Actualité 2016-17

Analyses X’s et O’s – Finales d’Association 2017

Du gros football nous attend ce dimanche. Du côté de la NFC, possiblement les deux meilleures attaques de la ligue, et deux défenses qui se cherchent. De l’autre côté, on verra deux équipes plus complètes, mais le potentiel de feux d’artifices est moindre.

Packers @ Falcons

Cliquez pour agrandir

Les deux QB’s avec le plus de passes de touché de la ligue, deux défensives suspectes contre la passe, sur le gazon artificiel dans un stade couvert. Je pense qu’on va voir des points! Vegas aussi d’ailleurs, le « over/under » est rendu à 61.5 points et ne cesse de monter!!!

Quand les Falcons ont le ballon

Cliquez pour agrandir

Difficile de courir contre les Packers. La semaine dernière, ils ont joué en « nickel » tout le match, même contre le personnel de base des Cowboys, ce qui normalement donne un énorme avantage à l’attaque au sol. L’intérieur de la DL (l’excellent Mike Daniels de même que la recrue Kenny Clark, qui a grandement amélioré son jeu depuis quelques semaines) a excellé, mais commençait à manquer d’énergie en fin de match. Les Falcons vont tester la patience de Capers à rester en Nickel, peut-être même en forçant la note avec des formations à 3 TE et un seul WR, formations qu’ils ont utilisé avec brio plus tôt en saison, contre les Broncos entres autres. La ligne des Falcons a reçu moins de publicité que celle des Cowboys, mais ils ont quand même fait le travail, et on verra d’excellents duels entre Daniels et le OC Alex Mack, entres autres. L’attaque au sol des Falcons est complète, multi-facettes, et capable de vous servir deux styles de porteurs très différents, le décisif Tevin Coleman qui plante son pied et attaque l’ouverture, et l’agile Freeman qui peut faire passer dans le beurre le plaqueur insouciant. Ne faites pas l’erreur de croire qu’ils sont « soft » par contre, les deux n’ont pas peur du contact et d’imposer leur volonté sur les plaqueurs. Ils sont aussi tous deux d’excellents receveurs, et les Packers ont eu de la difficulté en couverture avec leurs LB’s cette saison.

Inversement, il ne serait pas surprenant de voir les Falcons tenter d’exposer la faiblesse de la tertiaire des Packers, en particulier sa profondeur. Les CB’s #1 (Shields), #3 (Rollins), #5 (Goodson) et #6 (Dorleant) sont blessés. Ils ont promu Herb Waters de l’escouade de pratique la semaine dernière, Waters est un WR de carrière qu’ils ont converti en CB à la fin du camp d’entraînement cet été…ça vous donne une idée. On utilise le S/CB hybride Micah Hyde comme « slot corner », c’est un joueur intelligent mais face à Julio ou encore à la vitesse brute de Talyor Gabriel, il en aura plein ses bottes.

La semaine dernière, Kyle Shanahan a fait un travail remarquable pour dessiner des formations qui séparaient Richard Sherman de Julio Jones, soit par des « stacks » (deux receveurs l’un derrière l’autre) ou des « bunch » (trois receveurs près l’un de l’autre). Les Packers ont fait un effort clair (avec des résultats mitigés, j’en conviens) d’affecter Ladarius Gunter à suivre OBJ il y a deux semaines et Dez la semaine passée, ils voudront sans doute faire la même chose avec Julio, mais s’ils le laissent un contre un, comme ils l’ont malheureusement fait la semaine passée avec Dez, le résultat est assez prévisible. Bémol, on sait que Julio n’est pas à 100%. Les autres CB’s des Packers sont mauvais, on voit bien que Damarious Randall n’a pas ses jambes, lui qui a manqué matches et pratiques pour une multitudes de blessures cette année, et ne devrait probablement pas jouer mais le fait parce qu’ils n’ont personne d’autre.

La force des Packers dans la tertiaire est son duo de S, mais Morgan Burnett n’a pas fini le match la semaine passée. Son cas est plus qu’incertain.

Bref, l’excellente attaque des Falcons peut frapper de plusieurs façons. La D des Packers a des faiblesses évidentes, mais provoque des gros jeux en prenant des chances. Ce sera à Ryan et aux Falcons de les garder sur les talons et de profiter des risques que doit prendre Capers pour provoquer des choses. Dans ce genre de match, chaque 3e essai est crucial, et de surprendre l’autre équipe et forcer un 4e essai sera super important, car j’ai l’impression qu’on ne verra pas beaucoup de bottés de dégagements…

Quand les Packers ont le ballon

Cliquez pour agrandir

Aaron Rodgers est dans « la zone ». Rien ne l’arrête par les temps qui courent. La facilité avec laquelle il a dépecé les Giants, puis les Cowboys (sans Jordy Nelson dans les deux matches) est impressionnante. Je l’ai écrit la semaine passée, ils avaient marqué 38 points contre les Giants, Seahawks et Vikings dans le dernier mois, trois excellentes défenses, donc ce n’était pas une surprise.

Il n’aura pas le choix d’être exceptionnel encore cette semaine, car Nelson est un cas douteux, tout comme Davante Adams et Gerronimo Allison. C’est bien beau Jared Cook et que Randall Cobb semble avoir retrouvé ses moyens, mais c’est une grosse commande. La tertiaire des Falcons s’ennuie de l’excellent Marcus Trufant, mais le jeune Jalen Collins, entres autres, se défend bien, tout comme Keanu Neal, qui a vraiment fait sentir sa présence au milieu du terrain la semaine dernière, lui qui joue le rôle de Kam Chancellor dans la défense de Dan Quinn.

Le duel commencera par Vic Beasley face aux OT’s des Packers, tous deux excellents en protection de passe. Beasley devra mettre de la pression, mais devra le faire de façon disciplinée, car s’il perd l’extérieur et que Rodgers déborde pour improviser, c’est terminé.

La semaine dernière on a beaucoup vu les Packers sembler se présenter avec du personnel de base, pour « sortir » Ty Montgomery en receveur éloigné, et les Cowboys répondaient en lui assignant Sean Lee en couverture, même comme receveur éloigné. Un risque, mais ça a quand même bien fonctionné pour les Boys. On pourrait voir la même chose cette semaine avec le rapide Deion Jones, une recrue qui a connu une solide saison, surtout en couverture.   On pourrait voir Jones sur Jared Cook également. Je crois qu’à ce moment, les Packers pourraient être tentés de raccourcir le match et de courir un peu plus qu’à l’habitude, pour profiter  des lacunes des Falcons à cet effet, et je donne un net avantage à l’intérieur de la OL des Packers face aux DT’s des Falcons.

On a vu les Cowboys commencer le match avec une approche conservatrice et se faire brûler. Rod Marinelli s’est ajusté et s’est mis à blitzer, pas dans le visage de Rodgers (ça ne fonctionne jamais), mais à partir des « slot corners », et ça a donné des résultats, ils ont même failli gagner le match (en forçant ce qui aurait pu être un échappé) sur le sack juste avant le mémorable jeu de Rodgers a Cook sur la dernière séquence. Est-ce qu’on verra Quinn puiser dans le même sack de trucs.

Steelers @ Patriots

Cliquez pour agrandir

Comme l’a souligné mon collègue Michel Hersir sur twitter, c’est la première fois depuis 2004 que Brady et Big Ben vont s’affronter en séries. C’est incroyable considérant que les deux équipes ont représenté la AFC au Superbowl 3 fois chacune depuis, et fait les séries toutes les deux la majorité des années, mais que leurs chemins ne se sont pas croisés.

Quand les Steelers ont le ballon

Cliquez pour agrandir

Les Pats sont #1 dans la ligue pour les points accordés, la statistique la plus importante évidemment pour une défensive. Mais portons attention à cette liste:

Carson Palmer. Ryan Tannehill. Tyrod Taylor (deux fois). Joe Flacco. Andy Dalton. 6 matches contre des QB’s adéquats. Brock Osweiler (deux fois). Colin Kaepernick. Ryan Fitzpatrick (deux fois). Jared Goff. Trevor Siemian. 7 matches contre des gars qui n’ont pas leur place, dont 6 que la NFL veut remplacer et Goff qui n’est clairement pas prêt. Charlie Whitehurst. Landry Jones. Matt Moore. 3 matches contre des quarts substituts à qui il serait gênant de consentir plus de 13 points. Reste Russell Wilson, le seul QB de premier plan affronté par les Pats cette année, qui a quand même mené les Hawks à 31 points, à Foxboro par surcroît.

Vite de même, je considère que 75% (24/32) des équipes ont un QB adéquat, donc une équipe devrait jouer 12 de ses 16 matches contre des QB’s décents. Les Pats en ont joué 7. En comparaison, les Steelers en ont affronté 14, et les Texans (qui ont accordé le moins de verges de la ligue), 13.

Je me retiens donc avant de dire que la D des Patriots est élite. Sans pour autant dire qu’ils sont horribles, loin de là, mais ils ont des preuves à faire.

Inversement, voici les stats de Big Ben sur la route cette année : 59% de complétion (vs 71% à la maison), 6.7 verges par passe (8.5 à la maison), 9 touchés vs 8 interceptions (vs 20/5). Avec un coefficient de 78.4, sur la route, il a été un QB très moyen cette année. Mais c’est un gros match, et il sort normalement pour les gros matches.

Les Steelers vont devoir gagner des premiers jeux au sol, comme ils le font depuis le débit des séries. Leur OL est devenue l’une des meilleures, surtout depuis que Alejandro Villanueva développe son immense talent et, au courant de la saison, est passé du maillon faible à un maillon fort. LeVeon Bell est non seulement l’un des meilleurs RB’s de la ligue, mais le fait avec un style unique, et est aussi un des meilleurs RB’s pour courir des tracés. Aucun LB des Pats ne peut le suivre en couverture (mais c’est pas comme s’ils avaient besoin de Anthony Collins…).

Normalement, les Pats font une priorité de limiter ce que l’autre équipe fait le mieux. Ici, ils ont un choix à faire, c’est Bell, ou c’est Antonio Brown. S’ils s’acharnent à stopper Bell, il va falloir que Malcolm Butler contienne AB un à un. Ce sera une grosse clé du match.

Quand les Patriots ont le ballon 

Cliquez pour agrandir

Les Steelers opèrent le même système défensif depuis les années ’90. Ils sont relativement prévisibles dans leur choix de jeux. Les Steelers jouent principalement en zone, stoppent la course, gardent le jeu devant eux, et les zones se resserrent plus on se rapproche des buts. D’ailleurs, les Steelers sont 1er en défensive de zone payante depuis 2 ans. Les Pats et Brady ont eu plusieurs fois l’occasion de s’y mesurer, et avec succès. Brady est passé maître dans l’art de découper ces zones et d’y trouver les trous. Étirer horizontalement la défense, lancer plusieurs petites passes consécutives, que d’autres quarts n’auraient pas la patience d’exploiter sans jamais se laisse tenter par la longue passe. Le supplice de la goûte!!!

Je m’attends donc à voir la version James White/Deion Lewis de l’attaque des Pats, plutôt que la version « Blount ».

Les Steelers sont bien meilleurs en défense depuis que Bud Dupree est sorti de sa coquille. Le joueur qui pourra changer le match sera Ryan Shazier. Il patrouille le centre de la zone que Julian Edelman aime bien exploiter, mais Shazier est possiblement le ILB le plus rapide de la ligue. Il lui arrive d’être trop agressif par contre, donc attention aux double-tracés.

Brady a connu un match ordinaire la semaine passée. La pression des Texans l’a sorti de son rythme tout le match. C’est le point commun de ses rares contre-performances, en fait. Par contre, ça arrive rarement deux semaines de suite!!! Les Steelers vont devoir mettre de la pression à l’intérieur, dans son visage, pour le faire danser. C’est Stephon Tuitt qui est le meilleur DL intérieur, et à lui que va revenir cette responsabilité. Et c’est là où la OL des Pats est la plus vulnérable. Ce sera sans doute la clé dans ce duel.

Infographies par Guillaume Villemaire

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut