Actualité 2017-18

Super Bowl 2018 : un feu d’artifice pour clore la saison

Pour le partisan moyen des Eagles ou des Patriots, le Super Bowl 2018 était le match qui pouvait soit consacrer son équipe, soit laisser des « si ça c’était arrivé, on serait champion » pour la prochaine année. Peu importe la façon, c’est le résultat qui compte. Mais le Super Bowl, c’est plus que ça. C’est un événement planétaire, une occasion de se rassembler entre famille ou amis, une festivité à l’image d’une fête religieuse ou d’une célébration d’indépendance. Alors, au-delà du gagnant, ce qu’on souhaitait surtout, c’était un bon spectacle.

Et pour une deuxième année consécutive, on l’a eu notre spectacle. Attrapés divins, jeux truqués, un quart-arrière négligé qui est soudainement possédé par Joe Montana, un quart légendaire à la hauteur de sa réputation, et bien entendu, deux défensives qui se sont absentées.

Nick Foles, joueur par excellence, comme on l’avait tous prédit

Les Eagles remportent ainsi leur premier Super Bowl dans le match le plus offensif de l’histoire de la NFL. Leur quart-arrière Nick Foles, un vulgaire substitut lancé dans la cage aux lions à partir de la 14e semaine, a connu le match de sa vie. En tout, c’est 373 verges, trois passes de touché et un touché sur une réception qu’il a amassés. Les statistiques sont parfois mensongères, mais pas ici. Quand les Eagles ont eu besoin de leur quart, il a monté son niveau d’un cran.

Oui, parce que, malgré le match au-delà des attentes, les Eagles tiraient de l’arrière au quatrième quart avec moins de 10 minutes au cadran. Un seul point séparait les équipes, mais les Pats prenaient les devants pour la première fois du match. Personne n’aurait pas été surpris si les favoris avaient maintenu leur avance. Qu’à cela ne tienne, Foles a engendré une séquence de 14 jeux et 75 verges en sept minutes et une seconde, complétant au passage deux troisièmes essais et un quatrième essai, vers un touché de Foles à Zach Ertz. Deux jeux après le touché, Brandon Graham arrachait le ballon des mains de Tom Brady et le match était pratiquement terminé.

De tous les exploits de Foles, on retiendra cette séquence, son efficacité en troisième essai et le placement de ses ballons sur les jeux d’impact. Les Eagles ont terminé le match 10 en 16 sur les troisièmes essais, dont 9 des 10 réussites résultant d’une passe du quart des Eagles. On peut compter sur les doigts d’une main les passes qu’il a raté, mais surtout, sur des jeux importants comme les passes de touché à Alshon Jeffery et Corey Clement, le placement du ballon était parfait. C’est sans surprise qu’il a ravi l’honneur du joueur par excellence.

Ailleurs en offensive, la ligne à l’attaque des Eagles a été phénoménale, ne permettant aucun sac et ouvrant d’énormes corridors pour LeGarrette Blount et Jay Ajayi. Ces ouvertures ont forcé les Pats à respecter le jeu au sol et ont ouvert des brèches pour Foles. On doit aussi donner beaucoup de crédit au groupe d’entraîneurs, dont le plan de match était sublime. On dit que l’on doit garder ses meilleurs jeux pour les meilleurs moments, et en quatrième essai à la porte des buts, avec une avance de 15-13, la passe latérale vers Trey Burton, qui passe à son tour à Foles pour un touché, c’était du génie.

Offensive historique, occasions ratés chez les Pats

De l’autre côté du ballon, il est difficile de blâmer les Pats pour quoi que ce soit. Après tout, ils se sont rendus dans le territoire des Eagles lors de leurs neuf premières possessions! En fait, la première fois que les Pats n’ont pas réussi à s’y rendre, c’est lorsque Graham a provoqué l’échappé de Brady.

Je retiens toutefois deux jeux en première demie qui ont forcé les Pats à du football de rattrapage. D’abord en troisième essai, Brady remet le ballon à Brandin Cooks sur un jeu renversé et il n’a que deux verges à franchir pour atteindre la ligne du premier essai. Seul Rodney McLeod se retrouve devant lui et Cooks a le choix entre déborder à gauche ou à droite. Il choisit plutôt de sauter par-dessus McLeod, une stratégie qui échoue lamentablement, d’autant plus que les Pats n’essaieront pas le quatrième essai, optant pour une tentative ratée de placement.

L’autre jeu est similaire à la réception de touché de Nick Foles. Sur un autre troisième essai, Danny Amendola reçoit le ballon sur un jeu renversé et le passe vers Tom Brady. Le quart des Pats échappe toutefois le ballon alors qu’il a le champ libre devant lui pour obtenir une vingtaine de verges de plus. Cette fois, les Pats tenteront le quatrième essai, sans succès. Considérant la situation, c’est 10 ou 14 points qu’ils ont échappés avec ces deux bévues.

Pour le reste, ils ont joué du grand football (en offensive). Si un manque d’exécution a limité les Pats à un touché en première demie, ils ont atteint la zone des buts à chacune de leurs trois premières possessions de la deuxième mi-temps. Brady a battu son propre record pour le plus grand nombre de verges par la passe en séries avec 505. Il a trouvé les nombreuses brèches dans la défensive des Eagles pour rejoindre Amendola, Chris Hogan et Rob Gronkowski à profusion. On avait l’impression que les Eagles oubliaient un joueur des Pats à tous les trois jeux tellement certains des receveurs étaient libérés.

Défensives recherchées

Si ce match devait illustrer que la défensive gagne les championnats, plus personne ne voudra croire en cet adage. À l’exception de l’échappé forcé par Brandon Graham, les défensives des deux équipes ont assisté à ce spectacle de la même façon que nous devant notre écran.

On savait que la défensive des Pats était vulnérable et cela a paru plus que jamais. Elle aura terminé sa saison de la même façon qu’elle l’a commencée. Cependant, ç’aurait pu être moins mauvais, mais pour une raison que l’on ignore, le demi de coin Malcolm Butler n’a pas joué un seul jeu défensif de la rencontre. Le même Malcolm Butler qui a joué les héros il y a trois ans et qui a été nommé au Pro Bowl en 2015. Butler avait somme toute bien fait cette saison, jouant plus de 96 % des jeux défensifs de son équipe. À voir comment les Eagles ont tricoté la défensive des Pats, Butler aurait certainement fait une différence. Cette fois-ci, Bill Belichick l’a échappé.

Du côté des Eagles, on s’attendait également à mieux. Ils ont mis de la pression sur Brady, mais pas assez pour récolter un seul sac avant les dernières minutes du quatrième quart. Et lorsque Brady décochait ses passes, on sentait qu’il y avait un manque de communication, laissant régulièrement un joueur démarqué.

Mais bon, tout a été pardonné grâce à Brandon Graham. L’ailier défensif jouait à la position de plaqueur pour ce jeu en particulier, et a battu l’excellent Shaq Mason et a poussé le ballon hors des mains de Brady. La recrue des Eagles Derek Barnett récupérait le ballon, Philadelphie célébrait et ce match complètement fou prenait fin deux minutes plus tard par la marque de 41-33.

Jeu du match

De tous les jeux spectaculaires issus de ce match, celui-là était le plus beau. Foles pourrait donner des leçons à Brady sur comment attrapé un ballon!

Venez revivre les éliminatoires 2018 en cliquant ci-dessous

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut