Actualité 2019-20

Retour sur le Repêchage 2018 – Joueurs offensifs

Avant d’aller de l’avant avec mes classements en vue du repêchage 2019, j’aimerais faire un retour sur celui de 2018. Je fais cet exercice à chaque année, mais c’est la première fois que je le publie. Il s’agit d’un exercice nécessaire si on veut apprendre de nos erreurs et de nos bons coups.

Afin de bien évaluer un repêchage, il faut généralement attendre de 3 à 4 ans. Nous ne pouvons tirer de conclusions finales à ce stade, bien évidemment, mais rien ne nous empêche de nous faire un portrait préliminaire.

Vous trouverez également dans ce texte le rang attribué à chaque joueur par le site de statistiques avancés Pro Football Focus dans son dernier classement avant le repêchage de l’année dernière. À ce sujet, je tiens à remercier le collègue Le Maraudeur pour sa collaboration et surtout pour les données qu’il m’a fournies et qui ont contribuées à rendre ce texte plus intéressant.

*Veuillez prendre note que l’ordre dans lequel les joueurs sont présentés est en fonction de mon dernier classement de l’an dernier et non de leur production sur le terrain. Il en va de même pour toutes les positions.

QUARTS-ARRIÈRES

Les 5 quarts-arrières appartenant à mon top 5 sont effectivement les seuls à avoir obtenu du temps de jeu en 2018. À ce jour, je suis satisfait de l’ordre dans lequel je les avais classé à une exception près : Josh Allen qui, à ce stade, aurait mérité de se trouver plus haut. Contrairement à beaucoup d’observateurs du repêchage, j’ai toujours mis l’accent sur les qualités mentales et non physiques quand vient le temps d’évaluer un quart-arrière. La lecture de la défensive adverse, la capacité de trouver le receveur de passe démarqué (ce qu’on appelle souvent la vision du jeu), la capacité de suivre une progression à la façon d’un quart professionnel, le fait de lancer avec anticipation représentent des éléments auxquels j’accorde la plus grande importance. Pour réussir, un quart doit posséder certains attributs physiques minimaux dont un bras adéquat, mais, sans diminuer l’importance des qualités physiques, les qualités mentales passent en premier pour moi.

Je ne m’en était pas rendu compte, mais il est amusant de constater que Pro Football Focus, dont j’ai parfois critiqué les classements dans le passé, avait le même top 3 que moi.

1- Baker Mayfield, Browns de Cleveland (1er quart sélectionné et choix au total)

Statistiques : 13 départs (6 victoires-7 défaites), 63.8% de passes complétées pour 3725 verges verges 27 passes de touchés-14 interceptions.

Classement de pro football focus avant le repêchage : 1er quart-arrière

Pourquoi je l’avais classé au 1er rang : J’avais écrit dans mon classement de l’an dernier que la production de Mayfield, bien qu’excellente, avait joué un rôle limité dans ma décision de le classer au 1er rang. C’est plutôt son excellente vision du jeu, sa prise de décision et son anticipation qui ont justifié son 1er rang. Bref, ses qualités mentales et sa grande intelligence du jeu. J’avais ajouté que j’étais conscient que Mayfield était controversé et n’était pas le choix de la majorité des experts au 1er rang à ce moment-là, mais que je croyais en ses chances de devenir le meilleur quart de ce repêchage.

Commentaires : La très grande majorité, pour ne pas dire la totalité, des « experts » du repêchage n’avaient pas Mayfield au 1er rang de leur classement. Par exemple, Mike Mayock (le nouveau directeur général des Raiders) ne l’avait positionné qu’au 4e rang de son classement. L’erreur ici est d’attribuer une trop grande importance aux qualités physique (taille, puissance du bras, etc) au détriment des qualités mentales.

Mayfield a effectivement été le meilleur quart de ce repêchage et par une marge significative. Non seulement a-t-il mené les Browns aux portes des séries (un exploit en soi), mais il a au passage battu le record de passes de touchés pour une recrue (détenu jusqu’alors par Andrew Luck). Tout ça avec une équipe qui n’avait gagné qu’un seul match au cours des 2 années précédentes

Un gros « pouce en l’air » pour pro football focus, qui avait Mayfield à son 1er rang. Ce que j’aime, c’est que pro football focus, contrairement à plusieurs experts du repêchage, a su passer outre la taille et les qualités physiques limités de Mayfield. Bravo.

2- Sam Darnold, Jets de New-York (3e choix au total, 2e quart-arrière sélectionné)

Statistiques : 13 départs (4 victoires-9 défaites) 57.7% de passes complétées pour 2865 verges, 17 passes de touchés-15 interceptions.

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 2e rang

Pourquoi je l’avais au 2e rang : Comme je l’avais indiqué dans mon classement de l’année dernière, j’avais aimé le leadership de Darnold qui, en 2016, avait relevé un programme en perdition (USC). Darnold avait pris les commandes au 5e match de l’année (fiche de 1-3 à ce moment) et les Trojans n’avaient plus jamais connu la défaite. Darnold avait certes quelques lacunes techniques et une certaine propension aux revirements, mais il m’apparaissait avoir la maturité et le leadership pour mener une équipe de la NFL. J’aimais aussi le fait qu’il lançait le ballon avec beaucoup d’anticipation. Encore une fois, il faut se concentrer sur les qualités mentales avant les qualités physiques.

Commentaire : C’est sans surprise que Darnold était le favori de la plupart des « experts du repêchage » parce qu’il combine d’excellentes statistiques avec tous les traits physiques d’un quart de la NFL. Ce sont des caractéristiques qui plaisent aux experts. Notamment, Mike Mayock, Daniel Jeremiah et Matt Miller l’avaient tous au premier rang de leur classement. C’était un choix très valable en passant.

Mal entouré et souvent laissé à lui-même, Darnold a connu des hauts et des bas à sa 1re saison. Cependant il a terminé l’année en force, notamment lors de ses trois derniers matchs. Il a clairement démontré qu’il a le potentiel pour être un bon quart dans la NFL. Darnold a effectivement été le 2e quart recrue le plus prometteur de ce repêchage.

3- Josh Rosen, Cards de l’Arizona (10e choix au total 4e quart repêché)

Statistiques : 13 départs (3 victoires-10 défaites) 55.2 % de passes complétées pour 2278 verges, 11 passes de touchés-14 interceptions.

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 3e rang.

Pourquoi je l’avais classé au 3r rang : Rosen représentait (et représente toujours selon moi) le quart-arrière le plus solide techniquement de ce repêchage. J’émettait par contre des doutes sur sa présence dans la pochette protectrice (un élément généralement sous-évalué mais néanmoins très important pour un quart). J’estimais aussi que son jeu ne s’était pas amélioré depuis sa fantastique saison recrue à UCLA (aucun doute qu’il aurait été le 1er choix au total du repêchage 2016 s’il avait pu se rendre admissible à ce moment-là).

Commentaires : Il est beaucoup trop tôt pour porter un jugement définitif sur Rosen. Il a été très mal encadré l’année dernière et il n’est pas responsable des problèmes des Cards. Par contre, s’il devait continuer à connaître des ennuis, nous devrions nous demander pourquoi certains « experts du repêchage » l’avait aussi haut (Matt Miller entre-autre l’avait au 1er rang). Personnellement, je me suis laissé beaucoup influencé par deux facteurs : 1. Sa conformité technique (il possède une très belle motion de passe) et 2. Sa réputation (il était un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire). Il faut toujours se rappeler que la conformité technique n’est pas une fin en soi. À la fin, seuls les résultats sont importants.

4- Josh Allen, Bills de Buffalo (3e quart repêché, 7e choix au total)

Statistiques : 11 départs (5 victoires-6 défaites) 52,8% de passes complétées pour 2074 verges, 10 passes de touches-12 interceptions

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 6e rang

Pourquoi je l’avais au 4e rang : Allen possédait le bras le plus puissant du repêchage et une excellente mécanique. Par contre, son rendement au niveau collégial n’était pas à la hauteur de ses capacités physique. De plus, Allen était incapable de lire tout le terrain et de suivre une progression à la façon d’un quart de la NFL. Considérant tout cela, j’avais écrit sur Allen qu’il pouvait représenter le genre de joueur capable d’obtenir plus de succès en NFL qu’en NCAA (la raison pour laquelle je l’avais au 4e rang) mais qu’il représentait aussi le plus grand risque d’échec.

Commentaires : Allen représente une des plus belles surprises chez les recrues dans la NFL l’année dernière. Ses statistiques par la passe ne sont pas impressionnantes, mais il a trouvé des façons de faire gagner son équipe même lorsque tout s’écroulait autours de lui. Je continue de penser que Darnold est le 2e quart le plus talentueux de ce repêchage (derrière Mayfield) mais certains pourraient argumenter qu’Allen mériterait ce titre autant que Darnold. Il est indéniable qu’Allen a fait du très beau travaille en 2018 et l’avenir s’annonce bien pour lui.

Plusieurs « experts du repêchage » avait une haute opinion d’Allen ce qui n’est pas surprenant. Mike Mayock par exemple, qui accorde toujours une grande importance aux caractéristiques physiques comme la puissance du bras et la taille, l’avait au 2e rang. Évidemment, les férus de statistiques avancées (comme Pro Football Focus) l’aimait moins parce qu’Allen n’a pas connu une grande carrière collégiale (Pro Football Focus avait Allen au 6e rang de son classement).

Ce que je retiens d’Allen, c’est que j’ai grandement sous-estimé son leadership et sa volonté de ne jamais abandonné. Peu importe la situation, Allen se bat avec tout ce qu’il a à sa disposition. Le leadership, le caractère, est impossible à évaluer pour nous et c’est la raison pour laquelle on doit toujours s’appliquer une réserve.

5- Lamar Jackson, Ravens de Baltimore (32 choix au total, 5e quart-arrière repêché)

Statistiques : 7 départs (6 victoires-1 défaites) 58.2% de passes complétées pour 1201 verges, 6 touchés et 3 interceptions.

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 5e rang

Pourquoi je l’avais au 5e rang : Un des plus grands leaders du football collégial. Par contre, j’écrivais qu’à première vue, il ne possède pas le style de jeu pour réussir dans la NFL puisqu’il cause plus de dommage avec ses jambes qu’avec son bras. J’écrivais par contre qu’il pourrait connaître du succès s’il évoluait dans un système adapté à ses forces et faiblesses.

Commentaires : Attention avant de vous laisser impressionner par les succès de Jackson. Il a causé un maximum de dommage par la course et dans un système (« read option ») qui ne pourra pas lui assurer du succès à long terme. Jackson devra se développer de la pochette protectrice pour pouvoir continuer dans la NFL et ça, il ne l’a pas prouvé jusqu’à maintenant.

Actuellement, il est trop tôt pour porter un 1er jugement sur Jackson. Laissons le jury délibéré encore un certain temps. Mais s’il ne s’améliore pas rapidement de la pochette protectrice, les succès de Jackson pourraient être de très courte durée, comme l’ont démontré les Chargers, la seule équipe à l’avoir affronté 2 fois.

*Aucun autre quart issu du repêchage 2018 n’a obtenu de temps de jeu significatif jusqu’à maintenant

PORTEURS DE BALLON

En 2018, 23 porteurs de la NFL ont gagné plus de 1000 verges (passes et courses combinées) de la ligne de mêlée. De ces 23 joueurs, seulement 5 avaient un poids inférieur à 210 livres (Christian McCaffrey, James White, Philip Lindsay, Tarik Cohen et Matt Breida). Parmi les 10 meilleurs de la NFL, 7 avaient un poids supérieur à 220 livres.

Il est indéniable que les caractéristiques physiques jouent un grand rôle dans les succès d’un porteur de ballon. Personnellement, j’ai toujours accordé une grande importance à l’accélération et à l’explosion (beaucoup plus qu’à la vitesse). On cherche des porteurs de ballons qui courent avec puissance et qui sont explosifs pas seulement des joueurs rapides.

En 2018, 5 porteurs de ballon recrue (Saquon Barkley, Sony Michel, Kerryon Johnson, Nick Chubb et Philip Lindsay) ont eu un réel impact dans la NFL. 4 de ces joueurs se sont retrouvés dans mon top 6. Derrius Guice, au 2e rang, n’a pas joué parce qu’il a été blessé au camp d’entraînement et Ronald Jones est une erreur de ma part (de la part de la plupart des « experts » aussi, Pro Football Focus l’ayant au 2e rang notamment).

Honnêtement, dans l’ensemble, on peut dire que ce classement, à ce stade, est assez juste.

1- Saquon Barkley, Giants de New-York (1er porteur de ballon sélectionné, 2e choix au total)

Statistiques : 2028 verges totales (1307 au sol et 721 par la passe), 15 touchés, aucun ballon échappé. Il a évolué sur 85 % des jeux offensifs de son équipe.

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 1er rang

Pourquoi je l’avais au 1er rang : J’ai déjà écrit de Barkley qu’il était le porteur de ballon le plus talentueux que j’avais vu au niveau collégial et de meilleur joueur de la NCAA toutes positions confondues (c’était avant la saison 2017 alors qu’il n’était pas encore éligible au repêchage) Ça fait longtemps que je suis la carrière de Barkley et il a toujours été évident qu’il était un talent générationnel.

Les joueurs à surveiller – Saison 2017 de la NCAA

Commentaire : Tout le monde avait Saquon Barkley au 1er rang de son classement. Barkley est un talent générationnel et peu importe de quel angle on le regarde (statistiques, Technique, traits physiques, etc) il était le meilleur. Les prospects comme lui sont faciles à évaluer

2- Derrius Guice, Redskins de Washington (59e choix au total, 7e porteur de ballon sélectionné)

Pourquoi je l’avais classé au 2e rang : Il a été extrêmement productif dans un programme de 1er plan LSU et dans la conférence la plus forte de la NCAA. Il est un ancien prospect 5 étoiles. Il a volé le poste de partant à Leonard Fournette en 2016. Il possède les traits physiques et le style de jeu pour la NFL.

Commentaire : Guice s’est blessé au camp d’entraînement et n’a pas joué en 2018. Impossible de se faire une opinion même préliminaire sur lui.

3- Sony Michel, Patriots de la Nouvelle-Angleterre (31e choix au total, 3e porteur de ballon sélectionné)

Statistiques : 981 verges totales (931 verges au sol et 50 verges par la passe), 6 touchés, moyenne de 4.5 verges par course.

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 5e rang chez les porteurs de ballon

Pourquoi je l’avais classé au 3e rang : En plus d’avoir connu une carrière productive avec un programme de 1er plan (Georgia) dans la conférence la plus forte de la NCAA, cet ancien prospect 5 étoiles possède les qualités physiques et le style de jeu (nord-sud) pour exceller dans la NFL. J’aimais aussi sa vitesse, sa vision du jeu et son explosion.

Commentaire : Pro Football Focus avait Michel classé au 5e rang des porteurs de ballon. Matt Miller et Daniel Jeremiah l’avaient tous deux au numéro 3, tout comme moi. Mike Mayock ne l’avait pas dans son top 5. Les statistiques de Michel en saison sont excellentes, mais c’est surtout son rendement en séries d’après saison où il a été un élément important de la conquête du Super Bowl des Patriots (336 verges en 3 matchs avec un impressionnant total de 6 touchés) qui justifient son rang de sélection. À ce stade, on peut effectivement le voir comme un des 3 meilleurs porteurs de ballon du repêchage.

4. Kerryon Johnson, Lions de Détroit (43e choix au total, 6e porteur de ballon sélectionné)

Statistiques : 854 verges au total (641 verges au sol et 213 verges par la passe), 4 touchés, moyenne de 5.4 verges par courses

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 7e porteur de ballon

Pourquoi je l’avais classé à ce rang : il est le joueur offensif par excellence en titre de la conférence SEC, la plus forte de la NCAA. Je ne l’ai pas classé plus haut parce qu’il a un peu ralenti en fin de saison pour cause de blessures. Il a toujours été très explosif, mais il l’était moins en fin de saison.

Commentaire : Malgré le fait qu’il a été ennuyé par les blessures qui lui ont fait rater quelques matchs, il connaît un début de carrière spectaculaire avec une équipe qui n’est pas reconnu pour son attaque au sol. Sa moyenne de 5,4 verges par course est impressionnante.

Pro Football Focus n’aimait pas tellement Johnson tel que l’indique son rang (7e porteur de ballon). J’ai de la difficulté à comprendre pourquoi parce que Johnson s’est montré productif dans la plus forte conférence de la NCAA. Au niveau des « experts du repêchage » Matt Miller est le seul que j’ai trouvé qui l’avait dans son top 5 (5e rang). Clairement Johnson a été sous-évalué par pas mal d’expert. Il est le prototype du joueur qui se retrouve sous le radar sans qu’on puisse expliquer pourquoi. Il y en a quelques-uns à tous les repêchages.

5- Ronald Jones, Tampa Bay (38e choix au total, 5e porteur de ballon sélectionné)

Statistiques : 77 verges au total, 1 touché, moyenne de 1.9 verges par course.

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 2e rang chez les porteurs de ballon

Pourquoi je l’avais classé au 5e rang : un joueur explosif avec une bonne vision du jeu et capable de contribuer en situation de passe. Même s’il est petit pour la position, il correspond aux qualités recherchées dans le football d’aujourd’hui (vitesse et contributions dans les situations de passe). Je n’étais pas son plus grand fan et je ne l’avais pas dans mon classement initial, mais j’ai fini par me laisser influencer par le fait que tout le monde le voyait très haut. J’aurais dû suivre ma 1re idée.

Commentaire : Jones connaît un début de carrière extrêmement difficile, au point ou il n’a pas joué en fin de saison. Les choix de 2e ronde ne se font pas beaucoup couper au milieu de leur 1re saison alors les Bucs seront patients. Mais jusqu’à maintenant, Jones ne justifie en rien sa place dans ce classement et encore moins le 2e rang que pro football focus lui a attribué.

6- Nick Chubb, Browns de Cleveland (2e ronde, 35e choix, 4e porteur de ballon sélectionné)

Statistiques : 1145 verges totales (996 verges au sol et 149 verges par la passe), 10 touchés, moyenne de 5.2 verges par course.

Classement de Pro football focus avant le repêchage : 4e porteur de ballon

Pourquoi je l’avais classé au 6e rang : J’ai suivi sa carrière depuis le tout début à Georgia et je le considérais comme le successeur de Todd Gurley jusqu’à ce qu’il se blesse au genou. À ce moment (on parle de la saison 2014), il était le meilleur prospect de la NCAA au poste de porteur de ballon. Malheureusement, il a manqué la saison 2015 et, tout en demeurant très bon, il n’a jamais été le même par la suite… jusqu’à l’année dernière.

Commentaires : On peut dire que jusqu’à maintenant, Chubb est le 2e meilleur porteur de ballon issu de ce repêchage. Sans rien enlever à Michel ou Johnson, seul Saquon Barkley peut prétendre avoir connu une meilleure saison que lui. Personne n’avait vu venir ce genre de saison de sa part, mais on a toujours su qu’il avait beaucoup de potentiel. Honnêtement, même en connaissant le potentiel de Chubb, l’ampleur de ses succès était imprévisble.

Un joueur oublié : Philip Linday, Broncos de Denver (non repêché)

Statistiques : 1278 verges au total (1037 verges au sol et 241 verges par la passe), 10 touchés, moyenne de 5.4 verges par course

Commentaire : je ne l’avais pas sur ma liste. La plupart des évaluateurs de talent de la NFL non plus puisqu’il n’a pas été repêché. Pourtant, Lindsay, qui n’a même pas été invité au « nfl combine » a connu 2 saisons de plus de 1500 verges dans un bon programme qui forme des joueurs pour la NFL (Colorado). Il ne reste qu’à confirmer que, compte tenu de sa petite taille, il sera capable d’être durable vu les exigences de la position. Ce qui est loin d’être sûr.

RECEVEURS DE PASSES

Une des positions les plus difficiles à évaluer. Les performances d’un receveur de passe sont influencées par tellement de facteurs (système de jeu, quart-arrière, etc) qu’on pourrait faire un classement différent pour chaque équipe de la NFL. C’est un peu vrai pour toutes les positions, mais ça l’est encore plus pour celle-là.

Il n’y a que 3 receveurs de passe recrues qui ont réellement eu un impacte en 2018 (Calvin Ridley, Courtland Sutton et DJ Moore) et les 3 font partie de mon classement, mais pas dans le bon ordre (Moore aurait dû faire partie de mon top 3). Kirk justifie son rang (4e) jusqu’à maintenant, alors que je prends la pénalité de 5 verges pour procédure illégale dans le cas d’Anthony Miller un joueur que j’ai visiblement classé trop haut parce que je l’aimais beaucoup.

Tout comme le mien, le classement de Pro Football Focus compte quelques erreurs ce qui est normal parce que tel que mentionné, la position est très difficile à évaluer.

1- Calvin Ridley, Falcons d’Atlanta (26e choix au total, 2e receveur de passe sélectionné)

Statistiques : 64 attrapés pour 821 verges et 10 touchés. Il a participé à 61% des jeux offensifs de son équipe

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 2e receveur de passe.

Pourquoi je l’avais classé au 1er rang : Dans mon classement pré saison, j’avais déjà cet ancien prospect 5 étoiles au premier rang. Ça fait déjà un certain temps que je le considère comme le meilleur receveur de passe de sa classe, en raison notamment de la précision de ses tracés de passe.

Commentaires : La plupart des « experts du repêchage » (outre Pro Football Focus) avaient Ridley au 1er rang de leur classement et jusqu’à maintenant, il est effectivement le meilleur receveur de passe de ce repêchage.

2- Courtland Sutton, Broncos de Denver (40e choix au total, 3e receveur de passe sélectionné)

Statistiques : 42 attrapés pour 704 verges et 4 touchés. Il a participé à 76% des jeux offensifs de son équipe

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 4e rang.

Pourquoi je l’avais classé au 2e rang : J’ai attendu à la toute fin avant de l’inclure dans mon top 5. En l’étudiant de plus près, j’ai été impressionné par ses qualités physiques (notamment son explosion) et par sa capacité à créer de la séparation compte tenu de sa taille (6 pieds 3, 220 livres). Un cas typique de super bon joueur ayant évolué pour un petit programme et qu’on découvre pendant le processus menant au repêchage

Commentaire : Depuis le départ de Demaryius Thomas, Sutton est devenu partant à plein temps avec les Broncos. Sutton représente une menace pour le long jeu (comme en fait foie sa moyenne de 16,8 verges par attrapé). Un partant de qualité évoluant à la position « x » (ce qu’on appelle un « split-end » en langage de football). Ces receveurs de passe sont les plus difficiles à trouver et Sutton mérite amplement le 2e rang de ce classement.

3- Anthony Miller, Bears de Chicago (51e choix au total, 6e receveur de passe sélectionné)

Statistiques: 33 attrapés pour 423 verges et 7 touchés. Il a participé à 54% des jeux offensifs de son équipe.

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 7e receveur de passe

Pourquoi j’avais Miller au 3e rang : Un joueur extrêmement productif à Memphis avec des mains exceptionnelles et une attitude de gagnant. Il n’a peur de personne et je l’avais comparé à Steve Smith dans mon dernier classement.

Commentaire : le rôle d’Anthony Miller a augmenté à mesure que la saison avançait, mais sa production ne justifie pas de l’avoir classé au 3e rang. Le cas typique d’un joueur qu’on aime peut-être un peu trop et qu’on surévalue. Ça peut sembler drôle à dire, mais il arrive aux directeurs gérants de faire la même erreur. Pour moi, ce n’est pas grave, mais pour eux, ça l’est. Il faut faire attention à ne pas trop s’attacher à un joueur parce que ça conduit à des erreurs.

4- Christian Kirk, Cards de l’Arizona (47e rang au total, 4e receveur de passe sélectionné)

Statistiques: 43 attrapés pour 590 verges et 3 touchés. Il a participé à 57% des jeux offensifs de son équipe.

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 10e receveur de passe

Pourquoi j’avais Kirk au 4e rang : Dans mon classement d’avant saison, je l’avais au 2e rang derrière Calvin Ridley. Ça fait longtemps que je suis la carrière de Kirk. J’ai toujours été impressionné par ses qualité physiques (vitesse, accélération, etc) même s’il n’a pas produit à la hauteur de son talent dans le système très ordinaire de Texas A@M

Commentaire : Statistiquement parlant, Kirk s’est classé au 4e rang (derrière Ridley, Moore et Sutton) parmi les recrues, mais s’il n’avait pas été blessé en fin de saison, son classement aurait été encore meilleur. Et il faut aussi tenir compte que de toutes les recrues de ce classement, il était dans la pire situation évoluant pour une très mauvaise équipe.

5- DJ Moore, Panthers de la Caroline (24e rang au total, 1er receveur de passe sélectionné)

Statistiques : 55 attrapés pour 788 verges et 2 touchés. Il a participé à 69% des jeux offensifs de son équipe.

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 4e rang

Pourquoi je l’avais classé au 5e rang : Il était un peu dans la même situation que Christian Kirk : beaucoup de talent, mais une production moyenne. Entre Kirk et Moore ça été très serré pour le 5e rang.

Commentaire : Il a connu une première moitié de saison tranquille avant de s’illustrer en fin de saison. À la fin, il a été le 2e receveur de passe le plus productif chez les recrues (derrière Ridley).

Deux joueurs oubliés :

Antonio Callaway des Browns de Cleveland s’est classé au 5e rang des receveurs de passe recrues (43 attrapés 586 verges 5 touchés). Tout le monde connaissait le talent de Callaway, un des joueurs les plus explosifs de la NCAA au cours des dernières années, mais nous l’avons tous écarté de nos classements à cause de ses problèmes hors-terrain (il a notamment été suspendu pour la saison 2017). Dans ce contexte, il n’était même pas sûr qu’une équipe serait prête à le repêcher. Une fois qu’il est devenu claire que les Browns étaient disposés à lui donner un rôle important, la suite était prévisible.

Marquez Valdez-Scanting des Packers de Green-Bay s’est classé au 6e rang des receveurs de passe (38 attrapés 581 verges 2 touchés). Celle-là, personne ne l’avait vu venir. N’ayant pas vraiment été productif au sein d’un petit programme universitaire (USF), Valdez-Scanting n’a pas particulièrement bien testé au « combine » (à l’exception de son temps de 4.37 sur 40 verges). À ce stade, on pourrait dire que Valdez-Scanting a été productif tout simplement parce qu’Aaron Rodgers en a décidé ainsi.

*Tous les autres receveurs de passe issus du repêchage de 2018 ont évolué dans des rôles de réserviste et ont eu peu d’impact. Il faudra attendre avant de se prononcer dans leur cas.

BLOQUEURS

La position de bloqueur en est une très technique et ça peut prendre du temps pour bien développer les joueurs à cette position.

Sans surprise, un seul bloqueur recru s’est réellement imposé comme un partant de qualité en 2018 et il s’agit du 1er de ce classement : Mike McGlinchey. D’autres ont occupé des postes de partant pendant au moins une partie de la saison (Kolton Miller, Connor Williams comme garde, Orlando Brown, Brian O’Neil) avec des succès mitigés.

À ce stade, à part dans le cas de McGlinchey, il est impossible de tirer des conclusions même partielles sur aucun autre bloqueur recrue de ce repêchage.

1- Mike McGlinchey, San Francisco (9e rang au total, 1er bloqueur sélectionné)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 1er bloqueur

Pourquoi je l’avais classé au 1er rang : J’écrivais dans mon classement qu’il excelle lors des situations de course, mais éprouve de la difficulté lorsqu’on l’attaque avec de la vitesse. Je l’ai classé au 1er rang un peu par défaut.
Commentaire : il a joué 99% des jeux offensifs de son équipe et Pro Football Focus lui a donné la meilleure note chez les bloqueurs recrues. Dans les faits, il s’est très bien tiré d’affaire. Il mérite d’être premier.

2- Isaiah Wynn, Nouvelle-Angleterre (23e rang au total, 3e bloqueur sélectionné)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 2e garde

Pourquoi je l’avais classé au 2e rang : la plupart des experts (dont Pro Football Focus) avaient Wynn en tant que garde à cause de sa taille. Après l’avoir vu dominer toute opposition dans la conférence « SEC » la plus forte de la NCAA, j’ai toujours été persuadé qu’il pouvait évoluer comme bloqueur dans la NFL (ou comme garde, dépendant du choix de son équipe).

Commentaire : Wynn a été blessé au camp d’entraînement et a raté toute la saison. Nous devons donc réserver notre opinion dans son cas. Par contre il sera développé dans l’excellent système des Patriots de la Nouvelle-Angleterre par Dante Scharniccia, un des meilleurs entraîneurs de position de la NFL et la position de bloqueur à gauche semble lui appartenir suite au départ de Trent Brown. Je demeure confiant de voir Wynn se développer comme un top 2 de ce repêchage.

3- Kolton Miller, Oakland (15e rang au total, 2e bloqueur sélectionné)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage: 7e bloqueur

Pourquoi je l’avais classé au 3e rang : Miller a été tantôt bon, tantôt très mauvais lors de sa carrière collégiale à UCLA. Sa technique n’était clairement pas à point. Mais sur le long terme, il possède les traits physiques pour la position. Il est pas mal dans la même situation que Nate Solder au même âge. Dans son cas, sa carrière dépendra de la qualité de son développement.

Commentaire : Miller a évolué sur 96% des jeux offensifs de son équipe. Il a été le bloqueur à gauche partant des Raiders durant toute la saison. Pro Football Focus lui a attribué un score de 48 ce qui est sous la moyenne. Effectivement, Miller a connu des hauts et des bas. C’est surtout sur le long terme que Miller représente un certain potentiel. Il sera probablement transféré au poste de bloqueur à droite en 2019 ce qui lui facilitera la tâche.

4- Connor Williams, Dallas (50e rang au total, 4e bloqueur sélectionné)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 2e bloqueur

Pourquoi je l’avais au 4e rang : j’avais écrit dans mon classement que le problème de Williams est que son jeu de pieds est lent et que je le voyais plus comme un garde que comme un bloqueur à gauche au niveau de la NFL

Commentaire : C’est effectivement comme garde et non comme bloqueur que Williams évolue actuellement avec les Cowboys de Dallas. Il a joué 64% des jeux offensifs de son équipe et Pro Football Focus lui a attribué une note de 57% ce qui est dans la moyenne. Actuellement, Williams vaut son rang de sélection puisqu’il fait un travail adéquat à sa nouvelle position.

5) Martinas Rankin, Houston (80e joueur au total, 8e bloqueur sélectionné)

Pourquoi je l’avais au 5e rang : Rankin a connu une belle carrière à Mississippi State dans la conférence la plus forte de la NCAA. Il n’a pas de traits physiques dominants, mais il était très en contrôle de ses blocs, utilisait bien ses mains et démontrait un jeu de pied très adéquat.

Commentaire : Rankin a évolué sur environ 40% des jeux offensifs des Texans. Pro Football Focus lui a assigné une note sous la moyenne (42). Je n’ai pas la même lecture que Pro Football Focus dans ce cas-ci. Je pense que Rankin, qui possède un style peu spectaculaire, a été adéquat à sa 1re année. Je pense par contre que j’aurais dû le classer derrière Orlando Brown et Brian O’Neill.

6- Orlando Browns, Baltimore (83e rang au total, 9e bloqueur sélectionné)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage : 5e bloqueur

Pourquoi je l’avais classé au 6e rang: En étudiant les films de ses matchs, j’avais remarqué sa lenteur, qui a été confirmée au « combine » avec un des temps les plus lents de l’histoire sur 40 verges. J’avais écrit que j’attendrais la 3e ronde avant de repêcher Brown (qui est effectivement l’endroit ou il a été repêché) et que son succès dépendrait du système de l’équipe qui le repêcherait (il cadre très bien dans le système des Ravens)

Commentaire : Brown s’est très bien débrouillé à sa 1re saison. Il a joué sur 64% des jeux offensifs des Ravens et Pro Football Focus lui a donné une note de 66. Cette note correspond à ce que j’ai vu de lui sur le terrain. Brown aurait probablement mérité d’être classé plus haut. Il semble avoir travaillé sur son conditionnement physique et pour le reste, son talent n’a jamais fait de doute. À ce stade, il aurait mérité d’être devant Miller, Williams et Rankin au 3e rang des bloqueurs recrues (soyons patients dans le cas de Wynn).

Parmi les autres bloqueurs offensifs sélectionné Brian O’Neill (Vikings) a joué sur 76% des jeux offensifs de son équipe tout en obtenant une note de 63 de la part de Pro Football Focus. Il est le seul joueur restant qui aurait mérité de se retrouver dans notre top 5 (à la place de Martinas Rankin probablement). Au départ, O’Neill m’apparaissait comme un possible choix de 2e ronde et il aurait eu une chance de percer mon top 5. Je l’ai écarté de mon classement parce qu’il a connu une très mauvaise semaine au « senior bowl » se faisant battre par à peu près tous ses opposants. Un autre exemple qu’il ne faut pas accorder une importance démesurée au processus d’après saison.

INTÉRIEUR DE LA LIGNE OFFENSIVE

GARDES ET CENTRES OFFENSIFS

1- Quenton Nelson, Indianapolis (6e au total, 1er garde/centre repêché)

Classement de Pro Football Focus : 1er garde

Pourquoi je l’avais au 1er rang : j’avais écrit sur Nelson que ses qualités physiques auraient été nettement suffisante pour dominer au niveau de la NCAA, mais qu’il avait néanmoins développé une solide technique. Je pense que ça le décrit assez bien. Le joueur de ligne le plus dominant de la NCAA.

Commentaire : il a évolué sur 100% des jeux offensifs de son équipe. Il a été nommé sur la 1re équipe d’étoile de la NFL à sa position. Nul doute qu’il méritait d’être le 1er garde sélectionné.

2- Isaiah Wynn, Nouvelle-Angleterre (23e choix au total, 4e garde/centre repêché)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage: 2e garde

Pourquoi je l’avais au 2e rang : Il était un des meilleurs bloqueurs de la NCAA, mais il possède d’avantage un physique de garde. Je l’ai placé au 2e rang des 2 classements parce qu’il possède les qualités pour dominer aux 2 positions selon moi.

Commentaire : il a raté toute la saison en raison d’une blessure au camp d’entraînement. Il faudra donc réserver notre opinion dans son cas.

3) James Daniels, Bears de Chicago (39e choix au total, 8e garde/centre repêché)

Pro Football Focus : 4e centre

Pourquoi je l’avais au 3e rang : j’avais écrit sur lui qu’il était le centre le plus solide techniquement de ce repêchage et que comme tous les joueurs de ligne provenant de l’université d’Iowa, il avait été très bien formé.

Commentaires : il a évolué sur 71% des jeux offensifs des Bears et a été le garde à gauche partant de l’équipe au cours des 9 derniers matchs. Il a reçu une note de 63 (au-dessus de la moyenne) de la part de Pro Football Focus et ça représente bien son niveau de jeu à mon sens. Un bon joueur qui évoluera dans la NFL pendant 10 ans s’il évite les blessures. Il justifie son rang dans ce classement.

4- Will Hernandez, Giants de New York (34e choix au total, 6e garde/centre repêché)

Classement de Pro Football Focus avant le repêchage: 3e garde

Pourquoi je l’avais au 4e rang : il a impressionné au Senior Bowl et il est un phénomène physique que certains défauts techniques m’ont empêché de classer plus haut.

Commentaire : il a évolué sur 100% des jeux offensifs de son équipe et Pro Football Focus lui a attribué une note de 65 pour sa saison recrue. Il a été un des seuls points positifs dans une (autre) saison difficile pour les Giants. Dans son cas, le processus d’après saison aura joué son rôle en attirant notre attention sur lui.

5- Frank Ragnow, Lions de Détroit (20e choix au total, 2e garde/centre repêché)

Classement de Pro Football Focus : 1er centre

Commentaire : Il a évolué sur 99% des jeux offensifs de son équipe en tant que garde à gauche et Pro Football Focus lui a attribué une note de 61. Il est à sa place à ce rang.

Plusieurs experts avaient BILLY PRICE dans leur top 5 et il a été repêché au 21 rang au total (Bengals de Cincinnati). Personnellement je ne l’avais qu’au 8e rang de mon classement. Price a connu une saison difficile se méritant une note de 49 de la part de Pro Football Focus. À l’inverse BRADEN SMITH était complètement sous le radar lorsqu’il a été repêché au 37e rang par les Colts d’Indianapolis. Repêché comme garde, il a effectué la transition au poste de bloqueur à droite et s’est mérité une excellente note de 71 de la part de Pro Football Focus. Personnellement, je ne l’avais pas vu venir et je vais devoir me demander pourquoi je n’avais pas projeté Smith comme un possible bloqueur offensif.

Visitez notre section spéciale sur le Repêchage 2019

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut