peu de place en signant Mack à long terme, ou encore en laissant filer Jared Cook, David Amerson, et Bruce Irvin et peut-être des décisions plus difficiles concernant Michael Crabtree, Donald Penn, Sean Smith ou Kaleche Osemele. Bref, ils sont quand même serrés et ne pourront pas encore sortir de la grosse argent pour signer des agents libres. Il faudra que les jeunes repêchés des dernières années (surtout dans la tertiaire) progressent, et que le DG Reggie McKenzie fasse de bons choix. Son historique au repêchage est plutôt mauvaise, sauf l’année où il a gagné la loterie en acquérant Mack, Carr et Gabe Jackson l’un après l’autre.

Constat: Gruden sera certainement intriguant à suivre. Ce genre d’embauche spectaculaire réponds rarement aux attentes. Certains ont réussi après de longues absences, comme Dick Vermeil, mais c’est l’exception. On verra si le fait d’être associé de si près à la ligue avec le MNF, lui a permis de rester « à jour » et capable de communiquer avec les jeunes qui étaient encore aux couches quand il a gagné le Superbowl.

Les meilleurs moments de la conférence de presse à Jon Gruden

À LIRE ÉGALEMENT…

Suivi – Carrousel d’entraîneurs 2018

 

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre!

Toutes les nouvelles de la NFL dans votre boîte de réception courriel.

Cocher pour confirmer inscription (vous pourrez vous désabonner en tout temps).

FreshMail.com