Actualité 2018-19

État des forces semaine 3 – Les Browns ressuscitent

Au moment où vous lirez ces lignes, les Browns auront gagné un match depuis au moins cinq jours et leurs partisans n’ont probablement pas encore dégrisé. On ne les blâme pas. Des VIP du 32e rang de l’État des forces, les Browns n’avaient pas remporté de match lors des 635 derniers jours, à la veille de Noël en 2016. Barack Obama était président, Roger Federer n’avait pas remporté de majeur en plus de quatre ans et il était encore permis de toucher à un quart-arrière. Par contre, Hue Jackson était là, comme entraîneur des Browns, et sortait d’une séquence de 14 défaites de suite. Qui aurait cru que le pire était à venir?

Et pourtant, le vrai calvaire s’en venait sous la forme d’une saison sans victoire. L’ultime humiliation. Mais tout ça est terminé. L’avantage d’avoir souffert dans les dernières années est le talent amassé dans les repêchages subséquents. Les Myles Garrett, David Njoku, Larry Ogunjobi, Genard Avery, Denzel Ward et Antonio Callaway se sont joints à l’équipe. Ainsi qu’un certain Baker Mayfield, la pièce maîtresse. D’abord censé réchauffer sur les lignes de côté pour sa première année, Mayfield est venu en renfort jeudi dernier après une légère blessure au partant Tyrod Taylor. Immédiatement, l’air a changé à Cleveland. On a vu les qualités et l’énergie qui ont fait de Mayfield le premier choix du dernier encan. Il aide les Browns à revenir d’un retard de 14 points contre les Jets et freine du même coup la léthargie à 19 matchs.

Maintenant, serait-ce une pause avant une nouvelle séquence de défaites ou le début d’une nouvelle ère? À voir. La prochaine étape pour eux sera de remporter un match un dimanche, ce qui n’est pas arrivé depuis… le 13 décembre 2015!

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine précédente

1 (1). Rams (3-0)
Les Rams ont réaffirmé qu’ils étaient l’équipe de Los Angeles, pour ce que ça vaut. Depuis une première demie difficile à Oakland lors du match initial, ils ont marqué 92 points contre 23, et ont relevé leur plus important défi avec brio contre leur comparse de L.A. Les gens de la cité des anges n’ont plus d’excuses pour bouder le football.

2 (5). Chiefs (3-0)
Essayer de défendre contre les Chiefs est impossible. Comment couvrir les zones profondes pour Tyreek Hill, les zones intermédiaires pour Travis Kelce, les courses de Kareem Hunt, la mobilité et le bras canon de Pat Mahomes, tout ça derrière une bonne ligne offensive dans de magnifiques designs de jeu? Voici le futur de la NFL.

3 (7). Eagles (2-1)
Le retour de Carson Wentz à lui seul valait le déplacement dimanche. Et si la rouille s’est ressentie par moment, il a tout de même porté sa fiche à 14-2 lors de ses 16 derniers départs. En l’absence de plusieurs receveurs éloignés, ses ailiers rapprochés Zach Ertz et Dallas Goedert ont pris la charge, accumulant 57% des verges de réception dans le match.

4 (9). Saints (2-1)
Humiliés à domicile par les Bucs, servis par un botteur incompétent contre les Browns et sauvés in extremis par le tirage au sort en prolongation, les Saints ne sont pas pour les cardiaques cette année. Deux victoires après ce début, on prend et on regarde devant.

5 (4). Jaguars (2-1)
On savait l’attaque des Jaguars limitée, mais elle avait montré du positif la semaine dernière contre les Patriots, même sans Leonard Fournette. Cette semaine? Elle n’a pas effectué un seul jeu dans la zone payante. Reviens vite Leonard!

6 (2). Vikings (1-1-1)
Les Vikings sont meilleurs que ce qu’on a vu contre les Bills. Ils avaient déjà la tête à leur match de jeudi contre les Rams, ils ont pris les Bills à la légère et les absences de Dalvin Cook et Everson Griffen se sont ressenties. N’empêche, c’était absolument gênant.

7 (13). Panthers (2-1)
Ife Obada va longtemps se souvenir de son premier match dans la NFL, aidant son équipe à gagner avec un sac et une interception. Pour un homme né au Nigéria, qui a été victime de trafic humain dans sa jeunesse et qui n’a joué que 20 matchs de football compétitif, c’est tout un accomplissement.

8 (20). Dolphins (3-0)
Des trois équipes qui sont toujours invaincues, les Dolphins présentent la plus grande surprise. On les voyait plus dans la course au 1er choix du repêchage que dans la course aux séries, mais ils jouent du bon football derrière un étonnant Ryan Tannehill.

9 (3). Packers (1-1-1)
 Il y a des limites à ce qu’un homme peut faire sur une jambe. Aaron Rodgers aurait bien besoin de sa semaine de congé immédiatement, mais il doit attendre encore 3 semaines. D’ici là, le calendrier collabore : les Bills, Lions et les 49ers sont ses prochains adversaires. Oh, et nouvelle de Clay Matthews : il n’aime pas la direction que prend la NFL… et moi non plus!

10 (8). Falcons (1-2)
En deux semaines, le receveur Calvin Ridley est passé de la verte recrue qui devait s’adapter à la NFL (aucun attrapé) à une potentielle recrue de l’année (7 attrapés, 143 verges et 3 touchés) qui humilie les demis de coin adverse (P.J. Williams, c’est de toi que je parle). Des exploits vains toutefois, sa défensive amochée n’avait pas de réponse pour les Saints.

11 (14). Steelers (1-1-1)
Vous ne verrez pas plus belle technique du bras tendu que celle de Vance McDonald lundi soir. Les Steelers ont finalement gagné, et remis leur saison en place du même coup, mais ce que je vais retenir, c’est la façon dont McDonald s’est débarrassé de Chris Conte. Regardez-moi ça :

12 (6). Patriots (1-2)
J’ai rarement été aussi inquiet pour les Patriots. Ils ont parfois eu des nids de poule en début de saison, mais jamais des cratères de cette ampleur durant l’ère Brady-Belichick. J’espère au minimum qu’ils seront moins amorphes dans les prochaines semaines, car on les aura 4 fois aux heures de grande écoute dans les 6 prochaines parties.

13 (11). Bengals (2-1)
Si seulement Tyler Eifert pouvait rester en santé. L’ailier rapproché des Bengals, qui n’a joué que 42 matchs sur une possibilité de 83 en carrière est beau à voir sur un terrain de football. Il a joué sa meilleure partie dans la défaite et même s’il n’a pas encore marqué de touché cette saison, on sent qu’il retrouve ses repères.

14 (17). Ravens (2-1)
Le John Brown qui s’aligne avec les Ravens cette année est celui qu’on attendait en Arizona depuis sa saison de 1000 verges en 2015. Une déception annuelle depuis, Brown offre une cible fiable à sa nouvelle équipe, qui n’était pas reconnue récemment pour les exploits de ses receveurs.

15 (10). Chargers (1-2)
On peut en dire beaucoup sur l’habileté unique des Chargers à trouver des façons de perdre, mais il y a des raisons d’être optimiste pour cette année. Leurs 2 défaites ont été contre les 2 meilleures équipes et leur calendrier sera très facile dans les prochaines semaines (49ers, Raiders, Browns, Titans, Raiders encore, Broncos, Cards). Une fiche de 7-3 est concevable à la fin de cette séquence.

16 (12). Buccaneers (2-1)
Ryan Fitzpatrick en a fait juste assez lundi soir pour obtenir 400 verges dans un 3e match consécutif, un record, mais juste assez également pour que la possibilité de redonner le poste de partant à Jameis Winston soit évoquée. Le vétéran devrait conserver son poste, mais le voyage à Chicago pourrait lui être fatal.

17 (18). Bears (2-1)
Quand on regarde tout ce qu’ils doivent accomplir en défensive juste pour battre Sam Bradford et les Cards, les Bears font penser aux Jaguars de la NFC. La différence est que la défensive ici n’a pas la même notoriété, mais le jeu au poste de quart-arrière est tristement similaire.

18 (16). Titans (2-1)
C’est en gagnant des matchs comme celui-ci que les Titans vont se faufiler en séries. Deux victoires de suite contre des adversaires de division avec Blaine Gabbert et le ¾ de Marcus Mariota, c’était inespéré pour le nouvel entraîneur Mike Vrabel.

19 (22). Redskins (2-1)
Alex Smith a beau changer d’uniforme, il reste toujours le même gérant de match. À son meilleur avec l’avance et un jeu au sol, comme dans la victoire surprise contre les Packers, et à son pire avec le retard comme dans la défaite surprise contre les Colts la semaine d’avant.

20 (19). Broncos (2-1)
Si les Broncos avaient bien terminé leur dernier duel contre les Raiders, c’est tout le contraire ce dimanche. Après 2 séquences menant à des touchés lors de leurs 2 premières possessions offensives, ils ont dégagé 7 fois de suite et commis 2 revirements pour clore le tout.

21 (26). Seahawks (1-2)
La situation autour d’Earl Thomas est nébuleuse, et elle l’est encore plus quand les Seahawks gagnent. Le maraudeur veut être échangé, l’équipe veut l’échanger, mais on l’a vu dimanche, il est trop important pour le perdre, surtout si les hommes de Pete Carroll s’embarquent dans une éventuelle course aux séries.

22 (23). Cowboys (1-2)
L’attaque des Cowboys est putride! Dak Prescott n’est rien sans une ligne à l’attaque et un bon porteur de ballon! Il n’attaque pas les zones intermédiaires et profondes! On veut un autre quart-arrière! (Cole Beasley est de loin le meilleur receveur de l’équipe) Dak n’est pas si pire finalement!

23 (27). Giants (1-2)
La dernière fois que Pat Shurmur a dirigé une équipe de la NFL, Trent Richardson était son porteur de ballon partant. Imaginez la joie qu’il doit éprouver aujourd’hui en voyant Saquon Barkley dans ses rangs. Barkley mène les recrues pour les courses, les verges au sol, les touchés au sol et les réceptions.

24 (30). Lions (1-2)
À l’Action de grâce en 2013, les Américains mangeaient leur dinde pendant qu’un porteur de ballon des Lions amassait au moins 100 verges au sol. Depuis, beaucoup de dinde a été mangée, mais avec aucun porteur de 100 verges à Détroit comme accompagnement. Kerryon Johnson a mis fin à la farce avec un festin de 101 verges dimanche soir. Et comme dessert : 1re victoire de l’année, aux heures de grande écoute, contre les Pats!

25 (25). Colts (1-2)
La rencontre à Philadelphie était un microcosme du retour progressif d’Andrew Luck. Il a été remplacé par Jacoby Brissett quand est venu le temps de lancer un hail mary à la fin, et a passé sa journée à se contenter de passes courtes à la Sam Bradford, ce qu’il fera sûrement chaque match où sa ligne à l’attaque ne tiendra pas.

26 (29). Browns (1-1-1)
Le héros obscur de la victoire des Browns ce jeudi est Greg Joseph. Après la catastrophe qu’a été le botteur Zane Gonzalez contre les Saints, Joseph a réussi ses 2 placements et son converti d’après-touché. C’est un soulagement, surtout que Joseph et sa moyenne de 69,5% de réussite sur placement au niveau collégial n’inspirait pas confiance.

27 (31). Bills (1-2)
On a beaucoup parlé de Baker Mayfield cette semaine, mais j’espère qu’on réservera du temps d’antenne à Josh Allen. Le quart recrue a démantelé une défensive qui ne l’a pas respecté pour passer un message au reste de la ligue.

28 (24). Jets (1-2)
Je comprends l’idée de protéger Sam Darnold pour sa saison recrue, mais il y a des limites. Jeudi, Darnold a tenté moins de passes de 10 verges et plus (8) que de passe derrière la ligne de mêlée (9). Les Jets ne feront pas les séries, alors j’aimerais que le coordonnateur offensif Jeremy Bates ose un peu, plutôt que d’appliquer la formule Sam Bradford.

29 (21) Texans (0-3)
C’est maintenant aux Texans qu’incombe la plus longue série de défaites de la NFL. Et pour vous dire à quel point ça va mal, Eli Manning, qui ne pouvait faire deux pas sans être frappé depuis le début de l’année, a martyrisé la tertiaire des Texans.

30 (15). 49ers (1-2)
Vous vous souvenez des 49ers des 11 premiers matchs l’an dernier? Les Niners d’une seule victoire et qui remettait en doute les qualités de Kyle Shanahan comme entraîneur? Eh bien, les revoici! Sur le chemin d’une remontée inachevée contre les Chiefs, Jimmy Garoppolo s’est déchiré le LCA, sa saison est terminée et c’est déjà objectif repêchage à San Francisco.

31 (28). Raiders (0-3)
Malgré les 3 défaites, je m’étais promis de dire quelque chose de positif cette semaine pour les Raiders. Pas facile. Mais parmi tout ce charabia, leur choix de première ronde, le joueur de ligne Kolton Miller, s’en tire beaucoup mieux qu’anticipé.

32 (32). Cardinals (0-3)
L’idée de faire jouer Josh Rosen était la bonne. L’idée de le lancer dans la mêlée en fin de quatrième quart avec le terrain à monter pour gagner contre une défensive de première classe était un peu moins bonne. Et l’idée de courir sur un gros 3e essai et 2 verges avec ton porteur substitut alors que le match en jeu, c’était complètement ridicule.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut