Actualité 2018-19

État des forces semaine 5 : De l’audace en demande

La semaine dernière, l’entraîneur des Colts Frank Reich s’est fait lancer des tomates pour avoir tenté (et raté) un 4e essai et 4 dans son territoire à la fin de la prolongation. Cette semaine, c’est au tour du « meneur » des Cowboys Jason Garrett de se transformer en ketchup, cette fois-ci pour ne PAS avoir tenté le 4e essai (et 1) en prolongation, optant pour dégager le ballon. Des décisions à l’opposé, mais avec le même résultat : leur adversaire commun, les Texans reprenaient le ballon, et un jeu surhumain de DeAndre Hopkins plus tard, ils sortaient vainqueurs. Bien franchement, je préfère la sauce Reich.

La NFL se transforme à vue d’œil dans les dernières années, et de plus en plus d’entraîneurs vont choisir d’être agressifs plutôt qu’obtenir un résultat médiocre. Nous en avons eu 2 parfaits exemples dimanche dernier chez les Rams et les Eagles :

  1. D’abord Sean McVay a choisi d’y aller en 4e essai et 1 dans son propre territoire avec une avance de 2 points et 1 min 39 s au cadran, une situation qui criait DÉGAGEMENT chez la vieille école. Pourtant, une réussite, probable avec son attaque, peut-être la meilleure de la NFL, scelle la victoire. Un échec donne le ballon aux Seahawks, déjà en position pour un placement, mais un botté de dégagement donne aussi le ballon aux Seahawks, certes plus loin, avec un Russell Wilson qui n’est pas à court de miracles. Autant en avoir le cœur net immédiatement.
  2. Ensuite, Doug Pederson, perdant par 8 au 4e quart, tente le converti de 2 points d’après-touché. Ça, c’était spécial. Sur le coup, j’étais perplexe, mais en fin de compte j’aime bien. Les Eagles avaient besoin de marquer un autre touché peu importe, alors si la tentative de 2 points est un succès, les Eagles gagnent avec le touché hypothétique, et si elle échoue, il y a toujours la possibilité d’un autre converti de 2 points sur le touché hypothétique. En fait ce que j’aime surtout, c’est que Pederson jouait pour éviter la prolongation et ses aléas.

Pour en revenir à Reich et Garrett et les prolongations, je préfère de loin la décision de Reich. Quelle autre option pouvait-il vraiment avoir? Dégager avec 24 secondes au cadran et jouer pour le match nul? Non. Pour une équipe comme les Colts qui reviennent à peine à la crédibilité, un match nul aurait nui autant pour un meilleur choix au repêchage que pour l’espoir de s’accrocher aux séries. Une bonne décision peut avoir un résultat négatif. De son côté, Garrett avait la victoire devant lui et l’optique de ne plus toucher au ballon en dégageant. Évidemment, il a dégagé.

Un a osé et échoué, l’autre n’a pas osé et échoué. Cependant, je suis persuadé que les partisans des deux équipes ont préféré la première méthode.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine précédente

1 (1). Rams (5-0)
On avait vu les Rams écraser tous leurs adversaires jusqu’ici, alors c’était intrigant de les voir tirer de l’arrière au 4e quart à l’étranger pour la première fois. Un peu d’adversité ne peut faire de tort et les Rams ont soulevé le défi avec audace, gardant leur fiche immaculée pour le moment.

2 (2). Chiefs (5-0)
Les Chiefs avaient aussi un beau défi devant eux, soit la terrifiante défensive des Jaguars. Si Pat Mahomes n’a pas affiché les chiffres inhumains de ses premières parties, il s’est tout de même montré apte face aux félins, signe qu’il peut mener son équipe très loin.

3 (3). Saints (4-1)
En attendant son intronisation au temple de la renommée du football, Drew Brees continue de battre des records sur le terrain. Il est officiellement le meneur pour les verges par la passe dans l’histoire du sport et s’approche tranquillement du record de touchés. Oh, et les Saints ont gagné.

4 (7). Patriots (3-2)
Après 23 matchs d’absence, Julian Edelman était finalement de retour sur un terrain et il n’a pas chômé, prenant part à 70% des jeux offensifs de son équipe. Son impact est significatif chez les Pats; c’est le genre de gars dont le niveau d‘énergie ne baisse jamais, qui aurait fait une différence quand l’équipe était à plat en début de saison.

5 (4). Jaguars (3-2)
On s’attendait à un duel entre l’offensive des Chiefs et la défensive des Jags, mais l’offensive des Jags n’a jamais donné la chance à une confrontation intéressante. Blake Bortles, le champion des calories vides (430 verges par la passe!), a été misérable contre une défensive vulnérable.

6 (8). Panthers (3-1)
Eric Reid en était à ses débuts chez les Panthers, mais la vraie histoire de la défensive cette semaine est qu’elle a permis 432 verges d’attaque et 8 verges par jeu aux Giants (2 sommets pour eux cette saison), en plus de les laisser reprendre un retard de 11 points au 4e quart. Elle a été sauvée par un placement de 63 verges de Graham Gano, mais c’est un peu inquiétant.

7 (9). Bengals (4-1)
Tirant de l’arrière par 14 points à l’amorce du 4e quart, les Bengals ont survolé les 15 dernières minutes, marquant 24 points sans riposte, dont 2 touchés défensifs. À la veille d’un duel contre leurs grands rivaux de Pittsburgh, c’est exactement le genre de final dont ils avaient besoin.

8 (5). Eagles (2-3)
Déjà entendu parler d’un lendemain de veille de Super Bowl? Moi, ça m’arrive tout le temps, mais dans la NFL, les Eagles en sont un bon exemple. Leur début de saison est décevant, mais pourrait être sauvé par leur faible division et les six matchs contre les rivaux de celle-ci encore au calendrier.

9 (11). Bears (3-1)
En congé cette semaine, les Bears se doivent d’être heureux de leur situation. Leur défensive est dantesque. Elle blitz moins que toutes les autres équipes dans la NFL, tout en mettant le plus de pression. C’est le genre de formule qui t’aide à gagner un Super Bowl.

10 (13). Vikings (2-2-1)
Contrairement aux Eagles, les Vikings n’ont pas le luxe d’une division acquise. Ainsi, leur victoire contre les champions du Super Bowl était des plus précieuses. Le calme peut maintenant revenir au Minnesota, alors que les Cards et les Jets sont leurs prochains adversaires.

11 (6). Packers (2-2-1)
Mason Crosby a raté 13 points (4 placements, 1 converti) et les Packers ont perdu par 8. Le calcul est simple. Il avait eu une mauvaise saison en 2012 (63,6 de réussite) et s’en était remis. Il a maintenant son plus gros défi devant lui et espérons qu’il le relève parce que la marge de manœuvre des Packers s’amincit.

12 (10). Ravens (3-2)
Les Ravens ont frappé le mur de la réalité en offensive. Après une séquence de 13 en 13 dans la zone payante où ils ont marqué 111 points durant 3 matchs et 1 quart, ils sont 0 en 7 dans la zone payante, et leurs 21 points sont le résultat du pied de Justin Tucker.

13 (16). Chargers (3-2)
Les Raiders ne font peur à personne cette année et Philip Rivers l’a démontré dimanche. Sur le jeu ci-dessous, il a carrément dit aux Raiders le tracé qu’allait effectuer son ailier rapproché. Les Chargers l’ont facilement emporté, et un défi intrigant les attend à Cleveland la semaine prochaine.

14 (17). Steelers (2-2-1)
Chez les Steelers, on aimerait probablement que TJ Watt stabilise ses performances. Si l’on prend son premier et son plus récent match, il a obtenu 6 sacs, 18 plaqués, a forcé un échappé et bloqué un botté. Dans les 3 autres : 8 plaqués, aucun sac.

15 (12). Titans (3-2)
Malgré une bonne ligne à l’attaque, l’équipe n’a toujours pas trouvé de rythme sur son jeu au sol, présentant une décevante moyenne de 3,7 verges par course. Le problème, c’est que les Titans courent plus que n’importe qui dans la NFL, sauf les Browns, avec 145 courses.

16 (14). Dolphins (3-2)
Dans un sens, Ryan Tannehill ressemble beaucoup à son vis-à-vis de sa plus récente défaite, Andy Dalton. Il est capable de bonne séquence ici et là, mais aussitôt que sa ligne à l’attaque lui offre moins de temps, comme après la blessure à Laremy Tunsil dimanche, il s’effondre. Et, pauvre lui, les Bears arrivent en ville dimanche prochain.

17 (15). Falcons (1-4)
Tu parles d’une déception. Les Falcons, qu’Étienne avait placés premier dans son classement présaison, sont pratiquement déjà éliminés de la course aux séries. On blague souvent sur Steve Sarkisian, mais c’est la défensive de Dan Quinn qui est le vrai cirque en ce moment, incapable de palier aux pertes de Keanu Neal et Deion Jones.

18 (18). Redskins (2-2)
Les Redskins vont se souvenir de ce match du lundi soir comme un moment historique. Pas le leur, évidemment, celui de Drew Brees. Ce dernier étant en mission, on se demande si les Redskins avaient la moindre chance de l’emporter. Point positif dans la défaite : ils sont toujours premiers de leur division.

19 (21). Seahawks (2-3)
Chapeau aux Seahawks d’avoir échangé coup pour coup avec les puissants Rams. La défaite restera amère, mais elle pourrait servir de base pour le reste de la saison, du moins du côté offensif du ballon.

20 (24). Lions (2-3)
Je trouvais un peu absurde qu’on donne une partie du surnom de Calvin Johnson (Megatron) à Kenny Golladay (Babytron), mais je comprends un peu mieux aujourd’hui. Golladay est sublime en 2018 et se positionne au 11e rang de la NFL pour les verges de réception, en plus d’offrir des jeux comme celui-ci semaine après semaine :

21 (27). Browns (2-2-1)
C’est étrange à dire, mais les Browns auraient pu avoir une fiche de 5 victoires et aucune défaite cette saison. N’eût été un botté bloqué, un botteur incompétent et une reprise vidéo mal utilisée, leurs noms seraient au côté des Rams et des Chiefs en ce moment.

22 (19). Broncos (2-3)
Il est toujours compliqué pour les équipes de la côte ouest de venir jouer des matchs à 13 h sur la côte est et les Broncos avaient effectivement l’air endormi à New York. Ils ont accordé 512 verges d’attaque aux Jets, une équipe qui en avait produit en moyenne 289 cette saison.

23 (20). Buccaneers (2-2)
La semaine de congé arrivait à point pour les Bucs. Après seulement 4 parties, les Bucs ont eu des hauts incroyables, mais des bas aussi forts. Cependant, dans les hauts comme dans les bas, la défensive de Mike Smith est risible. Voilà où les ajustements doivent être prioritaires.

24 (25) Texans (2-3)
Les maux des Texans dans la zone payante ont bien failli coûter le match, mais aussi le quart-arrière. À quatre reprises, Deshaun Watson a couru pour marquer un touché et s’est fait cogner. Déjà que sa ligne est responsable pour nombre de ses ecchymoses, il doit mieux se protéger sur ses courses.

25 (22). Cowboys (2-3)
Le secondeur Jaylon Smith s’est vraiment démarqué dans la défaite, particulièrement sur un jeu où il a couru le terrain à la même vitesse que Deshaun Watson pour arrêter les Texans en 4e essai et les buts. Une blessure avait menacé sa carrière chez les pros, mais il semble en voie d’atteindre son potentiel.

26 (23). Giants (1-4)
C’est la fin d’une ère pour les Giants. Je ne parle pas du temps où l’on a pensé qu’il pouvait être des prétendants aux séries cette année. Non, je parle de celle où Ereck Flowers bloquait pour Eli Manning. Les Giants ont finalement libéré Flowers, et une parade est prévue sur Times Square dans les prochains jours!

27 (26). Colts (1-4)
Depuis le début de la saison, Andrew Luck a tenté en moyenne 49 passes par match. S’il maintient le rythme, il lancera 784 passes sur 16 matchs, ce qui battrait le record de la NFL par 57 passes (Matthew Stafford, 727 en 2012). Son épaule va bien. Sa ligne offensive, par contre…

28 (30). Bills (2-3)
L’attaque des Bills va rester un projet tout au long de la saison, mais au moins la défensive va les rendre compétitifs. Dimanche, ils ont limité les Titans à une seule présence dans la zone payante et quatre placements. Voilà comment ils peuvent remporter des matchs.

29 (31). Jets (2-3)
C’est avec un jeu au sol dévastateur que les Jets ont été chercher leur deuxième victoire de la saison. Leurs 323 verges au sol sont le plus haut total par une équipe de la NFL depuis le 20 décembre 2014 quand les 49ers de Colin Kaepernick en avaient amassé 355 contre les Chargers.

30 (28). Raiders (1-4)
On jurerait qu’une équipe avec Marshawn Lynch aurait appris de l’incident du Super Bowl XLIX, mais non. La tentation de passer le ballon à la ligne de 1 était trop forte pour les Raiders, dont le résultat a été identique à celui des Seahawks. Non, ils n’auraient pas gagné, mais ils auraient évité une blague de plus à leur sujet.

31 (32). Cardinals (1-4)
Ironiquement, c’est la semaine où Josh Rosen en arrache le plus qu’il obtient sa première victoire chez les pros. Si ses receveurs l’avaient laissé tomber contre les Seahawks, c’est plutôt lui qui était imprécis contre les 49ers, à l’exception d’une bombe de 75 verges à Christian Kirk.

32 (29). 49ers (1-4)
Perdre contre les Cards, c’est exactement ce dont les Niners avaient besoin. Ce sera difficile d’attirer des gens pour leurs matchs, mais garnir leur alignement de talent est la priorité en ce moment. Ainsi, perdre c’est bien, mais perdre contre la pire équipe de la NFL, qui se bat aussi pour le 1er rang du prochain repêchage, c’est encore mieux!

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut