Actualité 2018-19

État des forces Semaine 4 : Les Rams confirment et les Pats rassurent

Lorsque les arbitres ont enfin sifflé la fin du match dimanche soir dernier, même les plus optimistes partisans des Patriots étaient soucieux. Deux défaites en trois matchs, mais c’est surtout la manière qu’ils se sont écrasés à Jacksonville et Détroit qui laissait perplexe. Un effort discutable, mélangé à un groupe de talent médiocre et un noyau vieillissant, les signes pointaient dans la mauvaise direction pour la meilleure équipe des deux dernières décennies.

Pourtant, ce n’était pas la première fois que les Pats démarraient la saison dans la boue. Après tout, depuis 2010, l’écart entre leur pourcentage de victoire dans leurs 4 premières parties (69%) par rapport aux 12 dernières (82%) est assez éloquent. Jamais ils n’avaient toutefois paru aussi déconnectés sur les 3 phases de jeu.

Et pourtant, une semaine plus tard, tout est rentré dans l’ordre. Ils donnent une leçon de football aux Dolphins et feu leur fiche immaculée, chassant même Ryan Tannehill du match. Soudainement, la défensive retrouve son aplomb, Tom Brady replonge dans la fontaine de jouvence, Sony Michel vaut sa sélection en 1re ronde et l’équipe fait mal paraître l’excellent demi de coin Xavien Howard avec sensiblement le même groupe de receveurs que les Cowboys. Avant de me ressaisir, j’avais mis les Pats au 18e rang de l’État des forces la semaine dernière. Un 12e rang semblait tellement optimiste pour cette version des Pats. Eh bien le temps d’une semaine, le top-10, le championnat de la division, celui de conférence, et une présence au Super Bowl sont de nouveau une possibilité. Tout va bien!

Parlant d’optimisme, je profite du quart de saison (déjà!) cette semaine pour trouver une statistique par équipe qui permet d’être optimiste. Même pour les Cardinals!

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine précédente

1 (1). Rams (4-0)
18,25 – L’écart de point par match de leurs victoires. Les Rams ne sont pas le genre d’équipe à devenir conservateur avec une avance. Ils demeurent agressifs pendant 60 minutes et ne laissent aucune chance à des remontées potentielles.

2 (2). Chiefs (4-0)
76,2 – Pourcentage d’arrêt en troisième essai. Même avec toutes les stats offensives disponibles, j’y vais avec une défensive. Les Chiefs ont l’une des pires défensives en général, mais aussi LA meilleure pour défendre contre les troisièmes essais. Ainsi, elle accorde de longs gains, mais se signale lors des moments importants.

3 (4). Saints (3-1)
95,45 – Pourcentage d’attrapés de Michael Thomas. Cette saison, Michael Thomas s’affirme comme l’un des grands à sa position. Sur les 44 fois où il a été visé, il a attrapé 42 ballons… et humilié une bonne dizaine de demis défensifs!

4 (5). Jaguars (3-1)
1 – Touché par match alloué par la défensive des Jags. J’aime quand une défensive joue à la hauteur de sa réputation, et celle des Jags remplit ses promesses. Elle n’a pas encore accordé plus de 20 points dans un match, et n’eût été un touché sans importance des Pats en fin de rencontre, elle n’aurait pas accordé plus de 15 points jusqu’ici.

5 (3). Eagles (2-2)
513 – Matchs d’expérience de la ligne offensive. Les Eagles reviennent d’une semaine où Carson Wentz s’est fait frapper à profusion, mais sa ligne offensive devrait se ressaisir. Elle est celle la plus expérimentée du football et n’a pas connu beaucoup de mauvais matchs dans le passé.

6 (9). Packers (2-1-1)
90,4 – Note de Pro Football Focus de David Bakhtiari pour les blocs en situation de passe. Nul besoin de vous aviser que la protection d’Aaron Rodgers est primordiale. Le bloqueur David Bakhtiari collabore, présentant la meilleure note de PFF en situation de passe. Si le reste de la ligne est moins sûre, son angle mort est le mieux protégé de la NFL.

7 (12). Patriots (2-2)
82% – Pourcentage de victoires dans les 12 derniers matchs du calendrier depuis 2010. J’en ai parlé dans l’intro, les Pats de Bill Belichick ont le don de s’ajuster en cours de saison. S’ils sortent avec une fiche positive de leur séquence pré-semaine de congé (Chiefs, Bears et Packers entre autres sur leur chemin), le titre de division devrait être le leur.

8 (7). Panthers (2-1)
166 – Verges au sol par match. Bonne chance aux équipes qui tentent de défendre contre Christian McCaffrey et Cam Newton simultanément. La dualité de l’attaque au sol des Panthers est leur arme de prédilection et ouvre des brèches pour les deux protagonistes.

9 (13). Bengals (3-1)
84,6% – Pourcentage de touchés par présence dans la zone payante. Le bon début de saison des Bengals est lié intimement à leur rendement dans la zone payante. Mené par A.J. Green, ils ont converti 11 de leurs 13 présences en touché, bon pour le premier rang dans la ligue.

10 (14). Ravens (3-1)
4,4 – Moyenne de verges accordées par jeu. Toutes les stats défensives des Ravens sont bonifiées par l’horrible prestation des Bills lors de la 1re semaine. N’empêche que leur défensive continue d’être subtilement bonne, qu’elle est première en moyenne par jeu, et qu’en plus, elle retrouve le bon Jimmy Smith à partir de la semaine prochaine.

11 (17). Bears (3-1)
1,8 – Présence dans la zone payante par match pour l’adversaire. À mes yeux, les Bears ont la défensive la plus complète de la NFC. Elle accorde un long jeu à l’occasion, mais est tellement étanche que les chances de l’adversaire de se rendre dans la zone payante, même pas de marquer, sont rares.

12 (18). Titans (3-1)
20% – Pourcentage de touché accordé dans la zone payante. Parlant de défensive qui connaît du bon temps, celle des Titans s’est relevée d’un défi non orthodoxe à la première semaine pour dominer depuis. Elle est la plus efficace dans la zone payante, transformant de potentiels touchés en placement.

13 (6). Vikings (1-2-1)
25 – Premiers essais obtenus par Adam Thielen. Lorsque la situation se corse chez les Vikings, on peut s’attendre à ce que Thielen soit l’option de choix. Le receveur non repêché continue d’être de part avec l’élite plus décorée à sa position, coiffant tous ses homologues pour les premiers essais.

14 (8). Dolphins (3-1)
9 – Nombre d’interceptions. La défensive des Dolphins jouait du très bon football avant le match en Nouvelle-Angleterre, et une de leurs forces est de provoquer des revirements. Menée par Xavien Howard et Reshad Jones (on lui souhaite de revenir le plus tôt possible), elle mène la NFL avec ses 9 larcins.

15 (10). Falcons (1-3)
6 – Touchés de Calvin Ridley. Le receveur recrue des Falcons est en train de régler tous les maux de son équipe dans la zone payante. Ses 6 touchés sont supérieurs à l’ensemble des touchés des receveurs du repêchage 2018!

16 (15). Chargers (2-2)
5 – Punitions offensives. Pour une équipe dont la ligne offensive est fragile et qui doit parfois jouer avec une cadence silencieuse à domicile, être au premier rang de la NFL pour les punitions offensives est un exploit. Jusqu’au retour de Joey Bosa, c’est ce côté du football qui mènera les Chargers vers la victoire ou la défaite.

17 (11). Steelers (1-2-1)
416 – Verges de réception de JuJu Smith-Schuster. JuJu se classe au 1er rang chez les receveurs de 2e année dans la NFL pour les verges de réception. L’ambiance est moyenne à Pittsburgh en ce moment, mais le jovial receveur continue sa progression et offre une option complémentaire de luxe sur le jeu aérien.

18 (19). Redskins (2-1)
8,3 – Verges par passe complétée par l’adversaire. Pour atteindre 300 verges par la passe contre les Redskins cette saison, un quart devrait lancer 37 passes. C’est excellent, un peu comme si la défensive des Skins affrontait Alex Smith à chaque passe depuis le début de la campagne!

19 (20). Broncos (2-2)
42,9% – Pourcentage de courses pour des premiers essais. Tout ce dont les Broncos avaient besoin pour relancer leur attaque au sol, c’était une recrue de 3e ronde et un joueur non repêché. Leur groupe de porteur est l’un des plus efficaces de la NFL, courant pour des premiers essais plus que quiconque dans la NFL.

20 (16). Buccaneers (2-2)
363,3 – Verges aériennes par match. C’est l’histoire du premier quart de saison des Bucs. Ryan Fitzpatrick et l’attaque aérienne de l’équipe auront été mémorables, et pourtant, cet épisode est déjà révolu. Fini la FitzMagic, bienvenue la Jameis Pocus.

21 (21). Seahawks (2-2)
0 – Nombre de fiche négative par les Seahawks sous Russell Wilson. Ça n’a pas été simple de trouver un peu de positif pour les Seahawks, mais l’équipe vient de remporter 2 matchs en ligne, et n’a jamais connu de saison sous ,500 avec Wilson. Au minimum, malgré l’effritement de la défensive, Wilson devrait garder son équipe à un seuil de respectabilité.

22 (22). Cowboys (2-2)
5,5 – Sacs de DeMarcus Lawrence. Je l’admets, elle était un peu facile. Reste que la défensive des Cowboys se classe positivement dans la majorité des catégories défensives et que leur risible jeu aérien ne sera pas le centre d’attention après chaque match si Lawrence et compagnie continuent leurs prouesses.

23 (23). Giants (1-3)
18 – Nombre de pénalités commises. Pour tous leurs défauts, on peut au moins dire que les Giants forment une équipe disciplinée. C’est un élément dont ils pourront tirer profit lorsque Justin Herbert sera leur quart l’an prochain.

24 (24). Lions (1-3)
6 – Sacs encaissés par Matthew Stafford. Un an après avoir pris l’avant-dernier rang pour le nombre de sacs encaissés, Stafford jouit d’une meilleure protection en 2018, ou du moins il se fait frapper moins souvent. Les résultats tardent à se faire sentir à Détroit, mais la santé de Matt Stafford est en meilleure main.

25 (29) Texans (1-3)
11 – Nombre de verges dans les airs tentées en moyenne par Deshaun Watson (définition de la stats). Le début de saison de Watson est décevant, mais j’avais amplement de stats de derniers rangs pour sa ligne offensive. On est toutefois optimiste aujourd’hui, alors je préfère parler de son agressivité. Les résultats ne sont pas encore présents, mais la volonté de viser les zones profondes est bien là.

26 (25). Colts (1-3)
70% – Pourcentage de jeu par la passe vis-à-vis le jeu au sol. L’épaule d’Andrew Luck doit être en bonne forme pour que les Colts se classent au 1er rang dans la AFC dans cette catégorie. Son jeu au sol est horrible, mais il est improbable que Frank Reich le laisse lancer autant s’il subissait des rechutes.

27 (26). Browns (1-2-1)
+7 – Différentiel de revirements. L’an dernier, les Browns ont terminé au dernier rang de la NFL avec un différentiel de -28! C’était 11 plus bas que le deuxième pire. On sent un vent de fraîcheur cette année, la preuve étant que l’équipe soit passée du dernier au premier rang à ce niveau.

28 (31). Raiders (1-3)
62,24% – Pourcentage de possession du ballon en 1re demie. Ce que ça dit, c’est que les Raiders devraient contrôler la cadence des matchs. S’ils pouvaient maintenir ce rythme pendant un match entier, ils seraient en bien meilleure posture en ce moment. Ironiquement, leur seule victoire sous Jon Gruden est arrivée lors de l’unique partie où ils tiraient de l’arrière à la mi-temps!

29 (30). 49ers (1-3)
6 – Courses de plus de 20 verges par Matt Breida. Il n’y a pas tellement d’options pour se réjouir chez les 49ers, mais au moins Matt Breida montre une capacité à réaliser des longs jeux. Il mène également la NFL chez les porteurs avec plus de 10 courses pour sa moyenne de 7,6 verges par course.

30 (27). Bills (1-3)
63,9 – Plus longue passe complétée par verges dans les airs par Josh Allen. La passe de Josh Allen à Zay Jones contre les Chargers est la passe complétée qui a voyagé le plus de verges dans les airs depuis 2016. Et Allen venait tout juste de se mettre en position pour passer. Être les Bills, je tenterais des tracés verticaux à profusion et je prierais pour que ma ligne à l’attaque tienne.

31 (28). Jets (1-3)
31 – Plaqués totaux de Jamal Adams. La statistique des plaqués n’est souvent pas la bonne pour évaluer la qualité d’un joueur, mais il est rare qu’un demi défensif mène la catégorie dans son équipe. Adams est l’un des rares joueurs à briller dans la mauvaise séquence des Jets et le pilier de la tertiaire de l’équipe.

32 (32). Cardinals (0-4)
23,5% – Pourcentage de passes tentées dans des couvertures serrées par Josh Rosen. L’échantillon reste bas, car il n’a joué qu’un match complet, mais j’aime comment il attaque le milieu du terrain même si ses receveurs ne se démarquent pas. À défaut d’être bon, les Cards seront au moins intrigants.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut