FreshMail.com
Actualité 2017-18

Classement Rétroactif 2017 – QB

Tom Brady-Cam Newton-Carson Wentz-Matthew Stafford

Je fais l’exercice chaque année: classer les QBs de la NFL, dans l’ordre et par groupe, du meilleur au pire. Sans égard à leur âge, avenir, potentiel ou réputation, seulement leur production au cours de la saison qui vient de se terminer. Je le fais parce que trop souvent, on a tendance à dire d’un QB qu’il est « top10 »… jusqu’à ce qu’on liste 14 ou 15 gars qu’on préférerait avoir!

Je vous donne aussi pour chacun son classement selon profootballfocus, son rang dans le coefficient selon la formule de la NFL, et son rang dans mon classement de l’an dernier

Classement rétroactif 2016: Les QB – le monstre à 3 têtes

1er groupe: L’Élite

Le genre de QB qui rend tout le monde autour de lui meilleur, et avec qui vous avez toujours une chance

1) Tom Brady, NE (1er PFF, 4e rating, 1er en 2016)
Que dire de plus. Sans Edelman, mais avec Gronk. Avec une OL moyenne et une attaque au sol moyenne.

2) Drew Brees, NO (4e, 2e, 6e)
On pensait qu’il se dirigeait vers la 2 e catégorie en devenant plus un « game manager », mais il y a eu quelques matches, dont celui en séries contre les Vikings, où il a fallu qu’il prenne le match en mains et il l’a fait comme dans le temps.

3) Aaron Rodgers, GB (11e, 9e, 2e)
Des fois, c’est quand on ne joue pas qu’on voit la différence. Si on exclu son match contre les Panthers où il n’était clairement pas à 100%, les Packers ont été 4-1 avec lui, et 3-7 sans lui. On lui en demande tellement plus qu’aux autres, et il réussit avec routine des jeux que les autres n’essaient pas, tout en étant très rarement intercepté donc sans prendre de gros risques, ce qui est phénoménal.

4) Carson Wentz, PHI (5e, 5e, 23e)
J’avais #2 dans mon premier jet mais j’ai changé d’idée pour la même raison que j’ai montré Rodgers d’un cran. Nick Foles est certainement meilleur que Brett Hundley, mais les performances des Eagles sans Wentz laissent croire que le système y était quand même pour beaucoup dans les performances de Wentz. Reste qu’il a été excellent, capable de faire tous les jeux, avec constance et un sens du gros jeu au bon moment, en plus d’exceller dans la zone payante.

2e groupe: Les Bons

Ces gars-là peuvent gagner ou produire à haut niveau s’ils ont un minimum de soutien, et vont garder votre équipe compétitive sauf si tout s’écroule autour d’eux

5) Matt Ryan, Atl (2e, 17e, 3e)
Les Falcons ont pris du recul mais le jeu de Ryan a à peine chuté. C’est le système autour de lui qui était loin d’être aussi performant. Il a aussi été victime d’interceptions chanceuses (le « butt pick » de Marshon Lattimore!) et de longues passes passant à un cheveu de changer les stats et le résultat du match.

6) Ben Roethlisberger, Pit (3e, 15e, 10e)
Il produit comme les gars du premier groupe, mais il est tellement mieux entouré. Bell et Brown sont possiblement les meilleurs de la ligue à leur position et de potentiels pour le Temple de la Renommée. On ajoute Bryant et JuJu, et une ligne de premier plan. Pas le choix de le déclasser un peu.

7) Philip Rivers, LAC (8e, 11e, 11e)
Il a encore de la difficulté à finir les matches, et un peu tendance à lancer l’interception qui tue quand il ne faut pas. Mais pendant une série de 6 ou 7 matches en milieu de saison, il avait l’air d’un MVP. On oublie comment souvent dans sa carrière il a joué derrière une OL défaite et un groupe de receveurs rapiécé. Quand son entourage est adéquat, il performe à haut niveau.

8) Russell Wilson, Sea ( 6e, 12e, 4e)
Capable du meilleur comme du pire. Comme il improvise autant par nécessité derrière cette OL horrible, il nous montre plusieurs jeux incroyables par match, surtout quand ça compte. Par contre, il lui arrive d’improviser quand ce n’est pas nécessaire plutôt que de prendre ce que la défense lui laisse et de faire le jeu évident. Ça fait des résultats inconstants. J’ai l’impression que c’était pire cette saison.

9) Matthew Stafford, Det (14e, 7e, 8e)
Une équipe et un joueur qui me laissent toujours sur mon appétit, mais considérant leur complète aversion pour le concept d’implanter une attaque au sol, il est souvent laissé à lui même. Avouons que, avec deux minutes à faire pour revenir de l’arrière, il est certainement un de vos premiers choix.

10) Jimmy Garoppolo, SF (10e, 10e, non-classé)
Est-ce trop haut? Il n’est pas parfait, mais ce qui était une attaque anémique sous Brian Hoyer et CJ Beathard est devenu prolifique avec sa présence. Pas juste les stats, je suis retourné regarder chaque jeu pour plusieurs matches et il est le « real deal ».

Jimmy Garoppolo 4-0 avec les Niners. Mirage ou sauveur?

11) Alex Smith, KC (7e, 1er, 22e)
J’ai eu de la difficulté à me convaincre de le classer si haut, lui qui est toujours normalement vers la fin du 3e groupe, l’ultime QB de système qui conduit la charrette mais incapable de la tirer pour la sortir du fossé. Mais force est d’avouer que s’il portait un autre nom et sans préjugés de sa réputation acquise au fil des saisons précédentes , cette saison on aurait été impressionnés. Il était beaucoup plus agressif, avec succès. Sa performance en levée de rideau à Foxboro, à elle seul, l’a fait monter de quelques rangs.

3e groupe: Les Partants

Cette liste contient trois types de QBs. Ceux qui sont assez bons pour être des partants fiables, mais le genre de quart qui ne pourra que rarement mener son équipe aux grands honneurs, que l’équipe penserait peut-être à le remplacer mais sait qu’elle pourra difficilement le faire (Andy Dalton). Des jeunes qui aspirent à la catégorie supérieure (Jameis Winston) ou encore, des vétérans inconstants à qui il est difficile de se fier (Cam Newton).

12) Cam Newton, Car (27e, 26e, 13e)
Après l’avoir classé au premier rang en 2015, c’est la 2e année consécutive où je le place en tête…du 3e groupe. Il est inconstant, d’une série à l’autre, d’un match a l’autre, d’un jeu à l’autre. Capable du meilleur comme du pire. Mon classement tien compte de sa contribution au sol.

13) Jared Goff, LAR (18e, 6e, non-classé)
Il a accumulé de belles statistiques mais aussi lancé le plus de ballons à des receveurs très ouverts. Ce que Sean McVay a fait pour réveiller sa carrière est incroyable. Ou, vu autrement, ce que Jeff Fisher a fait pour lui nuire est triste.

14) Case Keenum, Min (9e, 8e, non-classé)
Oui, j’ose: il a été meilleur cette saison que Kirk Cousins. C’est peut-être une question de coaching et de support (Thielen, Diggs et Rudolph). Je demeure septique qu’il le sera dans le futur.

15) DeShaun Watson, Hou (29e, 3e, recrue)
Avec l’électrisante recrue à la barre, l’attaque des Texans était super explosive. J’ai l’impression qu’il prenait des chances et que la loi de la moyenne va finir par le rattraper, mais difficile d’argumenter avec les résultats.

16) Kirk Cousins, Was (20e, 14e, 12e)
Mémo à l’équipe qui va le payer 30M$/an: une semaine sur deux, vous allez affronter une équipe dont le quart est meilleur que le vôtre. Et qui gagnera probablement moins cher. On a vu ses limites cette année avec l’absence de sa doudou Jordan Reed, et de Pierre Garçon avec qui il avait une bonne chimie.

17) Jameis Winston, TB (15e, 16e,16e)
J’espérais qu’il fasse un pas de plus dans sa progression mais on a un peu l’impression qu’on a vu l’inverse. Manque de constance, se fait sacker au mauvais moment, mais a réduit ses interceptions au moins (de 18 à 11), même si c’est venu avec une baisse radicale des TD aussi.

18) Marcus Mariota, Ten (13e, 29e, 15e)
Ces deux-là semblent toujours être liés. Je n’ai pas encore la réponse à savoir lequel je préfère, même si le « plafond » de Mariota est plus élevé. L’arrivée d’une offensive du 21e siècle en 2018 devrait l’aider.

19) Dak Prescott, Dal (16e, 19e, 9e)
A régressé cette saison. C’est juste lui, ou l’absence de Zeke et de Tyron Smith, combiné à la régression de Dez? Difficile à dire. Peut-être que les défensives se sont simplement ajustées.

20) Andy Dalton, Cin (19e, 20e, 21e)
Sera toujours dans cette catégorie, vers la fin. La définition même de « à peine adéquat ». La différence entre lui et Cousins, c’est que Dalton connaît deux ou trois mauvais matches inexplicables par saison.

4e groupe

Ceux dont le niveau de jeu a été indigne d’un poste de partant. On espère qu’ils reprennent du poil de la bête ou on passe à autre chose.

21) Tyrod Taylor, Buf (12e, 18e, 14e)
Je pense que les Bills sont arrivés à la même conclusion que moi: vous pouvez faire pire, mais il ne sera jamais capable de battre de bonnes équipes avec régularité. Trop conservateur, et incapable de tirer la gâchette quand la fenêtre est petite, a besoin que le receveur soit très ouvert.

22) Derek Carr, Oak (21e, 21e, 7e)
Ouch, la débarque. A semblé se chercher toute l’année. Il n’était pas à 100%, et la baisse de régime de Amari Cooper n’a pas aidé non plus. Mais un grand responsable de la contre-performance des Raiders. On s’attend à un retour dans le top 15 en 2018.

23) Carson Palmer, Arz (25e, 23e, 17e)
Sa mémorable saison 2015, où il était en parfaite harmonie avec le système agressif de Bruce Arians, demeure le meilleur souvenir qu’on aura de lui. Une belle carrière, certes, mais pas autant qu’on aurait prédit à sa sortie de USC.

24) Josh McCown, NYJ (22e, 13e, non-classé)
Il a grandement dépassé mes attentes et bien fait malgré des coéquipiers inférieurs à toutes les positions.

25) Joe Flacco (23e, 27e, 19e)
Il a été moins pire en fin de saison mais c’est quand même triste de voir un gars plafonner puis régresser comme il l’a fait depuis quelques années. Surtout qu’une grande partie de ses erreurs sont des erreurs mentales inexcusables pour un quart qui devrait avoir compris, à son âge. À un certain moment, il faut arrêter de trouver des excuses, et se faire à l’idée qu’il ne sera jamais un quart vedette, et simplement espérer qu’il remonte dans le top 15.

26) Eli Manning, NYG (26e, 28e, 24e)
Je croyait qu’il était fini, et que l’absence de OBJ (qui l’a fait mieux paraître en 2016) et les autres inconstances et blessures de ses receveurs allait l’exposer. Finalement, il a élevé son jeu d’un cran et réussi à survivre. Mais c’est clair qu’il est sur la pente descendante et ne peux plus porter une équipe sur ses épaules.

27) Blake Bortles, Jax (17e, 22e, 25e)
Ses statistiques sont meilleures, mais c’était tellement plus facile parce que personne ne respectait l’attaque aérienne des Jags. Quand il y a 8 ou 9 gars “dans la boîte” c’est tellement plus facile pour le quart, les lectures sont simples et les passes n’ont pas à être aussi précises. Et on a quand même vu que ni les coaches ni lui-même n’avaient confiance en séries contre les Bills.

28) Mitchell Trubisky, Chi (24e, 30e, recrue)
On a vu quelques belles choses, mais chaque fois qu’on pensait qu’il allait prendre son envol, John Fox revenait à l’âge de pierre avec une offensive des années 70. On a limité ce qu’il devait faire mais il a montré qu’il pouvait en prendre plus.

29) Jacoby Brissett, Ind (28e, 24e, non-classé)
On oublie qu’il a été jeté dans la fosse aux lions moins de deux semaines après s’être joint aux Colts, sans avoir eu le loisir de pratiquer dans ce système avec ses nouveaux coéquipiers. Il est capable de beaucoup plus, surtout s’il apprends à dégainer ou prendre ses décisions plus vite, car il se fait sacker trop souvent.

30) Trevor Siemian, Den (36e, 31e, 27e)
On embarque dans ceux qui n’étaient pas beaux à voir. Siemian est limité, et ce genre de QB finit par se faire exposer quand les adversaires ont compris ce qu’il ne peut pas faire. Un backup de carrière.

31) Jay Cutler, Mia ( 35e, 25e, non-classé)
Il aurait été mieux de commencer sa carrière de commentateur. Saison difficile pour le bon vieux Jay, sauf quelques matches où il est redevenu lui-même comme celui du lundi soir face aux Patriots.

32) Brett Hundley, GB (31e, 31e, non-classé)
Nous a donné espoir dans le match contre les Steelers, complétant quelques longues passes. Mais le reste du temps, les décisions sont trop lentes, les passes imprécises et la motion trop longue. Mais au moins il a gagné quelques matches, contrairement à

33) DeShone Kizer, Clev (38e, 33e, recrue)
On savait qu’il n’étais pas prêt et qu’il aurait dû rester a Notre Dame… ce qu’il n’a pas fait parce qu’il est difficile à coacher. C’était pas beau à voir cette saison, et j’ai peu d’espoir que la lumière s’allume.

Autres qui n’ont pas assez joué pour être classés…

Et aucun d’entre eux n’a démontré qu’il pouvait être autre chose qu’un réserviste: Brock Osweiler, Paxton Lynch, Brian Hoyer, CJ Beathard, Tom Savage, Blaine Gabbert

N’oublions pas Sam Bradford, Andrew Luck, Ryan Tannehill et Teddy Bridgewater qui étaient blessés.

Il me reste un nom vous aurez peut-être remarqué

Nick Foles
J’aurais pu m’en sauver car il n’a pas assez joué. Mais la vérité c’est que je n’ai aucune idée. A été super solide au Superbowl et contre les Vikings, faisant les bonnes lectures, capable de sortir la balle rapidement mais aussi à quelques occasions sur des jeux cruciaux, d’être patient, de laisser le jeu se développer en gagnant du temps dans la pochette et de faire la passe parfaite. Il a été bon contre les Giants, moyen contre les Falcons et horrible dans les deux autres matches. Je pourrai justifier un 12e rang… comme un 25e.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre!

Toutes les nouvelles de la NFL dans votre boîte de réception courriel.

Cocher pour confirmer inscription (vous pourrez vous désabonner en tout temps).

FreshMail.com