Actualité 2018-19

Road Trip – Camp des Rams et Musée des 49ers

Je ne suis pas allé voir un match comme tel, mais lors d’un voyage le long de la côte californienne, je me suis permis deux petites activités qui raviront le fan de football en vous. Je vous encourage d’ailleurs à nous contacter si vous faites un voyage de football cet automne pour nous raconter votre expérience, ou à consulter celles qui sont déjà dans la section « road trip »sur le site, pour en faire profiter d’autres fans de football.

Camp d’entraînement des Rams

Les Rams font de gros efforts pour regagner le coeur des fans de LA. Le camp d’entraînement se tient sur le site de la UC Irvine, à moins d’une heure (sans traffic, ce qui à LA est comme dire à 20 degrés C au Québec en février) au sud de LA. L’accès aux pratiques est gratuit, mais il faut s’inscrire à l’avance et seulement certaines pratiques pré-identifiées sont accessibles.

On est super bien reçus, passage à la sécurité, mais on nous laisse entrer notre bouffe. Puis, une séance d’autographes disponible avec deux anciens joueurs des Rams, Dennis Harrah et Leroy Irvin, qui, sans être des légendes du Temple de la Renommée, ont quand même été d’excellents joueurs pendant longtemps pour eux dans leurs bonnes années à LA. L’inévitable boutique (à prix NFL, sauf pour les articles avec le logo or, qu’ils ont décidé d’abandonner) et une zone pour maquiller les enfants, bref, tout y est.

La foule est difficile à estimer, mais se compte en milliers de personnes. On y retrouve des familles, et plusieurs fans intenses qui ne se gênent pas pour partir des cheers et mettre de l’ambiance. Todd Gurley est de loin le jersey le plus populaire, environ la moitié des jerseys observés sont le sien, suivi de loin par Jared Goff et Aaron Donald (qui n’était même pas présent, toujours en conflit contractuel).

Arrivés au terrain, on a accès à des estrades couvertes par des auvents forts appréciés alors qu’il fait plus de 35 degrés en plein soleil. On est assez proches pour tout voir (et constater à quel point Ndamukong Suh et Michael Brockers sont d’énormes masses musculaires qu’on imagine mal entrer sur un corps humain normalement constitué), mais trop loin pour entendre quand coach McVay s’adresse à son équipe (ils mettent de la musique assez forte, probablement pour masquer le son aussi). On a quand même eu droit à une solide tirade pas-toujours-appropriée-aux-jeunes-enfants du coach des DBs…

Ils pratiquent sur deux terrains, prenant soin de tenir des activités sur les deux terrains pour la première moitié de la séance pour que tout le monde ait de l’action tout près. J’ai particulièrement apprécié des un contre un entre les RB et TE vs les S et LBs en couverture de passe; je vous confirme que Gurley est impossible à suivre quand il accélère après un changement de direction.

La 2e heure de pratique est essentiellement une simulation de jeu, à 11 contre 11 mais sans épaulettes et sans contact. Le spectacle est somme toute intéressant, entre autres parce qu’ils ne perdent pas de temps. En une heure de jeu simulé, le décompte des 40 secondes ne s’est arrêté qu’à quelques reprises. Donc nous avons certainement vu plus d’une soixantaine de jeux, soit l’équivalent d’un match complet. Pas d’annonces, pas de bottés, pas de temps morts, pas de reprises vidéo. (Cet article traite de l’aspect « expérience comme visiteur », pour mes impressions sur ce que j’ai appris de la pratique, voir la série de tweets en bas de l’article. )

On vous laisse prendre photos, on croise les cheerleaders, et à la fin de la pratique, une séance d’autographes exclusive aux enfants est organisée. Notre journée, c’était au tour des receveurs et porteurs de ballon. La file étant très longue nous avons quitté avant de voir si vraiment les Gurley, Cooks, Kupp et Woods se sont tous prêtés au jeu.

Somme toute une superbe belle expérience pour un fan, gratuite par surcroît, dans un monde où c’est de moins en moins souvent possible.

Road Trip: Syracuse et Buffalo

Musée des 49ers

Je suis également allé visiter le musée des 49ers dans le stade Levi’s à Santa Clara. Deux points négatifs : premièrement il n’est pas possible de visiter le stade, seulement le musée (et la boutique souvenir, évidemment) et ensuite, le musée n’est ouvert que du vendredi au dimanche, excluant les jours de match.

Ceci dit le musée est fort intéressant, surtout si vous avez connu la glorieuse époque des années 80 des Niners. À l’entrée vous commencez par leur « ring of honor » avec des statues des grands de leur histoire, Bill Walsh, Joe Montana, Steve Young, Jerry Rice, Roger Craig et compagnie. Je suis particulièrement impressionné par celle de feu Dwight Clark, qui est suspendue au plafond de manière à ce qu’il soit exactement à la hauteur qu’il était lors de « The Catch », et par celle de mon héros de jeunesse, le FB Tom Rathman, dernier intronisé dans ce hall, car la statue a été coulée directement sur son vrai corps (on voit que coach Rathman est encore en excellente forme!)

On vous relate ensuite l’histoire de l’équipe, avec de nombreux artéfacts, entre autres, pour ma part, certaines pages du livre de jeu de Bill Walsh, les trophées Vince Lombardi. Le tout est fait dans l’esprit de Silicon Valley où est situé le stade (a quelques mètres du siège social de Cisco), avec plusieurs kiosques interactifs et une bonne dose de technologie.

 

Rencontre au Sommet : Alignement de rêve

Je termine en vous disant que si je me suis limité ici à commenter les activités liées au football, les stades de baseball de San Diego et de San Francisco sont deux petits bijoux aussi.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut