Actualité 2016-17

Camps d’entraînement 2016: 3 questions cruciales pour la NFC Ouest

Au moment d’écrire ces lignes, les camps d’entraînements viennent de débuter.  Les matchs présaisons sont à nos portes et la longue saison morte de la nfl tire à sa fin. À ce stade, il convient de faire un survol des différents camps d’entraînements de la nfl. Aujourd’hui, la division sud de la conférence nationale.

Le jeu est simple : il s’agit de résumer l’actualité entourant chaque équipe à l’aide de 3 questions cruciales.

En attendant la vraie saison, bonne lecture.

Arizona Cardinals v Baltimore RavensCardinals de l’Arizona (fiche de 13-3 en 2015)

Q1 – Les Cards possèdent une des meilleures défensives de la ligue (7e rang de la nfl), le seul point faible étant sa capacité à mettre de la pression sur les quarts adverses. Durant la saison morte, l’équipe a-t-elle fait suffisamment pour améliorer cet aspect du jeu ?

Les Cards ont acquis le plaqueur défensif Robert Ndkemdiche via le repêchage (choix de 1ère ronde), mais surtout l’excellent ailier défensif (ou secondeur extérieur) Chandler Jones via un échange avec les Patriots. En 4 ans de carrière, Jones a obtenu 36 sacks du quart, dont 12.5 l’année dernière. Jones est excellent dans l’art de mettre de la pression sur les quarts adverses, mais il est également responsable contre la course. Un joueur complet qui améliore instantanément une défensive déjà excellente.

Il ne reste qu’un an au contrat recru de Jones et c’est pour cette raison que les Patriots l’ont laissé partir. Jones va coûter cher à la fin de l’année et il n’est pas sûr que les Cards pourront le garder. Peu importe, les Cardinals ont des aspirations légitimes au super bowl et l’échange pour acquérir Jones représente un risque calculé. C’est maintenant et pas dans deux ans que les Cards doivent gagner.

Jones ne jouera pas beaucoup en match présaison car il est un vétéran, mais on surveillera comment il s’intègre à l’équipe lors du camp.

Q2 – Carson Palmer et Larry Fitzgerald montreront-ils des signes de ralentissement en 2016 ?

Carson Palmer est actuellement âgé de 36 ans et il aura 37 ans durant la saison. Il ne montre aucun signe de ralentissement pour le moment (au contraire, il joue son meilleur football en carrière), mais à 36 ans, rien n’est assuré, surtout lorsqu’on a déjà été blessé comme Palmer.

Larry Fitzgerald aura 33 ans au mois d’août, ce qui est relativement âgé pour un receveur de passe (il en sera à sa 14e saison dans la nfl). Fitzgerald non plus ne montre aucun signe de ralentissement pour l’instant, mais combien de temps pourra-t-il continuer à performer à ce niveau ?

Une situation à suivre avec attention. C’est pour ça qu’on vous dit que les Cards sont Bâtis pour gagner maintenant et pas dans deux ans.

Q3 – La situation des porteurs de ballon et l’évolution du jeune David Johnson. Ce dernier a démontré une belle progression à la fin de la saison 2015. Est-il un feu de paille ou continuera-t-il au même rythme en 2016 ?

En tout et partout, David Johnson n’aura gagné que 587 verges au sol en 2015. S’il a fait autant parlé de lui, c’est parce qu’il n’a eu l’opportunité de se faire valoir qu’en fin de saison. La plupart de ces verges ont été gagnés lors des 6 derniers matchs. Mais si Johnson, un prospect peu connu qui provient d’une petite université, continu à ce rythme, il pourrait avoir l’étoffe d’un joueur vedette. En voilà un qu’on a hâte de voir au camp d’entraînement.  L’attaque aérienne des Cards fait déjà peur, mais si en plus l’adversaire est obligé d’assigner un joueur supplémentaire pour arrêter la course, alors les Cards deviendront tout simplement impossibles à arrêter.

seahawks-helmetsSeahawks de Seattle (fiche de 10-6 en 2015)

Q1 – En 2015, les Seahawks ont acquis les services de Jimmy Graham qui devait devenir l’élément clé de leur offensive. Celle-ci a effectivement démontré des progrès (4e rang de la nfl avec 26.2 points par match), mais certainement pas grâce à Jimmy Graham qui connaissait une saison difficile avant de se faire blesser. En 2016, Graham sera-t-il en mesure de finalement répondre aux attentes ?

Jimmy Graham est un excellent joueur de football, mais pour une raison ou une autre, il n’a pas réussi à s’intégrer au système de jeu des Seahawks.

Graham a manqué la fin de la dernière saison en raison de blessure et son état de santé est questionnable pour la 1ère semaine du calendrier régulier. Le fait qu’il sera limité durant le camp n’aidera pas à développer sa relation avec Russel Wilson. Une autre saison qui risque d’être longue pour Graham.

Q2 – Tommy Rawls a démontré de belles choses en 2015. Plusieurs s’attendent à le voir prendre le rôle de Marshawn Lynch dans le plan offensif des Seahawks. Par contre, si les Seahawks ont tellement confiance en lui, alors pourquoi ont-ils sélectionnés trois porteurs de ballon lors du dernier repêchage ?

Poser la question, c’est y répondre. Les Seahawks ont effectivement sélectionné trois porteurs de ballon en 2016 et pas les moindres. En 3e ronde, ils sont choisis C.J. Prosise de l’université Notre-Dame et en 5e ronde ils ont sélectionné Alex Collins d’Arkansas. Ces deux joueurs ont connu des carrières décorées et les 2 ont le potentiels de futurs partants dans la nfl (je vous invite à lire mon classement des porteurs de ballon en vue du repêchage de 2016 pour en savoir plus à leur sujet). Finalement, en 7e ronde, les Hawks ont repêché Zac Brooks, un prospect moins connu de l’université Clemson.

Collins et Prosise emmèneront toute une compétition à Rawls lors du camp d’entraînement et on peut s’attendre à un comité de porteurs de ballon à Seattle cette année.

Q3 – Les Seahawks sont reconnu pour l’excellence de leur tertiaire. En 2016, avec le retour de Brandon Browner, ils auront un trou béant au poste de deuxième demi de coin. Est-ce que cette faiblesse aura un impact sur leur défense ?

D’abord mettons une chose au point : ce sont les Seahawks et non les Broncos, contrairement à la croyance populaire, qui ont présenté la meilleure défensive de la nfl en 2015 avec une moyenne de 17.3 points par match. Par contre, j’ai de la difficulté à croire que Brandon Browner représente la solution au poste de 2e demi de coin et une lutte de position est à prévoir.

En saison régulière, les Seahawks devraient continuer de faire partie de l’élite de la nfl en défensive. C’est lors des séries, alors que les meilleures équipes s’affrontent, que le manque de profondeur de leur tertiaire pourrait leur faire mal.

Rams-helmetsRams de Los Angeles (fiche de 6-10 en 2015)

Q1 – Lors du dernier repêchage, les Rams ont donné tous leurs choix significatifs des 2 prochaines années pour avoir le privilège de repêcher Jarred Goff au tout 1 premier rang. Actuellement, les Rams prévoient débuter la saison avec Case Keenum au poste de quart arrière, mais Goff parviendra-t-il à leur forcer la main ?

D’abord, pour en connaître plus sur Goff, je vous invite à lire mon classement des quarts-arrières en vue du repêchage 2016 (lien). Ne vous fiez pas à la fiche de Goff avec l’université Cal car il jouait pour une fort mauvaise équipe. Goff est talentueux et il est la seule raison pour laquelle Cal a eu une fiche gagnante en 2015. Personne ne peut prédire si Goff sera en mesure de répéter ses exploits au niveau professionnel, mais il a démontré beaucoup de résilience à Cal ce qui est bon signe.

Pour gagner le poste de partant, Goff devra d’abord supplanter Keenum. Ce dernier n’est pas très connu du grand public, mais il n’est pas le dernier venu lui non plus. À l’université de Houston, Keenum a battu plusieurs records de la NCAA dont le plus de verges en carrière et le plus de passes de touchés en carrière. Keenum est également le seul quart à avoir connu trois saisons de plus de 5000 verges dans la ncaa. Dans la nfl, Keenum n’a pas vraiment eu l’opportunité de se faire valoir, mais il a bien fait dans un temps de jeu limité l’année dernière.

Ma perception est que Keenum, qui est compétitif, ne donnera pas le poste de partant à Goff sans se battre. Une belle lutte est à prévoir.

Q2 – Les Rams comptent sur un des meilleurs jeunes porteurs de ballon de la nfl soit Todd Gurley. Mais, outre Gurley, les Rams ont-ils suffisamment de munitions en attaque pour connaître du succès ?

En 2013, les Rams comptaient énormément sur Tavon Austin (leur choix de 1ère ronde), mais celui-ci ne s’est pas développé comme prévu. Outre Austin et Gurley, les Rams comptent sur quelques joueurs qui possèdent du potentiel, tels que Kenny Britt et Brian Quick, mais qui n’ont jamais performé à la hauteur des attentes.

En 2016, même si les Rams ont sacrifié tous leurs choix significatifs pour obtenir Jarred Goff, ils ont néanmoins repêché deux receveurs de passe (Pharoh Cooper en 4e ronde et Mike Thomas en 6 ronde) ainsi qu’un ailier rapproché (Tyler Higbee en 4e ronde) qui possèdent un potentiel intéressant. Du groupe, Pharoh Cooper est une véritable aubaine en 4e ronde et devrait être en mesure de contribuer dès cette année (je vous invite à lire mon classement des receveurs de passe en vue du repêchage 2016). De plus, les Rams ont aussi signé Nelson Spruce, un ancien de l’université du Colorado, comme agent libre prioritaire et Spruce, selon moi, possède le talent pour jouer dans la nfl a moyen terme.

Du beau travail de la part des Rams dans des circonstances difficiles.

Q3 – À chaque année, les Rams comptent parmi les équipes qui repêchent le mieux et leur organisation regorge de jeunes joueurs de talent. Malgré tout, les résultats se font attendre. Le poste de quart-arrière a sûrement été un problème, mais si on regarde plus loin, se pourrait-il que les méthodes de Jeff Fisher (entraîneur chef) et Gregg Williams (coordonnateur défensif) soient tout simplement dépassées ?

La question se pose. Gregg Williams, faut-il le rappeler, était le coordonnateur défensif lors du désormais célèbre « bounty gate ». Williams, tout comme Fisher d’ailleurs, prône un style de jeu simple, mais très physique et basé sur une certaine intimidation. C’est ce qu’on appelle du « smashmouth football ».

Hors, nous sommes en 2016. Les règlements ont changés. On ne peut plus, de nos jours, frapper un joueur à la tête ni brutaliser un adversaire qui est en position vulnérable sans mériter une pénalité voire même une expulsion. Le football à la Gregg Williams ou à la Jeff Fisher ne fonctionne plus, à moins d’être accompagné de stratégies un peu plus étoffées.

Soyons claires : Jeff Fisher (qui est considéré comme un des entraîneurs chef les plus « salauds » du football) et Gregg Williams (qui est en partie responsable du « bountygate ») sont des anachronismes dans le monde du football d’aujourd’hui.

Les Rams, Les Snead en tête, devraient sérieusement considérer la possibilité de modifier en profondeur leur équipe d’entraîneurs s’ils ne veulent pas continuer de gâcher de beaux jeunes talents.

NFL: San Diego Chargers at San Francisco 49ers49ers de San Francisco (fiche de 5-11 en 2015)

Q1 – Les 49ers auront une nouvelle équipe d’entraîneur menée par Chip Kelly. En embauchant Kelly, les 49ers ont démontré une certaine audace, mais est-ce que ce choix s’avérera payant ou est-ce que les 49ers poursuivront leur chute vers les bas-fonds de la nfl ?

Peu importe ce qu’on en pense, Chip Kelly connaissait du succès à ses débuts à Philadelphie. Il avait rapidement remonté cette organisation. Tant que Kelly s’est limité à son rôle d’entraîneur chef, tout allait bien. C’est quand il s’est pris pour un directeur gérant que les choses se sont détériorées. N’est pas Bill Belichick qui veut et il y a très peu d’individus qui peuvent occuper les postes d’entraîneur chef et de directeur gérant d’une concession de sport professionnel (en fait, Belichick est le seul, à ma connaissance, à cumuler les deux fonctions avec succès toutes ligues de sport professionnelles confondues).

La plupart des fans souhaitent le retour de Kelly au football collégial et le plus rapidement possible. C’est aussi un peu mon opinion. Par contre, je suis quelqu’un de prudent alors j’aurais tendance à attendre de voir s’il va profiter de sa dernière chance avant de me prononcer. Mais si on limite Kelly à un rôle d’entraîneur chef et uniquement d’entraîneur chef (c’est la clé ici), on pourrait être surpris des résultats. Qui sait ?

Q2 – Les 49ers ont une des situations les plus difficiles au poste de quart-arrière. On reconnaît à Blaine Gabbert (qui est un ancien choix de 1ère ronde) et à Colin Kaepernick (qui a déjà mené les 49ers jusqu’au Super Bowl) un certain talent, mais il y a beaucoup d’incertitude dans les deux cas. En 2016, est-ce qu’un de ces deux quarts-arrières sera en mesure de ressusciter sa carrière dans le système de Chip Kelly ?

Dans cette situation, je ne suis pas le meilleur juge car, au départ, je n’ai jamais cru en Blaine Gabbert. Lors de son année de repêchage (2011, la même année que Kaepernick d’aillers) je trouvais qu’il était surévalué et qu’il ne méritait pas d’être sélectionné aussi haut. Par contre, j’étais un fan de Kaepernick et je le voyais comme une carte cachée, un joueur qui avait échappé au système (les 49ers l’avaient finalement repêché en 2e ronde, ce qui était sa juste place, mais il était projeté plus loin que ça).  La tentation d’avoir un parti pris dans la lutte que se livreront Gabbert et Kaepernick est forte. Cependant, je demeurerai prudent car, à mon sens, Kaepernick a démontré des problèmes d’attitudes importants depuis son arrivée dans la nfl, problèmes qu’on ne lui connaissait pas au niveau universitaire. Au contraire, les fans de Nevada (son équipe universitaire), vantaient ses qualités de leader sur tous les blogues de football. Kaepernick est un bel exemple de ce que l’argent et la reconnaissance peuvent faire à un athlète.

Puisque Kaepernick a démontré une attitude problématique durant toute la saison morte et que son désir de jouer à San Francisco peut être remis en question, je m’attends à ce que Gabbert gagne le poste de partant.

D’une façon ou d’une autre, je m’attends à une performance décente de la part du quart-arrière partant des 49ers, peu importe qui héritera du poste. Le système de Chip Kelly a fait ses preuves à ce niveau et ça ne sera certainement pas pire que Sam Bradford et Mark Sanchez à Philadelphie.

Q3 – En 2015, l’offensive des 49ers a terminée au 32e et dernier rang avec une moyenne d’à peine 14.9 points par match (à plus de 2 points par matchs de l’avant dernière place). Avec un personnel relativement semblable, est-ce que l’ajout de Chip Kelly sera suffisant pour relancer cette attaque ?

Poser la question, c’est un peu y répondre.

En 2015, ce n’est pas la défensive des 49ers qui était le problème. Elle a terminé au 18e rang de la ligue ce qui est très bien compte tenu qu’elle était constamment sur le terrain. Malgré de nombreuses pertes, cette défensive compte sur suffisamment de talent pour se débrouiller.

Du côté offensif du ballon, c’est une autre histoire cependant. Si on fait exception de l’excellent Carlos Hyde (parviendra-t-il enfin à rester en santé ?), les 49ers n’ont pas beaucoup de munitions en attaque. Vance McDonald (ailier rapproché), Torrey Smith, Bruce Ellington, Quinton Patton, rien pour effrayer l’adversaire.

C’est beau le système de jeu, mais pour espérer connaître du succès, les 49ers devront espérer qu’un de leurs jeunes joueurs parviennent à causer des surprises.  Les matchs hors concours pourraient permettre de révéler de nouveaux talents et, en ce sens, je vous invite à garder un œil sur Devon Cajuste (un joueur non repêché issu de l’université Stanford) et Aaron Burbridge (choix de 6e ronde issue de Michigan State). Ces deux joueurs, surtout Cajuste qui est un receveur de passe format géant, semblent avoir le potentiel pour connaître du succès dans la nfl.

[button color= »blue » size= »medium » link= »http://leblitznfl.com/author/hfoucher2013/ » icon= » » target= »true »]Lire la tournée AFC et NFC ici[/button]
Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut