Actualité 2018-19

Freddie Kitchens aux Browns – Impensable il y a quelques semaines à peine

Après toutes ces années et ces embauches manquées, les attentes étaient élevées à Cleveland. L’arrivée de John Dorsey allait donner de la crédibilité et permettre d’attirer un coach de premier plan.

Le congédiement hâtif de Hue Jackson en pleine saison (et de Todd Haley) leur donnait le temps de démarrer le processus d’identification de candidats plus rapidement. Finalement, ça leur a permis de réaliser qu’ils avaient dans leur personnel un gars compétent qui s’entend à merveille avec le futur de la concession, Baker Mayfield.

Bref, un grand chemin pour revenir à la maison.

Mais qui donc est Todd Kitchens? Ancien QB de Alabama, à sa dernière saison, il côtoie un coordonnateur offensif du nom de Bruce Arians (et lance des ballons à un receveur du nom de Dabo Swinney). Il coache ensuite une saison comme GA à LSU sous Nick Saban, fait quelques autres écoles avant d’aboutir dans la NFL une saison avec les Cowboys de Bill Parcells, puis en 2007 se joint aux Cardinals de Ken Whisenhunt, avec qui il travaillera pour l’ensemble du séjour de Whiz dans le désert (6 saisons… les proprios étaient plus patients à cette époque). Arians est embauché et garde Kitchens dans son personnel. Il aura donc passé 11 saisons en Arizona, avant de se joindre aux Browns cette saison comme coach des RBs, probablement sur recommandation de Todd Haley, avec qui il avait travaillé en Arizona.

On l’a vu dans Hard Knocks, et dans quelques clips qui ont circulé, il semble doté d’une personnalité attachante et bien s’entendre avec Mayfield.

On a aussi vu des résultats très probants après qu’il ait pris le contrôle de l’offensive, qui était pourtant gérée par Haley, un gars compétent qui a fait ses preuves ailleurs :

Et

Essentiellement, les Browns se sont dit qu’ils ne pouvaient pas se permettre de perdre Kitchens et qu’il irait probablement ailleurs s’il n’était pas promu. Ils ont tenté de recruter un coach qui allait garder Kitchens en charge de l’offensive, et soit par les candidats, soit par Kitchens, il n’y a pas eu de match parfait. Faut dire que l’embauche d’un coach défensif et laisser les clés de l’attaque à Kitchens, avec succès, se serait probablement soldé par son départ l’an prochain pour un poste de HC ailleurs.

Ce qui est dommage dans tout ça, c’est que Kitchens aura maintenant 3000 autres responsabilités que de gérer le plan de match offensif et d’être « buddy buddy » avec Mayfield. Je me répète, mais être HC c’est être un chef d’orchestre, un leader d’homme, le gars qui donne le ton. Pas le gars qui se demande s’ils seraient mieux de mettre le bunch du côté court sur 3e et 6 parce que le coordonnateur défensif de l’autre équipe à tendance à blitzer dans ce genre de situations…

J’ai un peu peur. Je me souviens de deux autres situations où une équipe qui venait d’implanter un nouveau système offensif a choisi de promouvoir son OC pour des fins de continuité. Dirk Koetter chez les Bucs (quand ils ont viré Lovie), et Ben McAdoo (quand ils ont poussé Coughlin à la retraite). Vous connaissez les résultats. Même si on remonte, Mike Martz est un autre exemple, mais qui n’a pas connu une carrière d’entraîneur très fructueuse.

Je comprends qu’il n’ait pas gardé Gregg Williams, mais ça va prendre un solide coordonnateur pour remplir ses chaussures. Le poste est intéressant par contre, une combinaison de talent à sa disposition, de latitude et d’attentes gérables. À suivre.

Je comprends enfin les fans des Browns, qui ont été échaudés si souvent, d’accueillir la nouvelle avec scepticisme. Ils étaient en droit d’anticiper une embauche plus rassurante. Ils y gagneront peut-être au change, on verra.

Allez lire les autres articles sur les autres embauches

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut