Actualité 2019-20

État des forces semaine 9 : les 49ers retrouvent le sommet

Après la magnifique démonstration de force des Ravens dimanche soir, il ne reste plus qu’une seule équipe invaincue dans la NFL : les 49ers. C’est tout un exploit considérant qu’ils avaient amorcé leurs 2 dernières saisons avec des fiches de 0-8 et 1-7. Ils reprennent donc le trône de l’État des forces après un bref passage à la semaine 6 et auront la chance de prouver leur valeur, avec des matchs contre Seahawks, Packers, Ravens et Saints dans les 5 prochaines semaines, tous des prétendants qui veulent s’adjuger le titre.

  • Le premier rang se jouait entre les 49ers et les Saints et j’ai opté pour les 49ers après l’excellent match de Garoppolo jeudi soir. Ce serait un duel idéal pour un championnat de conférence.
  • Un autre dilemme par après entre les Pats et Ravens. Oui, les Ravens ont dominé les Pats dimanche soir, mais ils ont aussi perdu à domicile contre les Browns et peiné contre les Steelers de Duck Hodges. J’ai ultimement favorisé Baltimore, car les Pats n’ont aucune victoire comme les 2 dernières des Ravens.
  • Les Colts perdent 5 places. Ils sont bien entraînés, ont joué d’excellents matchs cette saison, mais sans jamais dominer leurs adversaires au pointage. Même avec un alignement en santé, j’ai l’impression qu’ils n’ont pas le potentiel des équipes devant eux.
  • Les Chargers chargent pour reprendre 5 places, mais restent dans la 2emoitié du classement. Aussi belle était la victoire contre les Packers, ils vont devoir montrer un peu plus de constance.
  • Pendant des années, les Browns rêvaient d’un 26erang dans l’État des forces. C’est tout le contraire en 2019, alors que leur plus récente chute démontre un climat empoisonné dans cette équipe.
  • Les Dolphins ne sont plus derniers! Ni avant-derniers! J’ai réservé la lanterne rouge pour l’équipe la plus pathétique en ce moment : les Jets.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine dernière

1 (3). 49ers (8-0)
La fiche immaculée des 49ers n’avait pas requis de grande prestation de Jimmy Garoppolo. Du moins pas jusqu’à jeudi dernier. Garoppolo a été phénoménal contre les Cardinals, portant son équipe sur ses épaules alors que le jeu au sol était contenu pour une rare fois. Il était létal en 3e essai et montrait une complicité avec Emmanuel Sanders comme si les deux étaient mariés depuis 20 ans.

2 (2). Saints (7-1)
En congé cette semaine, les Saints se préparent à une séquence de 4 matchs consécutifs contre des adversaires de division. S’ils ont besoin de motivation, je leur conseille de voir le discours de Drew Brees à son alma mater samedi dernier :

Tout un motivateur! Purdue, dont la fiche était de 2-6, l’ont d’ailleurs emporté.

3 (10). Ravens (6-2)
Les Ravens ont frappé un abat contre la défensive des Pats, marquant 5 touchés dimanche soir contre une défensive qui n’en avait accordé que 4 depuis le début de l’année. Tout comme le match à Seattle la semaine dernière, les Ravens ont fait un magnifique travail pour clore la rencontre, gardant la possession du ballon pour 10 :38 des 15 minutes du 4e quart.

4 (1). Patriots (8-1)
Cette première défaite donnera des arguments à ceux qui pointaient la qualité de leurs adversaires pour expliquer leur fiche de 8-0. Non sans raison, car les Pats ont été dominés physiquement par la 1re équipe de haut niveau qu’ils ont affrontée. La semaine de congé sera bienvenue, mais le calendrier se corse au retour, et mine de rien, les Bills sont encore à un match et demi derrière les Pats.

5 (7). Seahawks (7-2)
Affronter les Buccaneers aide sans doute un quart à bonifier sa candidature pour le joueur par excellence. Prenez Russell Wilson par exemple. Il a égalé un sommet en carrière avec 5 passes de touché sans lancer d’interception, permis à son équipe de remonter un retard de 14 points, orchestré une séquence à l’attaque pour donner les devants à son équipe en fin de 4e quart, une autre qui aurait dû donner la victoire et une autre qui a donné la victoire.

6 (4). Packers (7-2)
On aurait cru que le retour de Davante Adams allait donner un élan de plus à l’attaque des Packers. C’est tout le contraire qui est arrivé. Les Packers ont connu leur pire match offensif de l’année et le 4e plus bas total de verges de l’ère Aaron Rodgers. Cette défaite ne fait pas mal à court terme, alors que les 3 autres équipes de leur division ont également perdu.

7 (9). Chiefs (6-3)
Les Chiefs vont pousser un soupir de soulagement après avoir freiné une séquence de 3 défaites de suite à domicile. En attendant Pat Mahomes, Matt Moore s’en est bien tiré pour un 2e match de suite. Il pourra remercier Tyreek Hill, qui a connu son meilleur match depuis son retour avec 140 verges de réception, mais surtout, 3 attrapés cruciaux en fin de 4e quart.

8 (8). Texans (6-3)
Depuis 2 ans, la défensive des Texans a toutes les solutions contre l’attaque des Jaguars. En 4 matchs durant cette période, toutes des victoires, les Texans ont limité Jacksonville à 7, 3, 12 et 3 points. Ce dernier gain leur permet de reprendre le sommet de la division avec la défaite des Colts.

9 (5). Vikings (6-3)
Les Vikings étaient en position pour aller chercher la victoire à Kansas City, mais n’ont pu capitaliser en fin de 4e quart. Ils se sont résignés à 2 « 3 jeux-botté » avec l’avance, et ensuite à égalité, pour voir les Chiefs l’emporter sur le dernier jeu du match. Ce revers met fin à leur double séquence, celle de 4 victoires et celle de match avec 400 verges et plus d’attaque.

10 (11). Rams (5-3)
La semaine de congé aura été défavorable aux Rams alors que leurs rivaux de division 49ers et Seahawks ont gagné. Leur accès aux séries est loin d’être garanti, ils n’ont aucun match que je qualifierais de facile d’ici la fin de la saison. Ce serait le moment pour Jared Goff de sortir de sa coquille, lui qui présente l’un des pires pourcentages de passe complétée de la NFL.

11 (6). Colts (5-3)
Même avec la sortie de Jacoby Brissett, les Colts étaient en position pour gagner le match. Une course prévisible en 3e essai en fin de 4e quart a toutefois forcé une tentative de placement plus longue que voulu, ratée par Adam Vinatieri, un 10e botté manqué cette année pour le vétéran. La blessure à Brissett ne semble pas trop sérieuse, une excellente nouvelle pour une organisation qui a déjà perdu un quart de franchise cette année.

12 (12). Cowboys (5-3)
Les Cowboys ont porté leur série de victoires contre les Giants à 6, dont les 3 dernières en marquant au moins 35 points. Ce festin offensif a permis aux Cowboys d’accumuler plus de 400 verges d’offensive pour un 6e match cette saison, soit plus que n’importe quelle autre équipe. On se demande encore comment ils ont réussi à perdre contre les Jets!

13 (13). Panthers (5-3)
Kyle Allen a bien rebondi après un horrible match contre les Niners, mais ce dimanche, c’était encore une fois le spectacle Christian McCaffrey. Le demi offensif ne ralentit pas, lui qui mène la NFL avec 13 touchés et 1244 verges combinées (passe et course). Le pied de Cam Newton tarde à guérir, alors les Panthers n’ont pas le luxe d’une baisse de régime de McCaffrey.

14 (14). Eagles (5-4)
Pendant un instant, on croyait que les Eagles allaient échapper le match comme ils l’avaient fait contre les Panthers l’an dernier : avec une large avance à domicile contre une offensive stagnante. Ils ont évité l’affront cette fois-ci, ce qui aurait été particulièrement humiliant considérant qu’ils ont établi la marque en 2019 pour le temps de possession avec 40 minutes et 18 secondes, soit plus du 2/3 du match!

15 (15). Bills (6-2)
Devin Singletary a connu le meilleur match de sa jeune carrière contre les Redskins, accumulant 140 verges et un touché. Les Bills doivent espérer que c’est le début d’une séquence prometteuse pour leur recrue, alors que leur offensive a certainement besoin d’un peu plus de punch. Depuis la semaine 5, seuls les Bears ont accumulé moins de verges d’attaque.

16 (16). Raiders (4-4)
Après la moitié de la saison, il est clair que les Raiders ont fait une progression remarquable par rapport à l’an dernier. Ils ont accumulé au moins 24 points à leurs 4 derniers matchs et mènent la NFL durant cette séquence pour les verges par jeu. La recrue Josh Jacobs est un élément clé de cette progression et aurait mon vote si l’on devait élire la recrue offensive de l’année à ce stade-ci.

17 (22). Chargers (4-5)
C’était de toute beauté de voir Joey Bosa et Melvin Ingram s’éclater contre David Bakhtiari et Bryan Bulaga, les deux excellents bloqueurs des Packers. À l’image de Bosa et Ingram, les Chargers ont dominé Green Bay sur tous les aspects, montrant le genre de prestation que l’on anticipait d’eux avant la saison. On verra s’ils peuvent sauver leur saison dans les 2 prochains matchs avec des duels cruciaux contre les Raiders et Chiefs.

18 (20). Steelers (4-4)
Mike Tomlin dit qu’il n’a jamais été aussi heureux d’avoir une fiche de ,500 et on le croit après avoir amorcé l’année 0-3 et 1-4, sans son quart partant de surcroit. Les Steelers ont tiré profit de rares erreurs des Colts, marquant 17 de leurs 26 points à la suite de revirements de leur adversaire. Leur défensive a d’ailleurs provoqué 2 revirements et plus à tous les matchs depuis la 2e semaine, et au moins 3 revirements dans chacune des 4 dernières parties.

19 (17). Lions (3-4-1)
Les Lions ont un sérieux problème en défensive. Lors de leurs 4 défaites et du match nul, ils ont marqué 27, 30, 22, 30 et 24 points, ce qui aurait dû être suffisant pour sécuriser quelques victoires. Dans un seul match, ils ont accumulé moins de 23 points et c’était en grande partie grâce aux gaffes des Chargers.

20 (18). Bears (3-5)
Contre les Eagles, les Bears ont accumulé 9 verges d’attaque et un 1er essai en 1re demie, ont commencé le match avec 5 « 3 jeux-botté » et obtenu moins de 10 minutes de temps de possession. C’est tout dire de la qualité de leur défensive d’avoir limité les Eagles à moins de 400 verges et 22 points dans ces conditions. Aucune équipe ne présente une disparité aussi évidente entre ses 2 unités principales.

21 (19). Jaguars (4-5)
Chaque fois qu’un quart choisi en 6e ronde complète une passe, on le compare à Tom Brady. Dans le cas de Gardner Minshew, un autre nom me vient en tête. Un quart qui s’est démarqué en remplacement d’un vétéran blessé dans l’État de la Floride, dont la popularité est devenue instantanée et l’offensive centrée sur un porteur de ballon. Non, en termes de quarts repêchés dans les dernières rondes, Minshew a beaucoup plus en commun avec Willie Beamen que Tom Brady.

22 (21). Cardinals (3-5-1)
Les Cards semblent avoir trouvé la solution au poste quart. Maintenant, l’accent devra être mis sur la défensive. Elle a accordé au minimum 21 points dans chacun des matchs cette saison et mène la NFL avec les Bengals pour les matchs de 400 verges accordées et plus. Après un regain de force à la suite du retour de suspension de Patrick Peterson, qui coïncidait avec leur match contre les Giants, elle n’a pas fait le poids contre 2 des puissances de la ligue.

23 (24). Titans (4-5)
Les Titans ont subi leur première défaite sous Ryan Tannehill, mais ça semble que clair que l’attaque a plus de pep avec l’ancien des Dolphins qu’avec Marcus Mariota. Les 431 verges d’attaque sont leur plus grand nombre depuis octobre 2017 et sans les nombreuses gaffes dont Tannehill n’avait pas le contrôle (3 placements ratés, échappé de Dion Lewis, interception qui a rebondi sur les mains d’A.J. Brown), les Titans auraient gardé le rythme avec les Panthers.

24 (26). Broncos (3-6)
Pour son premier match en carrière, Brandon Allen ne pouvait demander mieux qu’affrontait le cirque Freddie Kitchens. Allen en a fait juste assez pour exploiter les nombreuses failles des Browns et mener son équipe à la victoire. On devra attendre après la semaine de congé contre les Vikings pour voir ce qu’il a vraiment dans le corps.

25 (25). Buccaneers (2-6)
Facile à dire en rétrospective, mais les Bucs auraient dû tenter le converti de 2 points lors qu’ils ont porté la marque à 34-33 en fin de match. Leur défensive était épuisée, le match était à l’étranger et s’exposer aux aléas de la prolongation est toujours dangereux. À 2-6, leurs espoirs de séries sont minimes. Depuis 1920, dès 226 équipes à avoir amorcé la saison 2-6… une seule a accédé aux éliminatoires!

26 (23). Browns (2-6)
Les Browns ont eu 5 présences dans la zone payante contre zéro pour les Broncos et ont quand même marqué moins de touchés que leur opposant. C’est ici que le match s’est joué, alors que l’offensive sous Freddie Kitchens ne fonctionne tout simplement pas. La double responsabilité de Kitchens d’entraîneur-chef et de responsable de choisir les jeux en offensive est une catastrophe jusqu’ici.

27 (27). Giants (2-7)
Les matchs se suivent et se ressemblent pour les Giants : quelques signes positifs ici et là pour Daniel Jones, 2 ou 3 revirements garantis et une unité défensive incapable d’arrêter qui que soit qui porte un nom autre que Dwayne Haskins. Mais bon, disons que pour cette semaine, on va blâmer le petit chat noir :

28 (29). Falcons (1-7)
Si les Falcons avaient congédié leur entraîneur Dan Quinn, ils l’auraient fait durant leur semaine de congé. Ce n’est pas arrivé, et Quinn restera le capitaine qui coule avec son bateau. Ce n’est pas exactement une mauvaise nouvelle parce que je suis sûr que les Falcons aimeraient ajouter Chase Young, le joyau du prochain repêchage, pour revamper leur groupe de chasseurs de quart pour la prochaine saison.

29 (32). Dolphins (1-7)
Cela faisait quelques matchs qu’on voyait des signes positifs chez les Dolphins et ils ont finalement triomphé. J’aime le concept du tanking, mais aucun athlète qui se respecte n’aime perdre, alors je salue leur effort. Je profite des temps heureux pour souligner le travail de la recrue Preston Williams, qui se retrouve au premier de la NFL chez les recrues pour les réceptions et au 4e rang pour les verges de récepti… oups, on me dit qu’il ratera le reste de la saison à cause d’une blessure. On ne peut pas avoir une seule semaine positive à Miami?

30 (31). Redskins (1-8)
Le premier départ de Dwayne Haskins n’a pu freiner la léthargie des Redskins en attaque, alors qu’ils n’ont pas marqué de touché pour un 3e match consécutif. Haskins a su éviter les revirements, une bonne chose considérant qu’il avait lancé 4 interceptions en 21 passes tentées en remplacement de Case Keenum, mais il n’a posé aucun problème pour la défensive des Bills.

31 (30). Bengals (0-8)
Les Bengals ont reçu la meilleure des nouvelles pendant leur semaine de congé avec la victoire des Dolphins. Ils ont maintenant la meilleure place pour le 1er choix en 2020 et ont 8 matchs pour maintenir cette avance. Un exploit quand on considère à quel point certaines équipes sont mauvaises cette année.

32 (28). Jets (1-7)
On pourrait résumer les 3 derniers matchs des Jets par l’emoji du bonhomme qui vomit. Se faire humilier par les Patriots, c’est une chose, se faire humilier par les Jaguars, c’est inquiétant, mais être incapable d’exploiter la défensive des Dolphins est le signe que cette équipe est brisée.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut