Actualité 2019-20

État des forces semaine 11 : les Ravens en rajoutent

La défaite des 49ers la semaine dernière avait amené un débat intéressant pour l’État des forces. Patriots, Ravens, Seahawks et 49ers, tous avaient un argument légitime pour le 1er rang. Cette semaine, pas de débat. Les Ravens ont démoli les Texans pour s’imposer comme la force de la NFL pendant que les 49ers arrachaient une victoire aux Cards, les Pats survivaient aux Eagles et les Seahawks profitaient d’un congé.

  • Peu de mouvement dans le top-10 en général alors que toutes les équipes qui n’étaient pas en congé, à l’exception des Texans, l’ont emporté.
  • Ma plus grande interrogation dans ce top-10 est les Chiefs. Ils sont au 7erang, mais vraiment, ils n’ont qu’une victoire convaincante à leurs 8 derniers matchs. Je projette un peu avec ce rang, car je crois que leur potentiel est énorme (et parce qu’ils ont battu l’équipe derrière eux, les Vikings, avec leur quart remplaçant).
  • Les Texans s’accrochent au 10erang malgré le massacre à Baltimore. À mes yeux, ils sont égaux avec les Raiders et ont l’ascendant parce qu’ils les ont battus il y a 4 semaines.
  • Le plus difficile aura été de départager les équipes à partir du 12e rang. Je crois qu’aucune des équipes à partir de ce rang n’a de réelles chances d’aller au Super Bowl.
  • Je ne crois pas avoir mis les Bills plus haut que 15e cette saison et c’est légitime selon moi. Leur meilleure victoire était contre les Titans sous Marcus Mariota et ils ont flanché chaque fois que le calibre de l’adversaire était légèrement supérieur. Avec 7 victoires, leurs chances de faire les séries et de me faire mentir sont toutefois présentes.
  • La lutte pour le dernier rang est féroce entre les Bengals de Ryan Finley et les Redskins de Dwayne Haskins. Les Redskins ont la défaite la plus humiliante cette semaine, alors ils ont l’ascendant.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine dernière

1 (1). Ravens (8-2)
Les Ravens sont sur une magnifique séquence de 6 victoires, dont 3 des 4 dernières contre Russell Wilson, Tom Brady et Deshaun Watson ont été obtenues par un écart de points combiné de 65 points. L’importance d’une attaque au sol aussi dangereuse : les Ravens ont joué 6 matchs cette saison où ils ont obtenu un avantage de plus de 10 minutes sur le temps de possession.

2 (2). 49ers (9-1)
L’attaque au sol des 49ers connait ses premiers ratés de la saison et la blessure à George Kittle y est pour beaucoup. Kittle, un fantastique receveur, est également un excellent bloqueur et son absence des 2 derniers matchs coïncide avec les 2 plus bas totaux de verges au sol de la saison. Les Niners l’ont tout de même emporté contre les Cards, mais ce fut bien plus compliqué que l’écart de 10 points laisse croire.

3 (3). Patriots (9-1)
C’est rendu une tradition pour les Pats que l’on remettre leur attaque en question au milieu de la saison. Contre les Eagles, ils ont eu maintes occasions de mettre le duel hors de portée, mais à leurs 6 séquences à l’attaque après avoir pris une avance de 7 points, ils ont dégagé chaque fois. Heureusement pour eux, les Eagles ont eu 7 séquences à l’attaque à ce point et la défensive n’a rien donné.

4 (4). Seahawks (8-2)
Les Seahawks n’ont rien eu de facile cette saison. Ils ont une belle fiche, mais leurs 8 victoires ont présenté des écarts de 1, 1, 2, 3, 4, 6, 7 et 17 points. C’est donc 7 matchs sur leurs 8 victoires dont l’écart final était d’une possession. C’est beaucoup d’énergie dépensée dans des parties plus intenses que les autres équipes à 8 victoires.

5 (5). Saints (8-2)
Michael Thomas est en voie d’obtenir le plus de réceptions lors d’une saison dans l’histoire de la NFL, lui qui en a 94 en ce moment. Mais ce qui retient vraiment mon attention, c’est à quel point il est efficace lorsqu’il est visé. Non seulement il est premier pour les réceptions, mais il est également premier pour le pourcentage d’attrapés, la statistique qui calcule les attrapés par rapport au nombre de fois qu’il est visé. En résumé, tout le monde sait qu’il sera visé et il attrape quand même plus de 80% des ballons. C’est phénoménal.

6 (6). Packers (8-2)
La participation aux séries des Packers est pratiquement acquise, surtout avec 4 matchs faciles sur les 6 derniers pour clore la saison. L’enjeu principal d’ici la fin de l’année sera de sécuriser l’avantage à domicile en séries, ce qui est loin d’être garanti avec les Vikings qui leur soufflent dans le dos. Leur duel lors de la 16e semaine pourrait bien déterminer le gagnant de la division.

7 (8). Chiefs (7-4)
Les Chiefs retrouvent le sentier de la victoire avec Patrick Mahomes, alors que ce dernier avait perdu ses 3 derniers départs où il a joué le match en entier. C’est un gain important parce que les Raiders maintiennent la cadence derrière eux et que la division est encore loin d’être jouée.

8 (9). Vikings (8-3)
Après une demie, on croyait revivre le cauchemar du match de l’an dernier contre les Bills lorsque les Vikings s’étaient fait surprendre à la maison comme grands favoris. Cependant, l’équipe de 2019 semble avoir plus de résilience et les Vikings ont comblé l’écart de 20 points en marquant un touché sur chacune de leurs séquences à l’attaque en 2e demie.

9 (10). Cowboys (6-4)
Dak Prescott s’est régalé contre les Lions en accumulant 444 verges par la passe et 3 touchés. Il s’agissait d’un 4e match de 397 verges et plus cette saison pour Prescott. Il est seulement le 4e quart de l’histoire à réussir cet exploit, rejoignant les légendes Peyton Manning, Dan Marino et Ryan Fitzpatrick.

10 (7). Texans (6-4)
Bien entendu que le duel contre les Ravens aurait pris une tournure différente si une punition est appelée contre DeAndre Hopkins dans la zone des buts au 1er quart. Soyons honnête toutefois, après avoir vu le match en entier, qui pense que les Texans étaient de calibre avec Baltimore? Les Texans ont obtenu moins de la moitié des verges des Ravens et 3,6 verges de moins par jeu.

11 (15). Raiders (6-4)
Les Raiders ont repêché ailier défensif avec le 4e choix au total en 2019 en espérant améliorer leur pression sur les quarts. Une recrue au poste d’ailier défensif est en train d’améliorer leur pression sur les quarts, mais ce n’est pas ce 4e choix. C’est plutôt Maxx Crosby, choix de 4e ronde. Crosby a abusé de la ligne offensive des Bengals pour 4 sacs et se fait tranquillement un nom outre que pour sa présence dans Hard Knocks.

12 (11). Rams (6-4)
En marquant leur touché à la fin du 2e quart, les Rams mettaient fin à une série de 23 séquences à l’attaque consécutives sans marquer de touché. Ils en ont marqué un autre au 4e quart et ces 2 touchés ont été bien suffisants pour vaincre les Bears. N’empêche, 11 passes complétées et 283 verges d’offensive, ce n’est rien pour atténuer les inquiétudes.

13 (16). Colts (6-4)
Jacoby Brissett était de retour pour les Colts, mais c’est le jeu au sol qui a donné le ton contre les Jaguars. Les 264 verges au sol sont le plus grand nombre de l’équipe depuis 2004, et ce, même si l’excellent Marlon Mack a quitté la rencontre au 3e quart. En attendant le retour de TY Hilton, le jeu au sol a besoin d’être aussi costaud.

14 (13). Eagles (5-5)
C’était pénible de voir les Eagles tenter d’avancer le ballon contre la défensive des Pats. À l’exception d’une séquence de 16 jeux pour 95 verges et un touché en 1re demie, l’attaque de Carson Wentz a été muselée pour 160 verges en 50 jeux. Wentz manque clairement d’options sur le jeu aérien lorsque Zach Ertz est bien couvert.

15 (17). Bills (7-3)
Josh Allen a 2 matchs de 3 passes de touché et plus dans sa jeune carrière, et sans surprises, c’était contre les Dolphins chaque fois. En fait, il a joué 19% de ses matchs contre les Dolphins, et durant ces duels, il a obtenu 50% de toutes ses passes de touchés.

16 (12). Panthers (5-5)
Quatre interceptions, 2 revirements sur 4 essais et un retour de botté alloué pour un touché, c’est un petit résumé de l’après-midi cauchemardesque des Panthers contre les Falcons. Kyle Allen a aidé les Panthers à remporter 5 matchs depuis le début de l’année, mais s’il veut avoir un avenir dans cette ligue, il devra couper les revirements. Avec 4 de plus contre Atlanta, il a maintenant 13 revirements en 8 départs.

17 (14). Steelers (5-5)
Mason Rudolph n’est déjà pas un grand quart-arrière. Lui enlever son meilleur receveur, son meilleur porteur de ballon et sa menace dans les zones profondes, et les Steelers n’avaient vraiment aucune chance jeudi soir. Ajouter à cela que l’excellent centre Maurkice Pouncey sera suspendu pour les 3 prochains matchs et il est difficile d’être optimiste pour cette équipe.

18 (18). Titans (5-5)
C’est indéniable que les Titans sont plus compétitifs depuis que Ryan Tannehill a saisi le poste de partant. Oui, c’est 3 victoires en 4 matchs (contre 2 en 6 sous Mariota), mais c’est aussi 4 parties de 20 points ou plus (contre 3 pour Mariota), 3 des 4 plus hauts totaux de verges offensives et une verge complète de plus pour les verges par passe tentée (8,5 contre 7,4). Et au-delà des statistiques, c’est tout simplement plus agréable de regarder les Titans sous Tannehill.

19 (19). Chargers (4-7)
Un poème pour les Chargers :

Botté raté
Punition annule un revirement
Talent gaspillé
Un touché devient un placement

Zone payante
Aucun touché
Rivers enfante
Ligne offensive blessée

Quatre chances d’égaler
Peut-être que c’est la bonne fois
Quatre interceptions
On s’en remet à la foi

C’est cyclique
Pas facile d’être un loser
Au Mexique
Les seuls fans des Chargers

20 (20). Bears (4-6)
Mitch Trubisky est tellement mauvais. Mais tellement mauvais. Et en plus, un des rares atouts que l’on voyait de lui l’an dernier, son habileté à courir avec le ballon, est disparu. Il courait près de 5 fois par matchs en 2018. Cette saison, c’est 1,6 course par match, des sommets à 4 courses et 15 verges au sol, et aucun touché.

21 (21). Jaguars (4-6)
Pour le retour de Nick Foles, les Jaguars s’en sortaient plutôt bien alors qu’ils perdaient par 3 points à la demie. Ils ont toutefois amorcé le 3e quart en accordant un touché sur une longue séquence des Colts, ont commis un revirement sur 4 essais et accordé un autre touché ensuite. Le match était pratiquement terminé à ce point. Foles a été correct, mais c’est la défensive contre le jeu au sol qui a flanché, permettant un 3e match de 200 verges et plus au sol en 2019. Seuls les Bengals font pire.

22 (26). Browns (4-6)
En temps normal, on devrait célébrer ce gain des Browns. Pour la première fois de leur histoire, les Browns ont vaincu les Ravens et les Steelers dans une même saison, et en battant les Steelers, ils ont obtenu une 2e victoire de suite, avec un calendrier pas trop difficile devant eux dans la conférence inférieure. Une fiche de 9-7 est encore envisageable. Voilà ce dont j’aimerais parler. Pas de l’horrible manque de jugement de Myles Garrett.

23 (22). Buccaneers (3-7)
Jameis Winston a déjà atteint son sommet personnel avec 18 interceptions et il est en voie d’en obtenir 28 s’il poursuit cette cadence. Ce serait bien loin du record de 42 de George Blanda, ou de celui de l’ère Super Bowl (35, Vinny Testaverde, qui jouait également pour les Bucs), mais c’est suffisant à mes yeux pour que les Bucs explorent d’autres options pour la prochaine saison.

24 (23). Cardinals (3-7-1)
Les Cards n’ont su imiter les 49ers il y a 2 semaines et en conséquence ils ont perdu. Lorsque ces 2 équipes s’étaient affrontées à la 9e semaine, les 49ers avaient repris le ballon avec moins de 5 minutes au match et une avance de 3 points, et avaient réussi à écouler le temps jusqu’au dernier sifflet. Cette fois-ci, c’était au tour des Cards de reprendre le ballon dans une situation identique : moins de 5 minutes et une avance de 3 points. Ils ont toutefois fait 3 jeux, dégagé, et vu les Niners monter le terrain pour marquer le touché gagnant.

25 (27). Falcons (3-7)
Si seulement les matchs de division des Falcons avaient eu lieu plus tôt! Largement négligés contre les Saints et les Panthers, leurs 2 premiers duels intradivision de la saison, les hommes de Dan Quinn ont enchaîné 2 victoires de suite de manière convaincante. Ils ont accordé 12 points durant ces rencontres. Leur plus bas total dans un match auparavant était de 20.

26 (24). Lions (3-6-1)
Qui a dit que Jeff Driskel était le problème des Lions? Driskel était potable contre les Cowboys, la défensive, non. Les Lions ont un sérieux problème de ce côté du ballon, ce qui est inquiétant, car leur entraîneur Matt Patricia est un spécialiste de la défensive. Et, accordé le 3e pire total de verges d’attaque et de verges par la passe, parait très mal pour un spécialiste de la défensive.

27 (25). Broncos (3-7)
Laisser l’adversaire revenir dans le match après avoir mené par 20 points est cruel, mais les Broncos avaient encore une chance de l’emporter. Ils ont toutefois raté 3 jeux consécutifs à la ligne de 4 des Vikings en fin de partie et terminent ainsi la 11e semaine de jeu avec la 3e pire fiche dans la AFC.

28 (30). Jets (3-7)
Les Jets montrent des signes de vie depuis 2 matchs. Des signes de vie contre des équipes inanimées, certes, mais j’imagine que c’est mieux que rien. L’offensive de Sam Darnold a d’ailleurs accumulé un premier match de 400 verges cette saison.

29 (28). Giants (2-8)
Mine de rien, les Giants s’immiscent dans la course au premier choix au repêchage grâce aux 2 petites séquences de victoires des Falcons et des Jets. Ils ont 3 victoires potentielles d’ici la fin de l’année (Bears, Dolphins, Redskins), mais un maximum de 5 victoires devrait leur permettre de donner une aide solide à Daniel Jones ou à leur défensive.

30 (29). Dolphins (2-8)
La séquence de victoires des Dolphins prend fin et ils peuvent maintenant retourner en mode tanking. La victoire inattendue à Indianapolis complique les choses pour eux, alors qu’ils ont maintenant 2 victoires et quelques matchs prenables d’ici la fin de l’année.

31 (32). Bengals (0-10)
Toujours sans victoires, les Bengals amorcent la portion la plus importante de leur saison avec des duels contre les Steelers de Mason Rudolph, les Jets, les Dolphins et les Browns, deux fois plutôt qu’une. Je ne peux m’imaginer qu’ils terminent la saison 0-16 avec ce calendrier.

32 (31). Redskins (1-9)
Comment les Redskins pouvaient être favoris contre quiconque avec Dwayne Haskins comme quart reste un mystère à mes yeux, mais je vous garantis que c’était la dernière fois cette saison. Leur offensive a finalement marqué un premier touché en 4 matchs et c’est arrivé au 4e quart alors qu’ils perdaient 34-3 contre les Jets.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut