Actualité 2018-19

Brian Flores aux Dolphins : la grande inconnue

Les Dolphins ont dû attendre pour annoncer leur homme, mais ils devaient être pas mal fiers de voir leur poulin dimanche soir dominer Sean McVay et l’explosive offensive des Rams. Disons que, d’un point de vue relation publique, leur choix a l’air pas mal plus beau après ce Super Bowl.

Flores n’a même pas eu le temps d’être officiellement le « coordonnateur défensif » des Pats. Comme si l’absence du titre allait éloigner les employeurs potentiels qui pourraient voler une partie du génie de Darth Hoodie. Même la saison passée, dans l’ombre de Matt Patricia, on chuchotait déjà en coulisses que Flores avait plus la trempe d’un head coach que Patricia. Comme chez les Pats on expose très peu les adjoints et on garde un secret sur qui fait quoi, il est difficile d’isoler quelle part de leur succès peut être attribuée à Flores. Il n’a jamais travaillé ailleurs qu’à Foxborough, ni sous un autre coach que Belichick. C’est donc, vu de l’externe, un énorme acte de foi. Une chose que j’aime par contre dans sa feuille de route, c’est qu’il a travaillé dans le département du personnel et des dépisteurs avant de devenir entraîneur, ça lui donne une autre perspective.

L’arbre de descendants de Belichick comme entraîneurs-chefs est… très mauvais, et vite de même, ce n’est pas la 1re saison de Patricia à Detroit qui nous laisse croire que c’est lui qui va renverser la tendance.

Comme tout nouvel entraîneur-chef, je crois qu’il doit s’entourer de vétérans entraîneurs, et, même s’il doit trouver des gens de confiance avec qui il sait qu’il peut travailler et subir la pression, il a aussi besoin d’influences externes, ce qui est contradictoire dans son cas puisque les gars avec qui il a une familiarité sont tous issus du même moule. Alors, lequel choisir, un excellent coach qu’on ne connaît pas, ou un gars avec qui on est prêts à aller au front… mais qui n’est pas le meilleur candidat? La NFL, au niveau des entraîneurs particulièrement, n’est pas toujours une méritocratie.

Les choix ne sont pas encore officiels, mais ceux qui sont présumés montrent qu’il s’est préoccupé de ce dont je viens de parler. Jim Caldwell, une présence rassurante… mais intimidante quand les choses ne tourneront pas rond, s’il n’est pas entièrement fidèle et redevable. Il remplît la première case. Pour ses coordonnateurs, il a clairement choisi la 2e case : Chad O’Shea sera le OC, il est aux Patriots depuis 2009 après quelques saisons ailleurs dans la ligue dans des postes de junior. Le DC est Patrick Graham, coach des LB avec les Packers en 2018 (rien pour écrire à sa mère), après deux saisons difficiles chez les Giants et bien entendu, 7 saisons chez les Pats. Il a le mérite d’avoir vu autre chose, même si c’est sans y avoir eu du succès. C’est plutôt décevant comme groupe d’adjoints.

Flores a le genre d’histoire qui fait qu’on lui souhaite du succès : fils d’immigrants du Honduras élevé dans des quartiers mal famés de New York, le football a été son billet pour sortir de la misère. On ne peut pas remettre en question le fait qu’il soit résilient et tenace, deux qualités dont il aura bien besoin. Le chemin chez les Dolphins sera difficile. Ils ont déjà annoncé subtilement leurs couleurs, ils ne vont pas tenter de gagner en 2019, ils vont rebâtir. Même 2020, probablement. Les Dolphins vont devoir être plus mauvais avant de devenir meilleurs.

Suivi – Carrousel Entraîneurs 2019

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut