Actualité 2019-20

Road Trip – Cornhuskers et Chiefs au coeur de l’Amérique

C’est il y a quelques années que mon voisin d’avion, ayant étudié au Nebraska et vivant à Kansas City, m’a fait remarquer que ces deux destinations football mythiques étaient assez près l’une de l’autre pour en faire un road trip mémorable d’une fin de semaine. Je le rumine depuis et l’ai enfin réalisé cette fin de semaine. Et c’était à la hauteur de mes attentes très élevées.

Les Cornhuskers de Nebraska sont une institution du football universitaire américain avec leurs cinq championnats nationaux et 373 salles combles consécutives. Il y avait plus de 89 000 personnes au match, et la ville de Lincoln compte une population de 287 000. L’état au complet a une population d’environ 1,9 million de personnes et ils remplissent ce stade 7 fois par année depuis la nuit des temps. Faites le parallèle avec les 17 000 Québécois qui remplissent le PEPS pour un match Carabins / Rouge et Or et la population du Québec, et vous comprendrez comment le football fait partie des moeurs.

Les Cornhuskers ont été une grande puissance de la NCAA entre les années 70 et la fin des années 2000. J’ai encore des souvenirs des duels Oklahoma / Nebraska qui ont marqué mon adolescence, les deux équipes de wishbone qui n’utilisaient la passe avant qu’en dernier recours. Les Irving Fryar, Mike Rozier, Roger Craig, Johnny Rodgers, Will Shields, Eric Crouch, Ndamukong Suh et Tommy Frazier sont les gros noms, mais ils livrent des joueurs à la NFL sur une base annuelle, des Rex Burkhead et des Prince Amukamara.

Si les fans locaux sont conscients que les Huskers ne sont plus la puissance qu’ils étaient, cela n’enlève en rien leur ardeur le jour du match, la marée rouge est très, très impressionnante.

Nous avons volé vers Omaha, avec une pensée pour Peyton Manning, et la route entre Omaha et Lincoln le matin du match se fait bien. C’est plat, avec des champs de maïs à perte de vue. D’abord, on nous avait mentionné que le tailgate ne se passe PAS dans les stationnements sur le campus, mais juste à côté. Nous nous sommes accrochés les pieds dans un party sur le terrain d’une station-service, qui préfère fermer un jour de match pour y accueillir les tailgaiters plutôt que de vendre de l’essence et réparer des voitures. Les portes sont ouvertes et vous pouvez siroter votre drink en dessous d’une corvette (rouge, évidemment) montée sur le « lift » en attendant qu’on finisse de remplacer son radiateur. Sur le chemin vers le stade nous avons trouvé le spot par contre, sous les bretelles de la Route 180, entre le stade de football et l’aréna de basket/hockey, où se trouvent les partys plus intenses.

Plusieurs regardent les matches de midi à la télé et partagent des installations dignes des meilleurs tailgates, un match de poches ou autre jeu « d’adresse » pour passer le temps. Une immense boutique de fortune vend des articles des Cornhuskers. Les gens prennent un verre, et les protéines grillées répandent les odeurs qu’on cherche dans ce genre d’événement. Ça semble être LA place.

L’intérieur du stade est rempli de traditions. La section étudiante est intense, entre autres lors d’un étrange rituel où chacun enlève un soulier et le lève en l’air, et diverses chansons en collaboration avec le marching band qui ajoute tellement d’ambiance. Lors du premier touché des Huskers, des milliers de gens relâchent des ballons rouges qui remplissent le ciel. Les fans sont très connaisseurs, enivrés (même s’ils ne vendent pas d’alcool dans le stade et que l’alcool est, hmm, hmm, interdit sur le campus) et super gentils… quoiqu’on peut compter sur les doigts de la main les fans de l’équipe adverse, Indiana.

Touché Nebraska! Les partisans célèbrent en relachant des centaines de ballons, une tradition après le 1er touché de l’équipe.

C’est un vieux stade, mais quand même avec une très bonne vue sur le terrain et de nombreux écrans pour les reprises et l’animation. On y mange des Runzas, un genre de sous-marin au boeuf haché mélangé avec du chou, le delicatessen local.

La foule suit son équipe avec amour et fait beaucoup de bruit, nous avons eu droit à un match serré malheureusement gagné par Indiana. Les fans des Huskers (et les nombreux animateurs de radio qui font une émission d’après match sur l’une des demi-douzaines de stations de radio) savent qu’ils devront être patients, car le retour de l’enfant prodige Scott Frost, né à Lincoln et QB du dernier championnat national comme joueur en 1997, qui a élevé le programme de Central Florida, n’est qu’une étape de la reconstruction de ce programme de football qui a perdu ses lettres de noblesse.

Environ 3 heures de route vous séparent de Kansas City, ce qui était très raisonnable compte tenu du fait que le match se termine vers 17h et que le match des Chiefs est en soirée dimanche, laissant amplement de temps pour se rendre, manger du BBQ et participer au tailgate.

Le Arrowhead Stadium est en dehors du centre-ville, isolé de la civilisation, voisin du stade des Royals. Nous avons donc commencé par un excellent lunch chez Jack Stack BBQ, qui exploite quelques emplacements dans la région, dont le nôtre au centre-ville. Fortement suggéré et bien rempli de protéines marinées et fumées à point. Ça commençait bien!

Le grand stationnement à l’extérieur du stade des Chiefs

Il existe quelques terrains de stationnements limitrophes au stade pour moins cher, mais les stationnements du stade sont une expérience en soit. Des autobus, ambulances, VR et autres véhicules décorés aux couleurs de l’équipe sont partout, sans compter les milliers de tentes. La quantité de gens qui se font à manger donne l’impression d’être dans un concours de BBQ, pas une game de football. Et pas juste des burgers et des hot-dogs, mais des installations élaborées de BBQ, des fumoirs (légitimes ou improvisés dans une poubelle) pour des poulets entiers, des crevettes, du saumon et autres. Il fait un temps radieux et les stationnements sont ouverts cinq heures avant le match. Les (très nombreux) fans des Packers sont bien accueillis par les résidents et partagent plusieurs tailgates entre fans des deux équipes. Passer quelques heures à faire le tour complet du parking est de l’entertainment en soi!

C’est l’heure du tailgate à Kansas City!

Le Arrowhead Stadium date de l’époque de la AFL, mais conserve son charme. Oui, les nouveaux stades sont confortables, mais côté vieux stade, celui-ci est dans la conversation avec la royauté de la NFL comme Lambeau et Soldier Field.

Une fois au match, l’intérieur du stade ne déçoit pas. C’est très plein. Les verts et jaunes voyagent bien, et représentents entre le tiers et la moitié des fans dans le stade… ce qui veut dire qu’il y a toujours du bruit, et quelqu’un qui chante ou qui crie en célébrant quand il se fait un gros jeu. Du « upper deck », on n’est pas trop loin du terrain, la vue est excellente et le bruit se propage et se concentre. Je ne sais pas si la forme inhabituelle du stade fait partie de l’équation, mais le record de décibels dans un stade ouvert ce n’est pas de la frime. Par contre, faut reconnaître que beaucoup de fans ont tailgaité au point de ne plus être capable de faire le « tomahawk chop » en rythme!

Malgré la blessure à Patrick Mahomes qui nous prive peut-être du seul duel en carrière avec Aaron Rodgers, nous avons eu la chance de voir un excellent match de football, serré, avec des rebondissements et de gros jeux, de même que de l’anticipation lors des nombreux troisièmes essais ou jeux dans la zone payante. Regardez-moi cette ambiance sur ce 3e et les buts, jeu de Rodgers qui démontre bien son talent :

Après le match, soyez patients. Sortir du stationnement est long et pénible. Moins pire que Foxboro, mais c’est quand même une bonne idée de prévoir manger encore un peu pour passer le temps avant de faire la file dans la voiture.

Bref, une fin de semaine fascinante avec des expériences culinaires et de l’excellent football. On n’a pas juste coché deux cases de la « bucket list », on a ajouté des souvenirs pour toujours.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut