Actualité 2015-16

Résumé 2015 : Dolphins de Miami

Nous profitons de la saison morte pour vous présenter le résumé de la saison 2015 de chacune des équipes de la NFL. Nous poursuivons avec les Dolphins et vos commentaires sont les bienvenus…

Dolphins de Miami

Fiche : 6-10

Statut : Éliminé des séries

Résumé de la saison

dolphinsbannerbsi-1Un entraîneur-chef et un coordonnateur défensif congédié après 4 matchs, un coordonnateur offensif congédié après 11 matchs, une super-vedette signant un gros contrat qui performe en dessous des attentes et un quart-arrière prometteur qui régresse, c’est ce qui résume la saison 2015 des Dolphins. On parlait pourtant de cette équipe comme celle qui pourrait détrôner les Patriots dans la division Est de la AFC. C’est tout le contraire qui s’est produit, et de la manière dont ils jouaient, on est surpris qu’ils aient quand même remporté 6 victoires.

Comme bien des équipes qui ont eu plusieurs difficultés, les Dolphins ont commencé l’année avec une victoire avant de s’engouffrer (ils avaient d’ailleurs eu besoin d’un retour de botté de dégagement de Jarvis Landry au quatrième quart pour aller chercher cette victoire). Ils perdirent ensuite leurs 3 matchs suivants, dont le dernier, à Londres, aura sonné le glas pour leur entraîneur-chef Joe Philbin, qui franchement, n’a jamais vraiment eu l’air d’être en contrôle de cet alignement. Celui qui le remplaça, l’ancien ailier rapproché Dan Campbell, a semblé redonner vie à cette équipe, alors qu’elle remporta de manière décisive ses 2 matchs suivants, par une moyenne de 23 points. Cependant, ils retournèrent sur terre aussitôt qu’ils affrontèrent des adversaires de qualité (Patriots, lors de la huitième semaine), perdant 4 de leurs 5 matchs suivant. À partir de cette défaite contre les Patriots, ils marquèrent en moyenne un maigre 16,3 points par match jusqu’à la fin de la saison, et étaient une des équipes les plus ennuyeuses à regarder jouer.

Celui qui portera une partie du blâme pour les insuccès de son équipe en 2015 est le quart-arrière Ryan Tannehill, dont plusieurs le voyaient faire le saut vers l’élite, après une bonne saison statistique en 2014. Ce n’est pas arrivé, même qu’on commence à se demander si Tannehill peut vraiment être un partant régulier dans la NFL. Il s’est montré plutôt inapte quand est venu le temps de donner une victoire importante à son équipe, et son manque de constance s’est traduit en peu de points marqués pour son équipe (27e dans la NFL). Une partie des insuccès de Tannehill repose sur le fait que sa ligne à l’attaque lui a fait défaut encore une fois. Il a encaissé 45 sacs, à égalité au troisième rang dans la NFL pour une deuxième saison consécutive. La situation fut particulièrement pénible lorsque son bloqueur Ja’Wuan James se blessa à la septième semaine de jeu, laissant à Tannehill encore moins de temps dans sa pochette protectrice.

Tout de même, 2015 n’aura pas été une mauvaise année pour les receveurs de passes de l’équipe. Jarvis Landry a connu l’éclosion prévue, atteignant le plateau des 1000 verges pour la première fois de sa carrière, et étant une cible fiable pour Tannehill. Pour solidifier son rôle de receveur numéro 1, Landry devra toutefois être un peu plus efficace dans la zone des buts, n’attrapant que 4 touchés (et courant pour 1 autre!). Cependant, il est possible que Landry n’ait pas besoin d’être le premier receveur de l’équipe, car leur premier choix du dernier repêchage, DeVante Parker, a montré de belles aptitudes en fin de saison. Blessé pendant la majorité des 10 premiers matchs de l’équipe, Parker a terminé la saison avec 445 verges et 3 touchés lors des 6 derniers. En extrapolant, cela lui aurait donné plus de 1000 verges sur une saison complète. Si Parker fut une révélation, ce fut un peu le contraire pour l’ailier rapproché Jordan Cameron, acquis des Browns de Cleveland durant l’été. On espérait en faire une cible de prédilection dans la zone des buts, ce qui n’est pas vraiment arrivé (seulement 3 touchés malgré ses 16 départs). Enfin, Rishard Matthews fut assez bon comme deuxième receveur, ce qui devrait lui assurer un bon contrat l’an prochain, que ce soit à Miami ou ailleurs.

On peut grandement reprocher aux Dolphins leur utilisation de Lamar Miller en 2015. Le calcul était simple : si Miller était plus impliqué dans le plan de match, les Dolphins gagnaient. Dans 6 des 7 matchs où Miller a obtenu le plus de course, les Dolphins ont remporté la victoire. Le plus ridicule dans tout ça, est que dans 6 parties différentes, toutes des défaites, Miller a eu moins de 10 courses! Tout le monde comprend le principe que lorsque l’on tire de l’arrière, le jeu par la passe a le potentiel d’amener des longs jeux. Cependant, les Dolphins ont tout simplement laissé tomber le jeu au sol dès le deuxième quart trop souvent, et comme on a vu précédemment, Tannehill n’a pu trouver la solution. 2015 aura également permis l’entrée en scène du porteur de ballon Jay Ajayi, dont les inquiétantes blessures qu’il a subies au niveau collégial l’ont relégué en cinquième ronde du repêchage 2015, malgré son énorme talent. Bien qu’il sera vraisemblablement le partant l’an prochain, Ajayi n’a rien montré de spectaculaire lors de cette première année.

Que dire de la défensive maintenant. On s’attendait à voir les Dolphins donner des cauchemars aux quarts-arrière adverses, avec d’une part, Cameron Wake et Olivier Vernon à l’extérieur, et de l’autre part, Ndamukong Suh, leur onéreuse acquisition via le marché des agents libres, à l’intérieur. Pourtant, ce ne fut pas tant le cas. Premièrement, Wake et Vernon ont mis trop de temps avant de prendre leur rythme, les 2 n’amassant pas 1 seul sac durant les 4 premiers matchs. Ensuite, Wake, qui après ces 4 matchs, amassa 7 sacs et 4 échappées provoquées dans les 3 suivants, subit une rupture du tendon d’Achille et sa saison prenait fin. Les lignes offensives ont pu alors se concentrer sur Vernon, qui malgré les statistiques peu éloquentes, connut une solide saison. Enfin, il ne faut pas oublier Suh. Celui-ci n’a quand même pas eu une chute à la Albert Haynesworth, mais n’a pas semblé donner un effort constant, et surtout, s’est avéré un piètre meneur pour son équipe.

Avec une pression sur les quarts adverses mi-figue, mi-raisin, la tertiaire des Dolphins, et plus particulièrement leurs demis de coin furent mis à l’épreuve. Le résultat fut pénible, et l’on voit toute l’importance d’avoir au moins 1 bon demi de coin. Celui qui avait auparavant ce rôle, Brent Grimes, a connu une nette baisse de rendement dans son jeu en 2015, et cela s’est reflété sur le terrain (Grimes fut tout  de même admis au Pro Bowl comme remplaçant, surtout grâce à sa réputation). Selon Football Outsiders, les Dolphins ont fini bon derniers dans la NFL pour défendre les zones profondes! Les Allen Robinson, Brandon Marshall, Odell Beckham et Sammy Watkins se sont régalés contre cette défensive, qui n’avait pas les outils pour rivaliser avec les meilleurs receveurs de passe de la NFL.

Joueur par excellence : Reshad Jones

Miami Dolphins v New York JetsDans une tertiaire qui en a arraché en 2015, il y aura au moins eu 1 point positif, et c’est le rendement du maraudeur Reshad Jones. Étant sur le terrain pour presque tous les jeux de son équipe, Jones s’est avéré très polyvalent, et démontra un flair pour les jeux importants. Malgré son poste de maraudeur, il a fini 4e dans toute la ligue pour le nombre de plaqués avec 135 (et deuxième pour les plaqués solo). De plus, il a fait rager les quarts-arrière adverses en réussissant 5 interceptions, dont 2 retournés pour des touchés, des sommets pour son équipe. Étant un leader dans cette défensive, il est le seul dans cette tertiaire dont le poste sera garanti pour la prochaine saison.

Regard sur 2016

Plusieurs changements sont à prévoir chez les Dolphins, mais certains signes montrent que l’équipe devrait faire mieux en 2016. Tout d’abord, ils ont trouvé leur nouvel entraîneur-chef en Adam Gase, un nom qui était très convoité à travers la NFL malgré son jeune âge. Il faut dire qu’il serait difficile de faire pire que Joe Philbin. De plus, malgré des succès ponctuels, Dan Campbell n’avait pas vraiment la trempe d’un entraîneur-chef. Gase, lui, aura le mandat de relancer la carrière de Ryan Tannehill, qui, après sa quatrième saison dans la NFL, n’a toujours pas atteint les séries éliminatoires.

Sur le terrain, on est assuré de voir Lamar Miller quitter, mais la position de porteur de ballon est facilement remplaçable. Si DeVante Parker peut bâtir sur sa dernière fin de saison, il formera un tandem dévastateur avec Jarvis Landry. Les Dolphins ont également trouvé le moyen de garder Olivier Vernon dans leur équipe, et peut-être auront-ils une meilleure présence de Ndamukong Suh. Dans tous les cas, il est quand même encourageant que Suh ait accepté de restructurer son contrat. On peut voir dans ce geste une certaine volonté de voir son équipe reprendre une trajectoire gagnante. Enfin, les partisans doivent espérer que la récente acquisition de Byron Maxwell viendra combler leur énorme besoin au poste de demi de coin, en jouant comme il le faisait avec les Seahawks. Bref, on sent un certain vent d’optimisme à Miami.

Pour tous les résumés 2015 des équipes, cliquez l’image ci-dessous…

Bye-Bye-2015

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut