Actualité 2017-18

L’État des Forces pré-saison – Qui est au 1er rang en 2017?

Et voilà, le dernier de cette série d’articles. Finies les surprises, il y a à mon avis 5 équipes qui sont clairement meilleures que les autres sur papier. Chacun des fans de ces équipes espère le Superbowl, rien de moins. D’ailleurs, les trois derniers gagnants du Superbowl étaient dans mes élites de présaison (Pats 2016 #4, Broncos 2015 #3 et Pats 2014 #4). Par contre, au niveau des finalistes, si j’avais les Seahawks #1 en 2014, j’étais loin de m’attendre à voir les Panthers (#20 en 2015) et les Falcons (#27 en 2016) se rendre aussi loin.

Il y aura probablement donc une surprise…

#5 Atlanta Falcons

On surestime peut-être le facteur psychologique de la débâcle qu’ils ont connu. Après une aussi décevante dégelée des Packers à Seattle au match de championnat, cela ne les a pas affectés l’année suivante. Par contre, le perdant du Superbowl semble avoir une disette de 30 ans sans bien jouer l’année suivante.

Les Falcons seront forts différents cette année. La perte de Kyle Shanahan est énorme. « On garde le même système ». Foutaise. Outre ses mauvaises sélections de jeux quand c’était le temps de courir pour tuer l’horloge au match ultime, Shanahan n’a pas son égal pour utiliser la motion pour libérer ses receveurs, pour vendre le « play-action », et pour exploiter avec le jeu aérien une défensive qui s’attend à la course, plein d’autres choses que les Falcons ont exécutés à  merveille l’an dernier dans cette saison record.

Je suis en plus très sceptique de coach Sarkisian. Même si ses problèmes d’alcool étaient derrière lui, il n’a qu’une saison comme coach dans la NFL (2004), et n’a pas impressionné dans ses derniers postes en NCAA. Bref, on passe peut-être du meilleur OC de la ligue à l’un des pires, ou définitivement à celui qui a le plus à faire ses preuves.

Inversement, je crois que la défensive pourra être bien meilleure. Ils ont été exposés en 2e demie au Superbowl, pas par manque de talent mais par manque de profondeur, les joueurs étaient épuisés de pourchasser Brady. 88 jeux en défense, la majorité en 2e demie, et tout le monde aurait été épuisé. Mais les Falcons ont joué avec plusieurs recrues dans des rôles importants, LB Jones, LB Campbell, SS Neal, CB Poole… ces recrues ont progressé toute la saison. S’ajoutent au groupe l’excellent Desmond Trufant, qui a manqué la2e moitié de la saison l’an dernier, l’athlétique Dontari Poe qu’on va enfin utiliser à son mieux, le premier choix DE McKinley et un autre LB ultra rapide de LSU, Duke Riley. C’est, en terme de « back-7 » (les joueurs qui jouent en couverture, i.e. DB et LB, probablement le groupe le plus rapide de la ligue, et l’un de ceux qui a le plus de profondeur.

Bref, un gros recul en attaque, une solide progression en défense.

Joueur à surveiller : Grady Jarrett, DT. Aurait peut-être été le MVP du Superbowl n’eut été de l’effondrement. Son jeu ressemble de plus en plus au style (n’atteindra jamais la qualité) de Warren Sapp. Pression de l’intérieur, si McKinley et Beasley continuent sur la même lancée, sera difficile à arrêter.

#4 Green Bay Packers

Je pourrais faire de profondes analyses mais la conclusion, c’est qu’ils ont Aaron Rodgers, et que les autres ne l’ont pas. En fait, vous remarquerez une corrélation assez forte entre mon classement de puissances et mon classement de QB’s, car 4 de mes 5 équipes d’élite ont … 4 des 6 QB’s d’élite.

Rodgers a perdu sa touche à la fin de la saison 2015 et mal commencé l’année en 2016. Il voyait de la pression qui n’était pas là et semblait hésitant à lancer le ballon en rythme. Puis, la lumière est revenue. Si on enlève un match ordinaire contre les Bears, dans ses 6 autres matches de saison après l’Action de Grâce, 18 passes de touché, aucune interception, toujours un rating au-dessus de 100 et deux avec >300 verges/4 TD’s. Et la liste des victimes compte d’excellentes défensives comme Houston, Seattle, Philadelphie et Minnesota.

Le réveil de Rodgers a coïncidé avec l’utilisation accrue de Ty Montgomery et de Jared Cook. On saura encore mieux comment utiliser Montgomery, qui aura une saison morte comme RB derrière la cravate. Cook est parti mais on a ajouté un meilleur joueur, Martellus Bennett, qui est plus fiable et un bien meilleur bloqueur. Lance Kendricks est un autre ajout qui donne la possibilité de solides formations à deux et même 3 TE. La polyvalence de ces joueurs va permettre aux Packers d’utiliser toutes sortes de combinaisons pour forcer les défensives à se commettre en terme de personnel, et d’exploiter toutes sortes de duels en faveur de Montgomery, Bennett ou Kendricks.

J’ai bien aimé ce que j’ai vu du trio de RB recrues, le groupe de receveurs est intact, talentueux, complet et diversifié. La OL a perdu T.J. Lang, qui n’était jamais à 100%, remplacé par un Jahri Evans, qui avait en avait perdu mais qui a connu un excellent camp. La profondeur est inquiétante par contre.

Une chose que j’aime, c’est que (enfin) Ted Thompson, s’il se rend compte que son équipe manque de punch à une position, n’a pas eu peur d’aller chercher de l’aide ailleurs cette saison, plutôt que d’attendre que les jeunes se développent. J’ai l’impression qu’on est un peu tannés d’être « la meilleure équipe qui ne se rend pas au Superbowl » chez les Packers. C’est vrai en attaque avec Evans, Bennett et Kendricks, mais aussi en défense avec Ahmad Brooks, Ricky Jean-François et Davon House.

En défense…la tertiaire soulève plein de questions. Voici ce que j’ai écrit, il y a deux semaines, et on ne peut pas dire que quoi que ce soit ne soit plus clair depuis.

Il y a quand même du talent dans le front-7, Mike Daniels, le 1er choix de l’an dernier Kenny Clark (qui a progressé toute la saison), le retour de Nick Perry. Est-ce que Clay Matthews va redevenir le joueur qu’il était? Sans doute pas. L’an dernier il s’est tellement fait prendre hors position souvent, pour chaque jeu spectaculaire il y avait deux jeux où à lui seul il laissait un trou béant. Les Packers ont besoin d’un meilleur Matthews. La signature de Brooks donne un peu de profondeur, et permettra d’utiliser Matthews comme ILB dans certaines formations. On espère aussi une progression du ILB Blake Martinez, repêché en 2016 avec la promesse d’un LB capable d’exceller en couverture, ce qui n’a pas été le cas (il a peu joué en 2e moitié de saison).

On compte sur un excellent duo de S et de quelques réservistes intéressants ici, dont la recrue Josh Jones qui a été la vedette du camp. Ça va permettre de faire plus souvent ce qu’ils faisaient avec succès en fin de saison, d’utiliser Morgan Burnett comme LB en « dime ».

Joueur à surveiller : Kevin King, CB. En fait, lui ou Damarious Randall ou Quinten Rollins ou Davon House. Au moins l’un d’entre eux doit offrir aux Packers une performance digne d’un CB#2, et ainsi éviter qu’on utilise encore Gunther plus de 1000 « snaps » et qu’on le laisse en couverture homme-à-homme avec des Julio et des OBJ.

#3 Seattle Seahawks

Ils ont posé un geste agressif cette semaine en allant chercher l’énigmatique mais immensément talentueux Sheldon Richardson, exactement le genre de personnalité forte qui peut fonctionner sous Pete Carroll comme nulle part ailleurs. Ça leur donne un DL qui va faire des ravages, avec Michael Bennett, Cliff Avril, Frank Clark et Richardson sur les situations de passes. Ça rend cette défensive très complète, avec des LB’s qui couvrent beaucoup de terrain, un Richard Sherman qui est encore excellent, et un duo de S inégalé. Rappelons que les Hawks ont joué sans Earl Thomas en fin de saison l’an passé, sans hésiter le S qui couvre le plus de terrain de la ligue. Sans lui, il y a une bonne partie du livre de jeux des Hawks qui ne peut simplement pas être exécuté.

On a entendu toutes sortes de rumeurs sur Jeremy Lane et DeShawn Shead (sur le PUP, absent 6 semaines) cette saison morte, et ils ont échangé Tremaine Brock qu’ils venaient juste de signer, ce qui laisse sous-entendre qu’ils sont très heureux de Shaquill Griffin, une recrue repêchée en 3e ronde. Ils ont aussi acquis un réserviste des Pats, Justin Coleman. C’est certain que le CB opposé à Sherman se fait poivrer de passes tentées. Peu importe qui remplit ce rôle, il aura l’occasion de montrer ce qu’il peut faire!

Bref, c’est une défensive de premier plan qui devrait, avec Richardson et le retour de Thomas, être encore meilleure que l’an dernier.

En attaque, je me suis déjà attardé à leur OL et je dois dire que, comme pour la tertiaire des Packers, je n’ai pas trouvé de réponse au camp. On voit qu’ils cherchent encore, ayant acquis des surplus des autres équipes dans les dernières semaines (Battle des Chiefs, Tobin des Eagles). Par contre je dois dire qu’en matches pré-saison ils m’ont semblé ouvrir de gros trous pour l’attaque au sol. Peut-être que Russell Wilson va encore devoir s’esquiver pour sauver sa vie un jeu sur deux, mais au moins, s’ils sont capables de courir, ce sera moins pire.

Difficile de prédire ce qui va se passer dans le champ-arrière avec 3 RB (Lacy, Prosise et Rawls) qui ont de la difficulté à éviter l’infirmerie, mais si on ajoute la recrue Chris Carson qui a montré de belles choses, ils ont 4 joueurs capables de faire le travail. Le groupe de receveurs est aussi solide, surtout si Tyler Lockett et Paul Richardson sont en santé, ce qui a toujours été un problème pour eux.

Joueur à surveiller : celui qui aura le poste de LT. C’est pas drôle, quand on « perd » à une blessure George Fant (le PIRE OT de la ligue selon www.profootballfocus.com l’an dernier) et qu’on est déçus. Je m’attends à voir toutes sortes de combinaisons.

#2 Pittsburgh Steelers

Ils ont montré leur sérieux cette semaine  en absorbant le contrat de Vance McDonald, en faisant l’acquisition de JJ Wilcox (un S qui frappe!) et en mettant sous contrat Joe Haden à fort prix. On a par contre laissé filer Ross Cockrell, un drôle de geste…c’est impossible d’avoir TROP de CB’s acceptables dans une équipe. Haden est un gros nom, mais il été ralenti dans les dernières années. Il a toujours été bien meilleur en zone qu’en homme-à-homme, il sera donc à sa place avec les Steelers qui, même s’ils migrent tranquillement vers plus de HÀH comme le reste de la ligue, sont encore une des équipes qui joue le plus de zone. Par contre, pour battre les Patriots (vous avez deviné, ils sont mes #1), l’an dernier ils se sont obstinés à jouer en zone et se sont fait dépecer, il faudra être plus agressif à briser le rythme de Brady. On compte entre autres sur Artie Burns, une surprise en 1ère ronde l’an dernier, qui lui est plus un rapide CB de HÀH. Ce changement de philosophie chez les Steelers pourrait bien définir leur saison en défensive. En DL on verra enfin ensemble un Stephon Tuitt qui a pris son envol en fin de saison et un Cameron Heyward (qui n’a joué que dans 7 matches et plusieurs à temps partiel). Bud Dupree aussi a semblé voir la lumière s’allumer en fin de saison, on ajoute la recrue T.J. Watt, ils auront l’occasion d’apprendre de James Harrison. Il faut que ces trois gars-là mettent de la pression, toute la D des Steelers est basée là-dessus.

On est loin du « Steel curtain » ou encore des bonnes années de Polamalu ou de Greg Loyd et Kevin Greene, mais cette défensive n’a qu’à être acceptable pour que les Steelers aspirent aux grands honneurs. Je crois qu’ils sont meilleurs que les Raiders et les Packers, par exemple, deux équipes similaires (grosse attaque, défense moyenne ou mauvaise).

Car en attaque, le gros Ben est super bien entouré.   La OL de Mike Munchak compte sur 5 solides joueurs, habitués à jouer ensemble : la continuité parfois est aussi importante que le talent sur la OL, les Steelers ont les deux.  On compte sur le meilleur RB de la ligue, quoique je me méfie de LeVeon Bell : les joueurs, surtout des RB, qui font la grève ont tendance à subir des claquages ou autres blessures musculaires, et lui-même a souvent été blessé. J’espère qu’ils vont le ménager pour qu’il soit en forme en séries. Le groupe de receveurs est aussi à faire peur, si Antonio Brown est un grand joueur, Martavis Bryant est peut-être plus talentueux. Il offre une menace verticale qui n’était pas là l’an passé et qui va ouvrir du terrain pour tout le monde, faisant passer cette attaque de « très bonne » à « difficile à arrêter». Les jeunes receveurs (Eli Rogers, JuJu Smith-Schuster) proposent des aptitudes différentes, et je suis intrigué par le fait qu’ils ont préféré garder le talentueux mais énigmatique Justin Hunter au lieu de Sammie Coates. La réponse est probablement quand vient le temps de finir une séquence par un touché, une faiblesse l’an dernier mais une force de Hunter. Le retour de Bryant, l’ajout de McDonald et de Hunter et la sélection de Smith Schuster vont les rendre plus productifs dans la zone payante. Même si Roethlisberger n’est plus ce qu’il était, si bien entouré, il pourrait connaître sa meilleure saison au point de vue statistiques.

Joueur à surveiller : Martavis Bryant, WR. D’un point de vue aptitudes athlétiques, son meilleur comparable, c’est Julio Jones. Il a passé l’année 2016 en réhabilitation et semble s’être pris en mains. S’il est 100% dédié au football, attention!

#1 New England Patriots

Qui d’autre? Dans les derniers jours, avec la blessure à Edelman et les acquisitions faites par les Steelers et les Seahawks, l’écart s’est rétréci, mais demeure clair à mes yeux.

Rarement a-t-on vu des champions aussi agressifs en saison morte. On a ajouté un CB#1 (Stephon Gilmore), un WR #1 (Brandin Cooks), et des pièces typiquement Belichickiennes en Dwayne Allen, Mike Gillislee et Rex Burkhead. Tout ça en échangeant pratiquement tous leurs choix au repêchage, dans l’une des cuvées la plus garnie en joueurs de qualité des dernières années. On a aussi résisté à la tentation d’échanger Jimmy Garoppolo (les Browns auraient offert deux choix élevés, dont un 1re ronde) pour avoir un QB réserviste capable de faire le travail au cas, alors qu’on risque de le perdre l’an prochain comme agent libre (à moins que Brady n’accroche ses crampons). Bref, les Pats sont « all-in » pour cette année. C’est à se demander si Brady et Belichick n’ont pas fait un pacte du genre « on gagne le 6e et on quitte », même s’ils diront toujours l’inverse publiquement.

La perte de Edelman fait réfléchir. D’un côté, ils ont en masse de candidats pour se répartir sa production, avec Amendola (même genre de joueur mais moins bon et plus fragile), Hogan (plus gros, donc qui pose un défi différent), Cooks (capable d’exploiter comme receveur intérieur sa « quickness » comme Edelman), Dorsett (comme retourneur) et surtout, le retour de Gronk, lui qui n’a joué que 6 matches, à temps partiel (352 snaps vs ±1000 pour l’équipe), l’an passé.

De l’autre côté, Edelman est la « doudou » de Brady. Celui à qui il lance le ballon presque sans regarder, quand il est sous pression. En 2015, quand Edelman a manqué la 2e moitié de la saison, on a vu un Brady plus hésitant, qui gardait le ballon plus longtemps et ils ont marqué presque 10 pts de moins par match en moyenne sans lui.

La OL est solide et coach Scarnecchia continue de faire des miracles avec peu de ressources. Les RB’s sont polyvalents et dynamiques, l’attaque a de la profondeur à toutes les positions (incluant QB, ce qui est rare). En défense, la tertiaire sera exceptionnelle, avec deux CB de premier plan en Gilmore et Malcolm Butler et l’excellent Devin McCourty comme S.

S’il demeure un point d’interrogation, c’est au niveau de la pression. Ils ont perdu Jabaal Sheard, Chris Long et Rob Ninkovich s’est blessé. L’acquisition de Kony Ealy s’est avérée une erreur, on espère faire mieux avec Cassius Marsh, un geste que j’aime bien, mais leur seul choix au repêchage duquel on attendait quelque chose, Derek Rivers, s’est blessé au genou et va manquer toute la saison. Ils nous ont habitués à réussir à extraire de la production de joueurs inconnus, mais sont peut-être en train de pousser un peu loin ici. L’an dernier, ce groupe a produit mais rappelons qu’ils ont eu la chance d’affronter plusieurs quarts substituts ou incompétents (Osweiler 2x, Kaepernick, Fitzpatrick 2x, Goff, Siemian, Charlie Whitehurst, Landry Jones et Matt Moore) et un seul QB élite, Russell Wilson (qui les a découpés). Ce sera un peu différent cette saison avec Drew Brees, Cam Newton, Jameis Winston, Matt Ryan, Philip Rivers, Derek Carr et Ben Roethlisberger sur le calendrier.

En terminant, ai-je besoin de préciser que les Pats ont toujours d’excellentes unités spéciales, sont super bien préparés et prennent rarement de mauvaises décisions dans le cadre d’un match serré?

Et voilà. 32 équipes, 5 groupes distincts (presque 7, puisque les Jets et les Pats sont dans des classes à part à même leurs groupes)… et une saison qui s’annonce explosive.

Mes prédictions « exactes » pour la saison seront publiées dans les prochains jours.

AUTRES CLASSEMENTS DE #32 À #6

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut