Actualité 2018-19

État des forces semaine 9 : Le brio des Saints force un nouveau no 1

La NFL est plus plaisante lorsque les Saints sont bons. Et plus précisément, les Saints de Drew Brees et de Sean Payton. Faisant commun ménage depuis 2006, raflant au passage un Super Bowl le 7 février 2010, le quart Brees et l’entraîneur Payton ont mené leur équipe vers une septième victoire de suite ce dimanche, la plus longue séquence du genre dans la NFL.

À les regarder planer sur le terrain de football depuis 2 ans, on oublie parfois la chance d’être témoin de ces deux génies qui font front commun. Chanceux de les revoir dans les hauteurs du classement après un passage à vide entre 2014 et 2016. Non pas un passage à vide offensif, leur attaque n’ayant jamais vraiment fléchi en 13 ans de collaboration, plutôt un raté dans la colonne des victoires. On craignait réellement durant ce temps à ce que Brees doive quitter La Nouvelle-Orléans pour avoir une autre chance au Super Bowl. Payton était même impliqué dans des rumeurs d’échange!

Rien de cela n’est arrivé. Heureusement. Les Saints sont Drew Brees et Sean Payton. Dimanche, ils ont non seulement vaincu la dernière équipe immaculée, mais aussi prouvé que les fantômes de la cruelle défaite à Minneapolis en séries l’an dernier sont chassés. Advenant que la continuation de leur quête les mène au Super Bowl le 3 février, il se pourrait bien que ce soit les dernières passes de Brees, qui sera alors âgé de 40 ans. Alors, juste au cas, apprécions le grand spectacle que lui et son entraîneur nous offrent.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine précédente

1 (2). Chiefs (8-1)
Nous avons enfin un nouveau no 1! Depuis leur défaite en Nouvelle-Angleterre, les Chiefs ont écrasé leurs adversaires vers 3 victoires faciles et leur attaque ne montre aucun signe de ralentissement.

2 (4). Saints (7-1)
Après avoir marqué son touché en fin de match, Michael Thomas n’a pas fait un hommage à Joe Horn en allant chercher un flip phone sous le poteau placement. Non, il a plutôt fait un appel au reste de la conférence pour les avertir que les Saints sont maintenant l’équipe à battre.

3 (1). Rams (8-1)
La perfection n’existe plus cette saison avec la défaite des Rams. Il n’y a pas de honte à perdre contre les Saints en Nouvelle-Orléans, après tout ces 2 équipes pourraient très bien s’affronter en finale de conférence. Cependant si jamais match revanche il y a, j’éviterais de réutiliser Marcus Peters contre Michael Thomas.

4 (3). Patriots (7-2)
L’expérience Josh Gordon se passe bien pour les Pats. Au-delà de ses statistiques et de ses capacités physiques évidentes, il représente une menace constante que les Pats n’ont pas eue depuis longtemps comme receveur extérieur. Disons que le choix de 5e en vaut la peine.

5 (5). Panthers (6-2)
Lorsqu’il s’est joint aux Panthers en 2012, Mario Addison se battait pour rester dans la NFL. Six ans plus tard, il réalise un match de 3 sacs dans une victoire des siens contre les Bucs, se place dans le top-10 pour les sacs dans la ligue et est un membre important d’une bonne défensive. Un bel exemple de persévérance.

6 (6). Chargers (6-2)
Grosse victoire des Chargers à Seattle. Ce gain a montré tout le potentiel de cette équipe – belle attaque et les signes d’une bonne défense qui sera encore meilleure avec Joey Bosa – et son éternelle faiblesse : les unités spéciales. Un placement et 2 convertis d’après-touché raté devraient les maintenir au 32e et dernier rang de Football Outsiders à ce niveau.

7 (7). Steelers (5-2-1)
Les comparaisons entre James Conner et Le’Veon Bell sont inévitables, et tout le crédit revient à Conner de maintenir les cadences passées de Bell. Conner a amassé 5 parties de plus de 100 verges au sol cette saison, soit déjà une de plus que Bell avait eue durant toute la saison 2017.

8 (9). Vikings (5-3-1)
Pour la première fois de leur histoire, les Vikings obtiennent 10 sacs dans un même match. Le retour d’Everson Griffen n’est pas étranger à cette production, mais c’est Danielle Hunter qui le moteur de cette ligne défensive. Avec 3 sacs et demi de plus, il mène maintenant la ligue avec 11,5.

9 (16) Texans (6-3)
Récapitulons la série de 6 victoires des Texans : 2 gains en prolongation un peu chanceux, Nathan Peterman, Blake Bortles, Brock Osweiler et Vance Joseph. J’aime beaucoup les meneurs de cette équipe, mais n’allons pas croire que cette séquence place les Texans parmi l’élite de la NFL.

10 (14). Bears (5-3)
Khalil Mack a choisi le bon moment pour rater ses 2 premiers matchs dans la NFL. En les Jets et les Bills, la défensive des Bears s’est frottée à une mauvaise attaque et à une attaque historiquement mauvaise. Ainsi, sans son meilleur joueur, elle n’a accordé que 19 points au total dans ces 2 parties, dont aucun touché en temps pertinent.

11 (8). Redskins (5-3)
La recette pour battre les Redskins est simple : il faut simplement prendre les devants. Ils ont une fiche de 5-0 lorsqu’ils marquent en premier et de 0-3 pour l’opposé. Ils sont bâtis pour contrôler le tempo avec leur jeu au sol et non pour lancer le ballon à de nombreuses reprises.

12 (12). Eagles (4-4)
Semaine de congé pour les champions du Super Bowl, qui ont bien des bobos à soigner. Un coup d’œil au calendrier montre qu’ils ont 5 matchs de division sur leurs 8 derniers. C’est là que ce jouera leur présence en séries éliminatoires.

13 (13). Bengals (5-3)
Les Bengals ont le contrôle de la 6e place pour les séries, mais ils risquent de perdre le contrôle de leur attaque. En congé, ils ont appris que le meilleur joueur de l’unité A.J. Green allait s’absenter à cause d’une blessure à un orteil. L’opération a toutefois été évitée, il devrait revenir cette saison.

14 (10). Ravens (4-5)
Enfin un peu de répit pour les Ravens, qui entrent dans leur semaine de congé sur une séquence de 3 défaites. Ils avaient tenu tête aux Saints au début de cette léthargie, mais ont perdu 2 parties nettes contre les Panthers et Steelers. La dernière saison d’Ozzie Newsome tourne au vinaigre.

15 (11). Packers (3-4-1)
Pauvre Aaron Rodgers. Le quart des Packers était en position de mener son équipe vers 2 victoires sur la route, chez les Rams et les Patriots, mais pour une 2e semaine de suite, un échappé a tout gâché. Aaron Jones a échappé le ballon en territoire des Pats sur le 1er jeu du 4e quart alors que le match était égal et les Packers n’ont plus été dans le coup. À mi-chemin cette saison, ils n’ont toujours pas gagné sur la route.

16 (15). Seahawks (4-4)
Le pauvre David Moore est le bouc émissaire après son échappé qui aurait pu donner l’égalité en fin de match. Mais je vais le défendre un instant : c’était un ballon dévié et les Seahawks devaient convertir le 2-points par après pour avoir une chance de peut-être gagner en prolongation. Il n’a pas « coûte la victoire » aux Seahawks.

17 (17). Falcons (4-4)
Le poids du monde est tombé des épaules de Julio Jones lorsqu’il a enfin marqué un touché. Dans la victoire des siens, une 3e consécutive, Jones a inscrit un majeur en saison régulière pour la 1re fois depuis le mois de novembre 2017!

18 (19). Dolphins (5-4)
Dans un jour où les Dolphins ont gagné en empêchant les Jets de marquer un seul touché tout en interceptant 4 ballons, c’est encore le drame qui l’emporte à Miami. Le joueur étoile Reshad Jones a refusé de jouer la majorité du match pour une raison inconnue. C’est le genre de situation qu’on aurait aimé éviter avant un duel à Green Bay.

19 (21). Titans (4-4)
Après un passage à vide, les Titans ont joué 2 bons matchs de football consécutifs. Signe que l’attaque aérienne se réveille enfin, ils ont amassé 200 verges et plus par la passe durant ces 2 duels, leur 1re séquence du genre en 2018.

20 (18). Lions (3-5)
Il faut remonter en 1992 pour voir la dernière équipe à avoir remporter une rencontre en accordant 10 sacs ou plus et ce n’est pas les Lions qui ont mis fin à la disette. Cette performance était particulièrement décevante parce qu’il y a de bons éléments sur leur ligne à l’attaque.

21 (20). Cowboys (3-5)
Parlant de ligne à l’attaque, c’est assez étrange de voir les Cowboys perdre la bataille des tranchées. Ce qui a été leur grande force dans les dernières années n’est plus et l’on voit l’effet négatif sur les prestations de Dak Prescott et Ezekiel Elliott.

22 (22). Jaguars (3-5)
Tu sais que ton équipe va mal quand on enlève tes matchs des heures de grande écoute. Le duel contre les Steelers du 18 novembre, pourtant une partie intéressante vu l’historique de la dernière année, a été retiré du dimanche soir en grande partie à cause de la futilité des Jags.

23 (23). Broncos (3-6)
Fin de 1re demie : les Broncos tentent un placement de 62 verges avec 18 secondes au cadran. Il rate, les Texans reprennent le ballon et marquent 3 points.
Fin de 2e demie : les Broncos ont besoin de 3 points pour gagner, jouent conservateurs avec une course au centre avec 13 secondes au cadran, doivent tenter le placement 52 verges. Il rate.
Les Broncos perdent par 2 points. Le football de situation n’est clairement pas leur force, et l’entraîneur des Texans est d’accord :

24 (24). Colts (3-5)
Les recrues des Colts leur ont donné un élan cette année, chose que l’on n’a pas dite souvent durant le règne de Ryan Grigson. Quenton Nelson a été nommé la recrue du mois d’octobre dans la NFL, un mois après que Darius Leonard reçoive le même honneur du côté défensif.

25 (25). Jets (3-6)
Les Jets ont marqué moins de 20 points dans leurs 6 défaites cette saison et se dirigent sans doute vers une 8e saison de suite sans séries. Un grand ménage du groupe d’entraîneurs serait le bienvenu, tout comme un nouveau directeur-gérant.

26 (26). Buccaneers (3-5)
Ryan Fitzpatrick ou Jameis Winston? Le débat est un peu futile. Le principal problème des Bucs se retrouve en défensive. Les 34,4 points qu’ils accordent par match seraient le plus haut total depuis la première année de l’ère Super Bowl (35,8 – Giants, 1966).

27 (27). Browns (2-6-1)
Gregg Williams n’avait aucune chance à son premier match comme entraîneur des Browns, alors que les Chiefs s’amenaient en ville. Ils leur auront tenu tête pendant une demie, mais ont terminé la rencontre par une prévisible 4e défaite à sens unique.

28 (29). Cardinals (2-6)
En congé, les Cards ont eu une semaine supplémentaire pour se préparer afin d’éviter l’humiliation contre les Chiefs dimanche prochain. Les premières estimations voulaient qu’ils soient négligés par 16,5 points! C’est dire tout le défi qui les attend.

29 (32). 49ers (2-7)
Les férus de football collégial avaient déjà entendu le nom de Nick Mullens, mais pour le partisan moyen, ce sympathique quart-arrière de l’Alabama était un inconnu avant jeudi dernier. Merci aux Raiders, le jeune homme est maintenant la sensation à San Francisco. Un coefficient d’efficacité quasi parfait à 151,9, difficile de mieux amorcer sa carrière.

30 (30). Giants (1-7)
Sans avoir joué cette semaine, les Giants ont été gagnants. Avec la défaite des 49ers, ils prennent la tête du classement provisoire en vue du prochain repêchage. Ce n’est pas une grande classe de quart, alors le premier rang leur est primordial.

31 (28). Bills (2-7)
Même le plus républicain des Américains, le plus patriotique des conservateurs et le plus fier des anciens militaires préfèreraient en ce moment Colin Kaepernick à Nathan Peterman. Être les Bills, je sortirais le cahier de jeu d’Army avec Peterman comme quart. Tsé, le genre, 74 courses contre 2 passes. Ça, ou le libérer pour de bon.

32 (31). Raiders (1-7)
Une recherche rapide sur Google indique que l’endroit le plus profond au monde est la Fosse des Mariannes, qui s’enfonce sur 11 kilomètres de profondeur. Voilà où se retrouvent les Raiders en ce moment. Ils ont perdu leurs 4 derniers matchs par un total de 85 points!

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut