Actualité 2018-19

Le Top 35 QB de la NFL en 2018

Tom Brady - Jared Goff - Pat Mahomes - Drew Brees

Parfois, on pense qu’un QB est « top 10 »… jusqu’à ce qu’on fasse la liste et qu’on en trouve 13, 14 ou 15 qu’on aimerait mieux avoir. On a aussi tendance à accorder trop d’importance au passé (Eli) ou au rang de repêchage (Jameis). Enfin, on oublie qu’il n’est pas si facile de remplacer Alex Smith et Andy Dalton.

Donc, je fais chaque année l’exercice de classer les QBs de la NFL en fonction uniquement de leur performance dans la dernière saison. Rien à voir avec le potentiel, les accomplissements des années antérieures, l’âge, la réputation. Seulement si j’avais à rejouer la saison 2018, qui je voudrais, en ordre. J’ai classé les 35 quarts ayant joué plus de 400 « snaps ».

Je vous donne pour chacun, son classement selon Pro Football Focus, son classement selon le système de « rating » statistique de la NFL, et mon classement de l’an passé.

Classement Rétroactif 2017 – QB

1ER GROUPE: L’ÉLITE

Le genre de QB qui rend tout le monde autour de lui meilleur, et avec qui vous avez toujours une chance

#1 Patrick Mahomes, KC (2e pff, 2e rating, 2017 Non-classé)

Difficile de prendre un autre. Il est super bien entouré autant en coaches qu’en joueurs. Vrai. Ses statistiques sont hallucinantes, mais au-delà de celles-ci, il étire le jeu, peut faire mal de n’importe où, à n’importe quel moment, de n’importe quel angle de bras et même de la main gauche !
Jetez un coup d’œil à cette collection de ses meilleurs jeux :

#2 Drew Brees, NO (1er, 1er, 2e)

Il commence à en perdre un peu sur la longue balle mais sa gestion du match, ses lectures et sa précision sont inégalées. Il gère le match, distribue le ballon et son groupe de receveurs n’était pas ce qu’il a déjà été, outre Kamara et Thomas, tous les autres ne sont que des chandails. Il a aussi coupé sur ses interceptions cette saison, et été à son meilleur quand ça comptait.

#3 Tom Brady, NE (3e, 12e, 1er)

Pile ou face entre lui et Brees. Nonobstant leur âge, ils ont connu des saisons qui se ressemblent, dans des attaques qui s’appuient sur l’attaque au sol. Les deux sont de loin les meilleurs pour distribuer le ballon et sont à leur meilleur quand les «jetons sont sur la table ».

#4 Andrew Luck Ind (4e, 11e, Non-classé)

Il est revenu en force. En début de saison il se retenait et devait reprendre son timing, mais quand il a pris confiance il est devenu exceptionnel. Il est capable de se transformer en Mahomes et vous battre avec ses capacités athlétiques et la longue balle, comme il peut jouer le match de Brady si vous protégez la longue balle, et se satisfaire de vous découper par une séquence de courtes passes rapides. Seul bémol, contrairement à ceux qui le devancent, deux matches à oublier, blanchi face aux Jaguars et le match à KC en séries.

#5 Russell Wilson, Sea (6e, 3e, 8e)

Pour la première fois depuis belle lurette, peut-être de sa carrière, il jouait derrière une OL qui lui donnait la chance de se faire valoir, et il a excellé lorsque mis en valeur, malheureusement pas assez souvent car le personnel d’entraîneur des Seahawks a préféré le garder à faire des « handoffs ». Outre son succès comme passeur (malgré un groupe de receveurs limité), la menace qu’il représente au sol est une des raisons du succès de ses RBs, tout comme sa prise de décision sur les RPOs.

2E GROUPE: LES BONS

Ces gars-là peuvent gagner ou produire à haut niveau s’ils ont un minimum de soutien, et vont garder votre équipe compétitive sauf si tout s’écroule autour d’eux

#6 Aaron Rodgers, GB (5e, 13e, 3e)

Calomnie ! C’est la 1re fois que je classe Rodgers à l’extérieur du groupe d’élite. Force est d’avouer que malgré son immense talent et ses jeux spectaculaires, il faisait autant partie du problème que de la solution au Wisconsin cette saison. On dirait que, outre son légendaire « comeback » face au Bears en levée de rideau, on l’a vu plus souvent qu’autrement sortir du script pour toujours tenter d’improviser et faire le gros jeu. Reste qu’il excelle à mettre le ballon à des endroits où la plupart des QB’s n’oseraient même pas tenter de le lancer, et ne lance presque jamais d’interceptions. Sa saison 2019 sera déterminante pour évaluer s’il régresse, ou si c’était une question de X’s et de O’s.

#7 Philip Rivers, LAC (13e 3e 7e)

A connu une de ses bonnes saisons, lui qui depuis plusieurs saisons devait souvent composer avec des unités de receveurs déficientes (ou décimées par les blessures), mais cette saison, avec des munitions, on a vu la différence. Le mot s’est passé et son manque de mobilité a fini par lui nuire en fin de saison avec tous ces blitz au centre. Quand même une valeur sûre et un gars avec qui tu peux gagner.

#8 Matt Ryan, Atl (11e, 4e, 5e)

Qu’il ait réussi à amasser d’aussi belles statistiques et à produire autant avec Steve Sarkisian comme OC est un exploit en soit. Son bras en perd et ça m’inquiète, parce qu’il ne peut vraiment se le permettre.

#9 Ben Roethlisberger, Pit (16e, 15e, 6e)

Je ne tiens pas en compte sa part dans le soap opera que sont devenus les Steelers, qu’il est difficile à quantifier, s’il y en a une. Son jeu a définitivement perdu quelques plumes. Mais quand les « jetons sont sur la table », il est encore à son meilleur. On voit par ses stats et son classement pff par contre que les grands moments se font plus rares. Il a changé sa « game » aussi, ayant été en 2018 le QB qui prenait le moins de temps avant de lancer le ballon selon pff (ce qui a très bien fait paraître sa OL). Il a aussi lancé 10 interceptions…seulement sur les passes tentées vers Antonio Brown, un total presque impensable vers un seul receveur, encore moins pour un receveur aussi doué.

#10 Baker Mayfield, Cle (9e, 20e, recrue)

C’est une très grosse marque de confiance, la meilleure cote que j’ai donné à une recrue était Dak au 9e rang (Watson 15e l’an dernier). Mais force est d’admettre que son insertion dans l’alignement a transformé cette équipe. Contrairement à Dak, par contre, son habileté à placer le ballon à la bonne place est un gage de succès à long terme.

#11 DeShaun Watson, Hou (13e, 6e, 15e)

Oui, il a DeAndre Hopkins et la saison-sans-aucune-passe-échappée. Mais il a aussi joué toute la saison derrière une OL atroce et avec aucun autre receveur digne de mention, sauf pour les quelques matches où Will Fuller était là. J’ose pas imaginer de quoi auraient l’air l’attaque des Texans avec un quart moyen style Keenum/Flacco/Tannehill.

3E GROUPE: LES PARTANTS

Cette liste contient trois types de QBs. Ceux qui sont assez bons pour être des partants fiables, mais le genre de quart qui ne pourra que rarement mener son équipe aux grands honneurs, que l’équipe penserait peut-être à le remplacer mais sait qu’elle pourra difficilement le faire (Andy Dalton). Des jeunes qui aspirent à la catégorie supérieure (Carson Wentz) ou encore, des vétérans qui ne sont pas assez constants pour être dans le groupe supérieur (Cam Newton).

#12 Jared Goff, LAR (8e, 8e, 13e)

Je ne suis pas capable de sortir de ma tête l’image de son Super Bowl, ce qui m’a forcé à le descendre d’une catégorie vs mon premier jet. C’est peut-être pas juste, mais ça met en évidence sa fin de saison plutôt moyenne. Il demeure donc jusqu’à preuve du contraire un « system quarterback » et quand le système de gagne pas et ne lui présente pas des lectures simples définies avec des receveurs grands ouverts, il devient un quart très ordinaire et limité. Il progresse, il gagne des matches mais pour accéder au groupe précédent il va falloir qu’il performe par lui-même de temps en temps.

#13 Matthew Stafford, Det (17e, 26e, 9e)

Après plusieurs années à nous agacer avec des performances qui montrent son potentiel, avant de retomber dans les mêmes problèmes qui le limitent depuis le début de sa carrière, je crois que j’ai enfin trouvé la place pour Stafford : parmi les meilleurs de ce groupe. Il a régressé cette saison, peut-être en partie par le climat dysfonctionnel entre son HC et son OC, mais je suis tanné de lui trouver des excuses année après année.

#14 Dak Prescott, Dal (20e 14e 19e)

Il a retrouvé son rang dans ce groupe quand ils ont fait l’acquisition de Amari Cooper. Il a besoin d’un coach créatif qui va le mettre dans une position pour réussir, avec son bras comme ses jambes, ce qu’on a vu mais pas assez souvent. En séries contre les Rams, ces derniers ont osé jouer leur 3-4 de base contre les formations à 3 WRs des Boys. Un manque de respect envers Prescott. Mais ce qui fait réfléchir encore plus, c’est que Linehan, Garrett et compagnie n’ont même pas osé mettre le match entre les mains de Prescott malgré cet avantage tactique que les Rams leur accordait. Le changement de OC (et probablement de HC en 2020) lui sera bénéfique.

#15 Carson Wentz, Phi (14e 7e 4e)

Une saison perdue pour Wentz, qui a commencé sans le bénéfice d’un camp (dont il avait bien besoin en tant que jeune QB de 3e année en développement) et qui se termine par une autre blessure. Il perd aussi des points quand on voit que Foles fait fonctionner l’attaque en fin de saison. Mais il a quand même deux attributs que peu de QBs ont, précis sur la bombe, et capable de « lancer un receveur ouvert » lorsqu’il est couvert. Il sera toujours comparé à Goff à cause de leurs rangs de repêchage, je persiste à croire que son plafond est plus haut. Mais pas sa production 2018.

#16 Kirk Cousins, Min (15e 10e 16e)

C’est fou comme l’argent peut influencer nos attentes. Cousins n’a pas été moins bon que par le passé. Il est juste payé comme un top, ce qui fait qu’il ne rencontre pas les attentes. Il livrait la marchandise avec Adam Thielen en début de saison, et quand la ligue s’est ajustée ni lui, ni John DeFilippo n’ont réussi à s’adapter. Il a un abonnement au #16 dans mon classement et ne sera probablement jamais dans le groupe précédent.

#17 Cam Newton, Car (23e, 18e, 12e)

C’est une moyenne de l’année. Il était bien parti, mais à partir de la 10e semaine, on dirait qu’il n’était plus l’ombre de lui-même et les blessures sont probablement à blâmer. J’ai quand même aimé voir le match avec Norv Turner. En espérant qu’il reviendra à 100%.

#18 Nick Foles, Phi (19e, 16e, non-classé en 2017)

L’an passé je me suis trouvé une excuse pour ne pas le classer alors cette fois je ne vais pas m’esquiver. Il livre la marchandise, que ce soit beau (35 en 49 pour 471 verges et 4 TD contre les Texans) ou laborieux (victoire de 18-12 face aux Atlanta en levée de rideau, 19/34 pour 117 verges). Il est inégal de match en match et se série en série parce que son jeu se base sur beaucoup de balles 50%/50%, dont le résultat est moins constant. On voit que le personnel des Eagles lui en demande moins qu’à Wentz mais il se fait sacker moins souvent et semble faire jouer son équipe à un niveau plus élevé.

#19 Mitch Trubisky, Chi (33e, 17e, 28e)

Il est difficile à évaluer. Ses stats sont gonflées par les habiletés extraordinaires après le catch de certains de ses receveurs, particulièrement de Tarik Cohen, qui a transformé plusieurs gains de 4 verges en touchés de 60. Par contre j’ai trouvé que sa prise de décision s’est améliorée toute l’année, et qu’il a le don de courir au bon moment (ce qui n’est pas tenu compte dans le rating et pas très pondéré par pff) et gagner des premiers jeux importants.

#20 Andy Dalton, Cin (12e, 27e, 20e)

Dalton est devenu un espèce de « punch line » mais a connu un solide début de saison, les Bengals étaient 4-1. Dalton a plus besoin d’une OL adéquate que d’autres et avec du progrès de ce côté, il faisait le travail, entouré d’un groupe de WR et RB enviable. Quand ils s’est retrouvé à ne plus être entouré de coéquipiers de premier plan (AJ Green surtout, mais Mixon et ensuite Bernard ont été blessés), il est retombé en pleine face. La définition d’un partant moyen.

#21 Derek Carr, Oak (21e 19e 22e)

Le mariage Gruden / Carr a pris du temps à se consommer, et on est pas encore certains que ça va fonctionner. On a vu l’offensive sortir de l’âge de pierre en cours de saison, mais sa peur de tirer la gachette fait de lui un quart limité. On se souviendra d’un match de 29 passes complétées en 32 essais, mais produisant seulement 19 points, une défaite face aux Broncos.

DERNIER GROUPE: LES INDIGNES

Ceux dont le niveau de jeu a été indigne d’un poste de partant. On essaie constamment de les remplacer, on espère qu’ils reprennent du poil de la bête ou on passe à autre chose.

#22 Alex Smith, Was (25e 28e 11e)

Il a longtemps été la définition de mon 3e groupe, en fin de groupe. Sauf l’an passé, quand Andy Reid a ouvert son playbook un peu et que Smith était donc entouré à la fois de talent de premier plan (Kelce, Hunt, Hill) et d’un coach qui maximise le talent à sa disposition. Cette saison chez les Skins, il avait encore un coach qui lui donne une chance, mais du personnel médiocre autour, et Smith n’est pas capable de faire lever ce genre de gâteau.

#23 Ryan Fitzpatrick, TB (10e, 9e, non classé en 2017)

Il n’a pas froid aux yeux. Plusieurs jeux qui vous font tomber la mâchoire. Plusieurs autres qui vous font vous gratter la tête. Pas beaucoup entre les deux…et à un moment donné minuit a sonné pour Cendrillon.
Dommage, je ne donne pas de points pour la meilleure conférence de presse de l’année

#24 Marcus Mariota, Ten (18e 23e 18e)

J’ai eu envie de ne pas le classer. Le pauvre gars a joué une partie de la saison avec un problème de nerf dans le coude droit, et joué dans plusieurs matches où il n’aurait pas dû jouer. Mais reste qu’à sa 4e saison (et 4e système offensif faut dire), il manque encore des lectures, fait rarement le jeu qui rappelle qu’il était un top prospect. Peut-être qu’en santé il fait le 3e groupe, mais je le vois mal dans le top 15.

#25 Jameis Winston, TB (24e 25e 17e)

Mariota et lui seront toujours comparés l’un à l’autre, et sont encore toujours très près l’un de l’autre dans mes classements. C’était gênant en début de saison de voir Fitzpatrick faire fonctionner l’attaque avec plus de brio que Winston ne l’a jamais fait. Une performance de 4 int et 5 sacks face à la pauvre défensive des Bengals est à oublier. Dans toutes les mesures de précision de PFF, il est parmi les pires, partageant les dernières places avec les recrues Jackson, Rosen, Darnold et Allen. Si Bruce Arians ne peut pas en faire un quart de premier plan, personne n’y arrivera.

#26 Joe Flacco, Balt (22e 30e 25e)

« Le meilleur camp de sa carrière », « enfin en santé », « Crabtree et Brown, il a enfin des receveurs ». On y a cru en début de saison, il a bien fait contre les Bills, Broncos et Steelers entres autres. Mais il a perdu de la mobilité, ce qui le rend très vulnérable dans la pochette, et on dirait qu’il ne connecte plus la bombe comme avant. Sans ces deux attributs, il est juste un QB de « dink and dunk », et n’est pas assez  bons à ce jeu pour vous tuer à petites gouttes comme un Brady par exemple.

#27 Case Keenum, Den (#26 #31 #14)

Je vous le jure, je les avais l’un derrière l’autre AVANT l’annonce de la transaction envoyant Flacco aux Broncos. Keenum est plus inégal que Flacco, prenant des chances pour compenser pour son bras inadéquat. De temps en temps, ça marche et il a l’air d’un héros. Mais la plupart du temps, on est témoins de ses grandes limitations. Un solide backup pour le reste de sa carrière.

#28 Sam Darnold, NYJ (29e, 33e, recrue)

Bingo ! On commence le groupe de recrues en apprentissage (j’exclus Mayfield, 2 ans plus vieux et nettement plus expérimenté que Darnold, et même Allen, Rosen et Jackson). Le meilleur du groupe cette saison, et surtout le seul qui a montré qu’il pouvait gagner un match par la passe. Je demeure septique de chacun d’entre eux d’ailleurs. Il a eu une période de « chevreuil sur l’autoroute » en milieu de saison, et les Jets l’ont sagement assis pour quelques semaines. Quand il est revenu, on a compris qu’il avait pris des notes.

#29 Eli Manning, NYG (31e 22e 26e)

Ses stats sont meilleures, ayant compté sur le retour de OBJ en santé et sur Saquon, qui à la fois forçait les défensives adverses à respecter la course, et a aidé les chiffres de Eli en transformant plusieurs petites passes faciles en gros gains. Mais ses lectures, son bras et sa capacité à vivre avec la pression sont tous devenus des problèmes pour lesquels son sens de l’anticipation ne peut plus compenser.

#30 Lamar Jackson, Balt (34e, 29e, recrue)

Je sais qu’il a gagné des matches et qu’il a fait les séries. Je sais aussi qu’il n’est pas l’un des 50, peut-être 60 meilleurs passeurs de la ligue. Ce que Greg Roman et Marty Morhninweg ont fait avec lui a pris a déjà fait son temps.

#31 Josh Allen, Buf (27e, 34e, recrue)

Un peu la même chose que Lamar, sauf que lui, les dommages avec ses jambes sont le fruit de l’improvisation, ce qui est tout aussi difficile à répéter comme à défendre. Un « gamer » qui n’aura probablement jamais de belles stats, il a fait des progrès mais pas épaté ni dans le domaine des lectures ni pour la précision.

#32 Ryan Tannehill, Mia (38e, 21e, non-classé en 2017)

Quand on te remplace par Brock Osweiler et que les résultats n’en souffrent pas, tu sais que ta place parmi les partants de la ligue tire à sa fin.

#33 Nick Mullens, SF (30e, 24e, recrue)

Une chose qu’on sait : il est nettement meilleur que C.J. Beathard. Ça s’est senti quand il a pris sa place. On sait aussi qu’il retournera sur le banc.

#34 Josh Rosen, Arz (37e, 35e, recrue)

Difficile à évaluer avec cette OL déficiente et deux coordonnateurs différents. J’avoue que j’ai peu regardé les Cards aussi. Mais j’ai vu un gars qui avait peur de lancer la balle et peur de se faire frapper en même temps. Je vous rappelle que je note la performance en 2018 seulement, évidemment que Rosen a plus de potentiel que Mullens et plusieurs autres plus haut.

#35 Blake Bortles, Jax (32e, 32e, 27e)

Il a été tout simplement atroce cette saison, pire que jamais, avec ce qui était un groupe de receveurs sous-estimé. On voyait que les Jags tentaient de le cacher plutôt que de lui donner la chance de gagner des matches. Ça veut tout dire. On a même pas semblé vouloir utiliser sa mobilité, un rare atout méconnu.

BONUS

#36-#105 Plusieurs joueurs

#106 Nathan Peterman, Buf

Il y a 106 joueurs qui ont tenté des passes dans la NFL cette saison, des Tom Brady et des Pat Mahomes, mais aussi des Johnny Hekker, Kevin Bayard, Logan Thomas et des Mohamed Sanu. Et Nathan Peterman 🙂

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut
d
c