Actualité 2019-20

Un classement pré-saison NCAA, mais pourquoi?

Je me penche cette semaine sur le monde nébuleux des classements d’équipes NCAA, un sujet chaud semaine après semaine. L’évolution des classements depuis leur débuts peut nous aider à mieux comprendre le processus et possiblement le raffiner. 

Depuis 1936, le Associated Press classe les équipes de la NCAA semaine après semaine. Cette organisation a commencé à décider qui méritait de se rencontrer pour le championnat national. En collaboration avec d’autres groupes de médias, on cumulait les votes pour décider qui méritait le titre de champion. Par contre, on ne pouvait pas considérer ce système comme objectif car il impliquait énormément de personnes qui avaient des perceptions différentes. Il y a avait également des situations où deux équipes se méritait le titre de champion. Ça manquait un peu d’engouement et d’excitation. Les bowls de fin de saison majeurs (Rose, Orange, Sugar, Fiesta) existait encore mais il n’y avait pas de match de championnat national #1 vs #2 proprement dit. Des fois, ce match arrivait mais à l’instance de l’année 1991 par exemple, Washington ont été sacré champions et jouait le Rose Bowl contre l’équipe #4, Michigan. La raison est que l’équipe #1 avait perdu leur bowl. Donc, l’équipe #1 et #2 ne se sont jamais affrontés lors de cette saison. Ça laisse un goût amer dans la bouche. 

En 1998, le fameux système BCS a fait son entrée dans la NCAA afin de créer un match de championnat proprement dit.. À l’aide d’un système complexe d’algorithmes et de statistiques, l’objectivité était totale et le AP et Coaches poll perdait essentiellement toute influence sur les matchs de fin de saison. L’exercice était simplement fait pas tradition et pour donner un opinion différent au système informatique. 

En 2014, on instaure le premier College Football Playoff à 4 équipes. Un comité de 13 membres de diverses universités se sont vu remettre la lourde tâche de décider qui étaient les 4 meilleures équipes au pays à la fin de la saison. En théorie, le AP poll et le Coaches Poll n’ont aucune influence sur cette sélection. Par contre, si on se penche un peu plus près sur la question, ce n’est pas totalement vrai. Parlons des Golden Gophers de Minnesota.

L’équipe cendrillon de l’année a fait son apparition dans le top 10 cette semaine à la huitième place, un superbe exploit. Une victoire contre l’équipe classé #4 Penn State, leur a grandement aidé. Par contre, malgré leur fiche immaculée, 4 équipes avec une défaite se situent plus hauts qu’eux (Alabama, Georgia, Oregon, Utah). Pourquoi donc? Il est vrai que Minnesota n’a pas eu un horaire très difficile depuis le début de la saison et n’ont pas outrageusement dominé leur compétition. Alabama et Georgia ont leur noms qui les aident et Oregon et Utah sont sur une pente ascendante depuis quelque temps. Mais ils ont tous perdus un match. Minnesota joue quand même dans la conférence qui compte le plus d’équipes du top 25. Pour aider notre vision des choses, voyons où étaient classés ces équipes au premier classement du AP poll de pré-saison.

Alabama: #2 (1496 pts)

Georgia: #3 (1403 pts)

Oregon: #11 (860 pts)

Utah: #14 (772 pts)

Minnesota: 7 pts

Il serait juste d’assumer que PERSONNE ne voyait Minnesota avoir ce genre de succès cette année. Par contre, il est clair après 11 semaines de jeu qu’ils sont une des meilleurs équipes au pays, malgré les gros tests encore devant eux. Maintenant imaginons que nous remplaçons une équipe très décevante dans la NCAA cette année, j’ai nommé Texas A&M, classé 12eme au pays dans le classement pré-saison du AP poll. Remplaçons cette équipe par Minnesota, classons les 12eme dans le classement pré-saison. Est-ce que les Golden Gophers se retrouvent #8 dans le dernier classement du College Football Playoff? Est-ce que vous croyez qu’une fiche de 9-0 les fait grimper de seulement 4 places? Je ne crois pas non. La possibilité qu’ils soient top 4 est beaucoup plus probable. 

Et voilà où est le problème, qui a été soulevé par Joel Klatt de Fox la semaine dernière. Même si le comité essaie de se cacher les yeux et d’évaluer ce qu’ils voient sur le terrain seulement, il y aura toujours un préjugé ou une influence basé sur un classement pré-saison. Mais comment est-ce que ce classement est-il fait en pré-saison? Pure spéculation. On garde les équipes gagnantes de l’année dernière dans le même coin car on assume qu’ils vont continuer à être bons et on s’occupe peu des équipes qui ont peut-être connus une progression fulgurante au cours de l’entraînement du printemps. En fin de compte, c’est un exercice impossible car il y a 130 équipes, impossible d’analyser la progression de toutes les équipes.

La question à se poser est: Est-ce néfaste de classer les équipes en pré-saison avec aucun match disputé? J’ai tendance à dire que oui car on construit de faux narratifs sur certaines équipes. En début de saison, Clemson ne jouait clairement pas comme une des meilleures équipes au pays mais ils commencent l’année #1 donc ils restent là pour une certaine période avant qu’on ouvre les yeux et on réalise qu’il y a des faiblesses inattendues. La raison de ce classement hâtif est totalement évidente. Les postes de télévision veulent être en mesure de vendre leurs matchs avec des affrontements excitants du top 10 ou top 25. Si on disait seulement à la semaine 1: Oregon vs Auburn, il y a moins d’anticipation que #11 vs #16 et ces deux mêmes équipes sont encore classés haute dans le classement, ça donne un point de référence quand on compare les défaites une contre l’autre. 

Est-ce qu’il est possible d’avoir un système de classement parfait dans une ligue à 130 équipes? Je ne crois pas, il y a simplement trop de variables. Par contre, les séries agrandies à 8 équipes pourraient offrir des options intéressantes. Selon moi, ce qui devrait être absolument récompensé est un championnat de conférence. C’est très difficile à faire, surtout dans les conférences comme la Big Ten, Pac-12 et SEC. Le champion de conférence du Power 5 devrait être en séries, peu importe. Les 3 autres participants seraient choisis de la même façon que le comité le fait présentement.

À la lumière de toutes ces explications, mon message serait d’apprécier le spectacle de cette superbe saison NCAA. Nous avons de belles surprises et il en reste encore, j’en suis convaincu. Argumentons sur les classements tant qu’on veut, les bonnes équipes se feront un chemin, il y en a encore beaucoup qui contrôle leur destin. Bon samedi!

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut