Actualité 2017-18

En Route vers le Repêchage 2017: Les Secondeurs

Pour le 4e classement de la saison en vue du repêchage, nous allons nous tourner du côté de la défensive avec les secondeurs.  J’aimerais préciser que ce classement n’inclura que les secondeurs évoluant en retrait de la ligne de mêlée.  Les secondeurs extérieurs évoluant sur la ligne de mêlée (dans une défense « 3-4 ») feront l’objet d’un autre texte (portant sur la ligne défensive).

Comme d’habitude, j’ai dressé une liste des 15 meilleurs secondeurs qui évoluent actuellement dans la NFL en me basant, notamment mais non limitativement, sur les équipe « all-pro » des dernières années.  L’objectif est de trouver des caractéristiques communes afin de préciser les qualités qu’on doit rechercher chez les jeunes prospects.  Généralement, mais non limitativement, voici certaines constations qu’on peut faire à partir de cette liste :

  1. Au niveau physique, tous mesurent plus de 6 pieds et 14 des 15 meilleurs pèsent entre 230 et 250 livres.  Dont’a Hightower des Patriots, qui a quand même perdu du poids depuis son arrivée dans la NFL, est l’unique exception (il pèse plus de 250 livres).  La nouvelle génération est de plus en plus légère parce que ces joueurs sont de plus en plus utilisés en couverture de passe.  Cependant, pour l’instant, un poids minimal de 230 livres demeure la norme.
  2. 14 des 15 meilleurs ont joué leur carrière collégiale au sein d’une équipe appartenant au « power 5 ». Comme son nom l’indique, le « power 5 » regroupe les 5 conférence les plus fortes de la NCAA (Big Ten, Big 12, ACC, SEC et PAC-12). Chaque année, les dépisteurs sont à la recherche de prospect provenant de petits programmes universitaires, mais c’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin.  Cette année, l’unique exception est Bobby Wagner des Seahawks (il a joué son football universitaire à Utah State).  Wagner, un peu comme Khalil Mack, était un homme parmi les enfants au niveau universitaire et à moins d’avoir un joueur de ce talent, il vaudra toujours mieux se tourner vers des programmes universitaires qui ont fait leur preuve.
  3. Ils ont tous été élus sur la 1ère équipe d’étoile de leur conférence à au moins une reprise. 10 des 15 meilleurs ont également été élu à au moins une reprise sur les sélections « all-american ». Ce que je veux faire ressortir, c’est l’importance d’avoir été productif sur le terrain.  Les phénomènes athlétiques qui n’ont pas performé sur le terrain ne deviendront pas de grands joueurs au niveau de la NFL.
  4. 13 des 15 meilleurs ont couru le 40 verges sous les 4.70 secondes (les 10 premières verges sous les 1.60 secondes). Les qualités athlétiques et notamment la vitesse, sont de plus en plus importantes parce que les secondeurs doivent de plus en plus couvrir en situation de passe. Même Dont’a Hightower qui est le plus costaud du groupe des 15 meilleurs, peut courir (il a réalisé un temps de 4.68 sur 40 verges).  Il n’est pas impossible pour un joueur plus lent de réussir dans la NFL, mais la tâche est de plus en plus difficile.

Même si le classement que je vous présente dans ce texte est principalement basé sur les observations que j’ai fait à partir de ce que j’ai vu sur le terrain, pendant les matchs, je ne perds jamais de vue la liste de critères que je viens de vous présenter. À mon sens, ces critères représentent des seuils minimaux, une note de passage pour connaître du succès dans la NFL.  On peut passer outre, mais il faut avoir des raisons pour le justifier.

Finalement, je vous rappelle que mon objectif principal demeure de vous transmettre le plus d’information possible sur les joueurs.  Alors faites-vous votre propre opinion, tout en gardant en tête que le repêchage est loin d’être une science exacte.

  1. Reuban Foster, Alabama

Taille/poids : 6 pieds, 230 livres

Expérience : senior

Statistiques :

2016-115 plaqués (dont 13 pour des pertes), 5 sacs du quart

2015-73 plaqués (dont 8 pour des pertes), 1 sac du quart

Description : Foster n’a connu qu’une seule saison vraiment productive en Alabama parce qu’il a dû attendre son tour derrière d’autres excellents joueurs (notamment Reggie Ragland).  Par contre, lorsqu’il a eu son opportunité, il ne l’a pas manqué (nommé « all-american » et élu sur la 1ère équipe d’étoile de sa conférence en 2016).

Considéré comme un prospect 4 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Foster possède une grande force d’accélération et couvre beaucoup d’espace sur le terrain. Il est solide techniquement et ne manque à peu près jamais un plaqué.  Par contre, il a grandement bénéficié de la formidable ligne défensive d’Alabama devant lui de qui rend son travail plus difficile à évaluer.

Foster n’a pas participé au processus d’après-saison.  D’abord, il s’est fait éjecter du « NFL combine » suite à une obscure histoire de conflit avec le personnel infirmier responsable de son examen médical.  Ensuite, il s’est blessé à son « pro-day ». Il manque donc de l’information pour l’évaluer correctement, sans compter que l’histoire du « combine » éveil des soupçons sur un possible trouble de caractère.

Analyse et projection : même s’il n’a pas participé au processus d’après-saison, ce qu’on a vu sur le terrain est suffisamment éloquent pour classer Foster au 1er rang à sa position. La 1ère note que je me suis mis la toute première fois que je l’ai vu évoluer est « dieu qu’il est rapide ».  Je faisais référence à sa capacité à fermer l’espace entre lui et sa cible.  Ça en dit long sur l’excellence de son jeu sur le terrain.

Foster est un joueur complet et prêt à assumer un rôle de partant immédiatement dans la NFL.  La seule question qui demeure dans son cas : est-ce que l’histoire du « combine » va lui faire perdre quelques rangs.

  1. Zach Cunningham, Vanderbilt

Taille/poids : 6 pieds 3, 234 livres

Expérience : senior

Statistiques :

2016-125 plaqués (dont 16.5 pour des pertes)

2015-103 plaqués (dont 16.5 pour des pertes), 4.5 sacs du quart

Description : L’écart est très mince entre le 2e et le 5e rang de ce classement et j’ai longuement hésité avant de placer Cunningham à cet endroit.  Parce que malgré l’excellence de son jeu et le fait qu’il soit un joueur complet, il peut parfois être vulnérable contre la course en puissance (voir son match contre Tennessee notamment) et il lui arrive de manquer des plaqués contre des porteurs de ballon robustes ce qui est un défaut important.  Néanmoins, le problème m’apparaît être d’ordre technique dans son cas, ce qui peut être corrigé par une bonne équipe d’entraîneurs.

Considéré comme un prospect 4 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Cunningham a choisi Vanderbilt parce que certains gros programme (comme Alabama) avaient des réserves à son endroit.  En 3 saisons, il s’est élevé au rang des meilleurs à sa position en étant élu à 2 reprises au sein des équipes d’étoile de sa conférence (2015 et 2016), en plus d’être nommé « all-american » (2016).  Obtenir une telle visibilité quand on joue à Vanderbilt n’est pas une chose banale.

Au « nfl combine », Cunningham a continué son excellent travail en réalisant un temps de 4.67 sur 40 verges ainsi qu’un saut vertical de 35 pouces.  C’est chiffres ne le place pas parmi les meilleurs, mais sont suffisamment bon pour ne pas soulever d’interrogation.  Dans le cas d’un joueur de ce calibre, c’est tout ce qu’on voulait voir. Juste comme ça, Bill Belichick avait personnellement fait le voyage au « pro-day » de Vanderbilt.  Les Patriots n’ont aucune chance de repêcher Cunnigham (qui sera parti longtemps avant la 3e ronde), mais Belichick ne se serait pas déplacé à Vanderbilt pour aller évaluer un prospect de deuxième ordre.

Analyse et projection : Cunningham coche toutes les cases.  Il couvre beaucoup d’espace sur le terrain sans avoir le bénéfice d’une bonne ligne défensive devant lui (c’est ce qui est impressionnant).  Il couvre extrêmement bien en situation de passe.  Une machine à plaquer dont le profil rappel un peu celui de Jerod Mayo.  Un choix de 1ère ronde que représente une valeur sûr.

  1. Haasan Reddick, Temple

Taille/poids : 6 pieds 3, 234 livres

Expérience : senior

Statistiques

2016 -65 plaqués (dont 22.5 pour des pertes) et 10.5 sacs du quart

2015-46 plaqués (dont 12.5 pour des pertes) et 5 sacs du quart.

Description : Aucun joueur n’a mieux performé que Reddick durant le processus d’après-saison et j’aurais aimé pouvoir le classer plus haut Parce que j’adore ce joueur.  Évoluant à la position d’ailier défensif durant sa carrière collégial (il est trop petit pour occuper cette position dans la NFL), il a convaincu tout le monde qu’il pourrait faire la transition facilement au poste de secondeur dans la NFL.

Reddick a réalisé une performance spectaculaire au « NFL combine » avec un excellent temps de 4.52 sur 40 verges notamment.  Lors des exercices de position, autant au « NFL combine » qu’à son « pro-day » il a convaincu tout le monde qu’il a les qualités athlétiques nécessaire pour couvrir en situation de passe (après l’avoir observé, je dois admettre que je suis convaincu moi aussi).

Analyse et projection : Reddick est le joueur qui présente les meilleures qualités athlétiques pour la position de secondeur cette année.  Et il performé à un haut niveau à l’université même si c’est à une autre position.  On sait, à tout le moins, qu’il est un excellent joueur de football.

Reddick aura besoin de temps pour se développer (quoiqu’à la vitesse ou il semble s’adapter, on pourrait être surpris), mais il a le potentiel pour devenir le meilleur secondeur issu de ce repêchage.  Pour cette raison, il partira probablement en 1ère ronde même si on peut avoir des doutes sur sa capacité à assumer un rôle de partant dès le début de sa carrière.  Un beau projet avec un très grand potentiel.

  1. Raekwon McMillan, Ohio State

Taille/poids : 6 pieds 2, 240 livres

Expérience : junior

Statistiques :

2016-102 plaqués (dont 7 pour des pertes), 2 sacs du quart

2015-119 plaqués (dont 4 pour des pertes), 1.5 sacs du quart

Description : À mon avis, McMillan, qui est exclu de la plupart des top 5,  ne reçoit pas l’attention qu’il mériterait de la part des « experts du repêchage » actuellement.  Il est un jouer de très haut niveau.  J’ai vu presque tous les matchs d’Ohio State cette saison et je me suis régulièrement marqué des notes à l’effet que McMilllan et Malik Hooker étaient les deux joueurs les plus dominants de l’équipe.  Je n’ai pas changé d’idée depuis.

Considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, McMillan a été élu à deux reprise sur les équipes d’étoiles de la conférence « BIG 10 » (2015 et 2016), en plus d’être nommé « all-american » en 2016.  Il est un jouer complet et productif qui couvre beaucoup d’espace sur le terrain en plus d’être solide techniquement et fiable.  Il possède un bon sens du jeu et a été le quart-arrière d’une des meilleures défensives de la NCAA.

Durant le processus d’après-saison, McMillan a bien performé réalisant, notamment, un 40 verges de 4.61, ce qui est très bon pour un joueur de sa taille.

Analyse et projection : J’ai lu plusieurs commentaires plutôt négatifs à propos de McMillan avec lesquels je suis en désaccord.  Certains prétendent qu’il n’est pas un joueur étincelant, qu’il n’a pas de qualités exceptionnelles.  Ce n’est pas ce que j’ai vu sur le terrain.  La qualité du jeu de McMillan est très élevée et il est un joueur d’impact.

Difficile de prédire son rang de sélection parce que les rapports à son sujet sont variables.  Mais s’il devait glisser au repêchage, il deviendrait une aubaine.  Un joueur qui est prêt, malgré son jeune âge, à assumer un rôle de partant dès le début.

  1. Jarrad Davis, Florida

Taille/poids : 6 pieds 1, 238 livres

Expérience : senior

Statistiques :

2016-60 plaqués (dont 6 pour des pertes) et 2 sacs du quart.

2015-98 plaqués (dont 11 pour des pertes), 3.5 sacs du quart

Description : L’écart entre les 5 premiers secondeurs sur la liste est extrêmement mince. Pour cette raison, je classe Davis 5e,  mais je ne serais pas surpris s’il était le 2e ou le 3e secondeur sélectionné et, honnêtement, je n’aurais rien contre ce choix car il est un excellent joueur.

Sur le terrain, Davis n’a pas connu une carrière à la hauteur de certains autres joueurs sur cette liste (au niveau des statistiques du moins), notamment parce qu’il a été blessé pendant sa saison senior.  Il demeure un atout remarquable contre la course qui peut parfois être un peu plus vulnérable contre la passe (la raison pour laquelle il n’est pas plus haut sur ma liste).

Lors du processus d’après-saison, Davis a impressionné, réalisant un temps de 4.58 sur 40 verges et un saut vertical de 38 pouces à son « pro-day ».  Davis représente un prototype physique idéal pour la position et il n’a pas peur des contacts physiques.

Analyse et description : Davis coche toutes les cases.  De plus, il emmène une dimension de robustesse que la plupart des autres prospects sur cette liste ne possèdent pas.  Il devra améliorer son jeu dans les situations de passe s’il veut connaître du succès.  Un aspect sous-estimé de son jeu : il est excellent sur les unités spéciales.

Davis devrait normalement être repêché avant le milieu de la 2e ronde, peut-être à la fin de la 1ère ronde.  Il pourrait d’abord contribuer sur les unités spéciales et dans les situations de course avant de devenir un partant à temps plein.

MENTIONS HONORABLES

  1. Kendell Beckwith (6 pieds 2, 243 livres), LSU: Blessé en fin de saison, il n’a pas pu participé au processus d’après saison, ce qui représente un gros problème dans son cas parce que le seul doute qu’on peut entretenir sur lui est relatif à sa vitesse. Il est un excellent joueur de football et, malgré sa blessure, il a quand même été élu sur la 1ère équipe d’étoile de la conférence « SEC » (la plus forte de la NCAA).  Beckwith est le secondeur le plus solide de ce repêchage contre le jeu au sol, à mon avis et il peut se débrouiller contre la passe, surtout dans un contexte de défensive de zone.  Personnellement, si j’étais directeur-gérant d’une équipe de la NFL, j’attendrais après la 3e ronde et je le repêcherais (à condition que je sois rassuré par son état de santé bien sûr).  Les classements que je fais, je le mentionne souvent, sont fonction du potentiel du joueur et non de son rang anticipé de sélection.  Et au niveau du potentiel, Beckwith devrait devenir un partant dans la NFL s’il obtient sa chance.
  2. Alex Anzalone (6 pieds 3, 241 livres), Florida: J’ai vu presque tous les matchs de Florida cette année et je me questionnais à chaque fois pour savoir qui je trouvais meilleur entre Anzalone et son coéquipier Jarrad Davis (le 5e sur cette liste).  La réponse variait en fonction du match.  Sur le terrain, Anzalone est vraiment excellent et il possède tous les traits physiques et athlétiques d’un joueur de la NFL. Le problème, et il est majeur, c’est qu’il a passé autant de temps dans la salle des thérapeutes que sur le terrain de football.  La capacité d’Anzalone de demeurer en santé soulève un important drapeau rouge, par contre, je n’ai aucun doute sur sa capacité de connaître du succès dans la NFL si son corps tient le coup.
  3. Duke Riley (6 pieds, 232 livres), LSU: Il est très athlétique et très rapide sur le terrain (il a notamment couru son 40 verges en 4.58) et il profite du momentum crée par Deion Jones l’année dernière (Riley est un peu le même type de joueur et il provient du même programme universitaire). Par contre, Riley n’est pas un joueur aussi solide que ne l’était Jones sur le terrain et la comparaison m’apparaît un peu boiteuse.  Riley n’a été partant qu’une seule saison à LSU et il ne m’apparaît pas prêt à assumer un rôle majeur dans la NFL (il aura besoin d’au moins un saison complète pour s’adapter selon moi).  Il a le potentiel athlétique pour réussir dans la NFL s’il est bien développé.
  4. Anthony Walker (6 pieds 1, 238 livres), Northwestern: Un joueur qui a connu beaucoup de succès au cours des 2 dernières années, mais qui est probablement victime du fait qu’il a joué dans un relatif anonymat à Northwestern. Au niveau physique, Walker coche toutes les cases (notamment, il a réussi un temps de 5.65 sur 40 verges).  Il a, de plus, été très productif sur le terrain (nommé « all-american » en 2015 et élu sur les équipes d’étoiles de la conférence « BIG 10 » en 2015 et 2016).  Un prospect intéressant dans les rondes du milieu. Il se retrouve dans une situation semblable à De’vondre Campbell l’année dernière (bon prospect, mais appartenant à un programme qui est un peu sous le radar).
  5. Jordan Evans (6 pieds 3, 232 livres), Oklahoma : Vous ne le trouverez probablement pas dans le top 10 d’aucun classement (sauf celui-ci) actuellement. Un prototype physique idéal pour la position, il a pris tout le monde par surprise en réalisant un temps de 4.50 sur 40 verges lors de son « pro-day ». Très productif sur le terrain (élu sur les équipes d’étoiles de la conférence « BIG 12 » au cours des 2 dernières années), il est un joueur sous-estimé.  Projeté pour être un agent-libre prioritaire, la performance d’Evans lors de son « pro-day » pourrait changer bien des choses.  De toute façon, comme je le mentionne souvent, mes classements sont en fonction du potentiel pas du rang anticipé de sélection et j’aime le potentiel d’Evans.
  6. Ben Gedeon (6 pieds 2, 244 livres), Michigan: un excellent joueur, très intelligent et très physique, qui a été le capitaine de l’excellente défensive de Michigan au cours de la dernière année. Il est solide comme joueur de football, même si ses qualités athlétiques sont moyennes.  Cependant, il a réalisé une performance meilleure qu’anticipée lors du processus d’après saison réalisant, notamment, un temps de 4.75 sur 40 verges.  C’est un temps qui est relativement lent selon les standards de la NFL, mais ce n’est pas catastrophique non plus.  À ce stade, Gedeon m’apparaît plus comme un prospect de fin de repêchage, mais son sens du jeu pourrait éventuellement lui valoir un poste de partant.  En ce sens, sa situation pourrait ressembler à celle de Tyler Matakevich l’année dernière.
  7. Riley Bullough (6 pieds 2, 225 livre), Michigan State: Élu au sein des équipes de football de sa conférence au cours des 2 dernières années, Bullough est un nom connu dans les cercles de la NCAA (notamment parce que son frère Ryan a emprunté le même chemin que lui) et un favori des fans. Sa performance lors du processus d’après saison a été correcte (4.71 sur 40 verges notamment), mais il est petit pour la position compte tenu des standards de la NFL. Bullough, un excellent joueur sur le terrain, risque de faire parti d’une longue liste de joueur qui ont brillé au niveau de la NCAA, mais qui n’avaient pas les caractéristiques nécessaires pour connaître les mêmes succès dans la NFL.
  8. Ben Boulware (6 pieds 238 livres), Clemson: Le cœur et l’âme des champions nationaux. C’est à dessein que je lui ai gardé la dernière place sur la liste.  Un joueur électrisant que tous les fans de la NCAA adorent, mais qui a bénéficié de jouer derrière la meilleure ligne défensive du football universitaire.  Durant le processus d’après saison, Boulware a confirmé ce qu’on savait déjà : il est lent (il a réalisé un temps de 4.89 sur 40 verges lors de son « pro-day »).  Par contre, il y a des fois ou le cœur, le désir de vaincre et le leadership dépassent largement les qualités athlétiques.  S’il y en a un qui est capable de vaincre les pronostiques, c’est bien Boulware.  Alors je le place au dernier rang, mais c’est dans l’espoir de le voir surprendre et devenir un partant viable dans la NFL.

Comme vous l’aurez constaté, certains joueurs, dont TJ Watt, Vince Biegel et Jordan Willis, n’ont pas été inclus dans cette liste parce qu’ils sont considérés comme des secondeurs évoluant sur la ligne de mêlée.  Pour cette raison, je parlerai de ces joueurs dans mon classement traitant de la ligne défensive.  Cependant, il existe une possibilité qu’une équipe repêche un de ces joueurs (Watt par exemple), pour le faire évoluer comme secondeur intérieur.  Si ça devait être le cas, Watt mériterait de faire partie du top 5 de cette liste.  Je voulais le préciser.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut