Actualité 2018-19

Black Monday – 8 postes disponibles!

Après les Browns et les Packers, 6 autres équipes ont montré la porte à leur entraîneur chef, sans surprise les Jets, Bucs et Broncos, les Cards après une seule saison ce qui surprends toujours, enfin dirons certains pour les Bengals, et dans un geste qu’ils pourraient regretter, les Dolphins.

Il y a deux grandes trames de fond dans cette vague. Premièrement, 5 des 8 postes étaient occupés par l’un des rares entraîneurs issu de minorités dans la NFL. Il n’en reste que Mike Tomlin, Ron Rivera et Anthony Lynn, les deux premiers ayant été réputés sur la corde raide aussi. Je ne fais pas de politique ici, donc je vous laisse en tirer vos propres conclusions s’il y en a à tirer.

L’autre, c’est que pour plusieurs de ces équipes, il y a un DG en place qui est tout aussi responsable des déboires de l’équipe, mais qui garde son poste. Mike MacCagnan est celui qui a embauché Todd Bowles et qui, avouons-le, ne lui a pas fourni de munitions avec lesquelles gagner. La même chose vaut pour John Elway à Denver, Jason Licht à Tampa et Steve Keim en Arizona. Je me serais attendu à ce que leur tête tombe aussi, sauf pour Elway. On a vu Ryan Pace survivre à une première mauvaise embauche à Chicago et avoir du succès, comme si les DG avaient droit à deux chances.

Dans le cas des Packers et des Browns, les DGs Dorsey et Gutekunst auront l’occasion de choisir “leur homme”, eux qui avaient hérité des coaches déjà en poste. Chez les Bengals, Lewis en menait pas mal large et les Bengals n’ont pas vraiment de DG comme tel. Ils auront donc à revoir l’entièreté de leur structure organisationnelle et auront probablement de la difficulté à attirer un entraîneur courtisé compte tenu de leur réputation d’etre sous financés et d’avoir peu de ressources de dépistage.

Ce qui m’amène à la situation à Miami. Les décisions de football étaient prises par Mike Tannenbaum, qui a été tout aussi mauvais dans ce rôle chez les Dolphins qu’il ne l’avait été chez les Jets. On l’a dégommé pour donner plus de pouvoir à Chris Grier, qui avait le titre de DG mais pas de plein pouvoirs. De toute évidence, Grier et Gase n’étaient pas sur la même longueur d’onde et Grier a gagné la partie de bras de fer politique à l’interne. La raison officielle est que Gase n’était pas prêt à embarquer dans un processus de reconstruction, alors que le proprio Stephen Ross est tanné de végéter entre 6-10 et 10-6 (leur dernière victoire en séries remonte à Dan Marino).

De tous les coaches virés cette semaine (donc je n’inclus pas Mike McCarthy) je crois que Adam Gase, malgré sa réputation d’être un peu particulier, est celui qui a de loin les meilleures chances de se retrouver un boulot comme entraîneur-chef immédiatement. Il a toutes les qualités pour être un sérieux candidat pour plusieurs opportunités, les Browns, Jets, Broncos, Packers, Bucs et Cards étant à la recherche d’un créatif offensif pouvant maximiser la production de leur QB. Il a une excellente feuille de route autant avec du talent à sa disposition (record de points comme OC avec les Broncos de Peyton Manning en 2013) qu’avec du personnel limité (Dolphins depuis 3 ans qui ont quand même été respectables en attaque). Il a coaché sous Nick Saban, Steve Mariucci et John Fox, ce qui ne peut pas nuire et à 40 ans, est encore vu comme un “jeune magicien”mais assez vieux et expérimenté pour tenir tête à un Aaron Rodgers ou un Jameis Winston. Bowles et Joseph auront peut-être une autre chance dans quelques années s’ils se réhabilitent un peu d’ici là.

Vers qui se tourneront ces équipes pour leur prochaine embauche? On a l’impression que tout le monde cherchera un coach offensif. J’ai fait une première liste cet automne, à laquelle il manque quelques entraîneurs qui ont émergé depuis, comme Todd Monken, Eric Bienemy, Freddie Kitchens, Zac Taylor, mais j’ai bien l’impression que ceux-ci seront considérés comme trop jeunes. La vague des jeunes coaches innovateurs est là pour rester, mais je m’attends à ce que les Packers, Broncos, Bucs et Jets embauchent un entraîneur d’expérience. Notons enfin qu’avec les congédiements de Koetter, Bowles et Hue Jackson, trois jeunes coordonateurs innovateurs, Monken, Kitchens et Jeremy Bates, sont donc disponibles et pourraient se joindre à un entraîneur chef expérimenté de type “CEO”.

Deux autres noms qui m’intriguent: Mike Munchak et Pat Fitzgerald.

Candidats aux postes d’entraîneur-chef pour 2019

Si j’étais un candidat, voici l’ordre dans lequel je serais intéressé par ces postes:

Intéressant

1. Green Bay
2. Cleveland
3. New York Jets

Vient avec son lot de défis

4. Tampa Bay
5. Arizona
6. Miami
7. Denver
8. Cincinnati

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut
d
c