Actualité 2019-20

Xs et Os Semaine 13 – Le match de l’année à Baltimore et deux autres de premier plan

C’est une semaine cruciale dans la NFL avec plusieurs matches qui auront un impact direct sur le portrait des séries (et sur votre saison de fantasy sans doute). Nous avons la chance de voir un match entre probablement les deux meilleures équipes de la ligue, et deux autres matches qui, dans une semaine normale, seraient le duel de la semaine.

49ers @ Ravens

Les Ravens se font jouer des tours par le calendrier avec un match de premier plan avec une courte semaine de préparation, et après l’affrontement avec les 49ers, les Bills et leurs 10 jours de repos les attendent. De la manière dont ils ont dominé leur opposition depuis un mois, c’est peut-être la façon que les dieux du football ont choisi pour donner une chance au reste de la ligue.

Quand les Ravens on le ballon

C’est le duel glamour de cette semaine, de la saison peut-être. Comme tout le monde, je suis à bout de souffle à regarder Lamar Jackson exceller. Mais je suis aussi extrêmement impressionné par le travail de Greg Roman comme OC. Regarder les Ravens, les actions au champ-arrière sont complexes et on cherche le ballon (la défensive aussi, Eric Weddle l’a avoué après le match de lundi). Mais ce qui paraît moins à l’oeil nu mais a probablement plus d’impact, c’est que leurs schémas de bloc sont variés et complexes. La DL se demande d’où viendront les blocs, pour ne pas se faire sonner par un casque sur le côté de la mâchoire. Combiné avec les feintes au champ-arrière, au fait qu’ils doivent considérer la menace de Lamar Jackson (et respecter son habileté à changer de direction), et le risque de se faire piler dessus par Mark Ingram ou Gus Edwards, on comprend que les défensives adverses jouent sur les talons et avec hésitation, et cette hésitation est fatale contre Jackson et sa vitesse. Je ne dit pas que Jackson est un produit du système, mais le système de Roman le place dans des situations idéales plusieurs fois par match. Il avait connu ce genre de succès avec Colin Kapernick, et pousse encore plus loin cette fois-ci. C’est magnifique à voir.

La défense des 49ers est un solide test. On compte beaucoup de talent sur cette DL, qu’on a vu démolir les Packers dimanche dernier. La seule stratégie qui a ralenti les Ravens et Jackson dans sa carrière est celle des Chargers l’an dernier qui changaient de place sur la DL juste avant le snap. Gus Bradley, le DC des Chargers, est un ancien collègue de Robert Saleh, DC des 49ers, et ils opèrent des systèmes similaires (avec chacun leur Bosa!). Si normalement les Niners gagnent en D par l’exécution et étant relativement prévisibles, cette semaine ils risquent de changer un peu pour éviter que les bloqueurs des Ravens sachent où ils seront.

Les Ravens ont déjà dominé une défensive dominante, celle des Pats. Mais la défense des Pats est très différente de celle des Niners. Elle se base sur me H@H, ses meilleurs athlètes sont dans la tertiaire, la DL est une qui contrôle le jeu et leurs LBs sont gros et physiques. Les 49ers sont exactement l’inverse, basés sur la zone, ses meilleurs athlètes sont sur la DL, qui attaque et dérange, et ses LBs sont légers, rapides et athlétiques.

Quand les 49ers ont le ballon

Les 49ers sont, après les Vikings, l’équipe qui joue le moins souvent avec 2WR ou moins sur le terrain. Cela veut dire que les Ravens vont devoir décider s’ils restent dans leur « nickel » avec 5 DBs (et leur excellent trio de CBs) et considèrent Kittle comme un receveur, ou s’ils jouent en « base » avec leur 34 pour stopper l’attaque au sol des 49ers. J’ai l’impression que le focus sera de stopper la course, mais ça veut dire qu’ils sortent de leur identité habituelle. Et que Kittle pourrait être couvert par un LB sur certains eux, ce qui pourrait coûter cher.
Les 49ers vont vouloir contrôler le ballon pour raccourcir le match et donner une ou deux opportunités de moins à Jackson, c’est clair. On verra si les Ravens se font un point d’honneur de stopper la course et de forcer Garoppolo à les battre.

On regardera aussi si le brillant Shanahan réussira à dessiner quelques touchés comme il l’a fait lundi. Je présume qu’il va tenter de profiter de l’agressivité (et la propension à prendre des risques) de Marcus Peters et de ses copains. Ou inversement si l’opportunisme de ces joueurs l’emporte, face à un Jimmy G qui a tendance à avoir une ou deux crampes au cerveau par match.

Patriots @ Texans

Bill O’Brien est 0-4 face à son ancien boss et personne n’est surpris s’il se fait « outcoach » le jour du match. Mais les deux derniers duels ont été très serrés et ultimement décidés par un jeu ou une décision controversée des arbitres. Et ce qui est intéressant dans ce match, c’est que les forces s’affrontent, tout comme les faiblesses.

Quand les Texans ont le ballon

Ça commence par le duel DeAndre Hopkins vs Stephon Gilmore. Du pur bonbon. Je doute que, contrairement à ce qu’ils ont fait face à Amari Cooper, ils laissent Hopkins un contre un. Mais il va falloir faire des choix. Will Fuller semble reprendre sa vitesse et va les forcer à garder un S au champ centre, ce qui explique pourquoi Watson a tellement plus de succès quand Fuller est en santé : au football à onze, avec 4 joueurs qui mettent de la pression et 5 en homme à homme, un par receveur, il reste deux joueurs de libre, et il ne peuvent pas à la fois 1-couvrir la zone profonde pour contenir Fuller (et Stills) 2- aider le CB qui couvre Hopkins et 3- espionner Watson pour l’empêcher de courir. On verra ce que Bellichik priorise.

La OL des Texans s’améliore, mais je vois mal comment ils vont pouvoir courir physiquement face aux Pats. Si j’étais BOB, ce serait un match de Duke Johnson (face aux LBs lents des Pats) plus que de Carlos Hyde.

Quand les Patriots ont le ballon

Les problèmes de santé des receveurs et de OL des Pats dicteraient que ceux-ci adoptent leur stratégie de fin de saison de l’an dernier de bâtir leur attaque sur la course. Mais la blessure à James Develin et l’absence de Gronk comme TE bloqueur rend cela plus difficile. C’est pour ça qu’ils doivent quand même recourir à de petites passes, à de longues séquences, et c’est plus difficile compte tenu du talent à la disposition de Brady et de McDaniels. C’est pour ça qu’on les a vus avoir recours aux jeux truqués pour tenter de créer des jeux explosifs car leur personnel de receveur manque drastiquement de receveurs capables du gros jeu. Ceci dit, les Texans ont tout essayé pour ajouter du talent à cette tertiaire vulnérable cette saison, et n’ont pas encore trouvé la solution.

Vikings @ Seahawks

Kirk Cousins partait de loin. Sa fiche en carrière dans les matches aux heures de grande écoute et contre des équipes ayant une fiche gagnante est horrible, mais la victoire à Dallas il y a quelques semaines a pansé bien des plaies. Reste que, sur la route, dans un environnement hostile, sous les feux des projecteurs, contre une bonne équipe dans un match important, j’ai pas grande confiance en lui. C’est un match primordial pour ces deux équipes, qui veulent garder le rythme des Packers et des 49ers dans leurs divisions respectives. L’enjeu est grand, ils ont tous deux une chance à un bye comme une chance d’être wildcard et devoir jouer sur la route en séries, en plus du match supplémentaire.

Quand les Vikings ont le ballon

Un voyage dans le temps pour du football de 1999. J’y ai fait référence dans les semaines précédentes, les Seahawks n’ont pas peur de joueur leur défensive de base, un 4-3 avec seulement 4 demis défensifs dont 2 CB, contre des formations adverses à 3 WRs, entres autres parce que leurs LBs sont mobiles et habiles en couverture de zone. C’est un choix stratégique mais qui les a placés dans des situations vulnérables dans quelques cas. Cette semaine, ce ne sera pas un problème : tel que mentionné plus tôt, les Vikings jouent en « base », i.e. 2WR ou moins sur le terrain, 70% du temps. Personne d’autre n’est en haut de 60% et seulement trois équipes en haut de 50%.

Pour les Vikings, c’est souvent un avantage car les équipes adverses sont moins habituées à jouer en « base » et se trouvent à remplacer un joueur dynamique par un joueur moins habile, le cas des Packers ou des Ravens par exemple. Un avantage perdu cette semaine alors qu’ils vont s’attaquer au meilleur alignement des Seahawks.

Les Seahawks n’ont pas l’habitude de faire « suivre » leurs CBs et c’est un peu dommage ici car les Vikings n’ont essentiellement que Stefon Diggs comme menace et j’aurais aimé voir Shaquill Griffin (le frère de l’autre, mais une vedette en devenir comme CB) le suivre et tenter de le sortir du match. Kevin Stefanski (OC des Vikings) aura donc le loisir de garder Diggs loin de Griffin.

Quand les Seahawks ont le ballon

J’ai hâte de voir, avec un peu de temps pour s’implanter, comment ils vont déployer ce qui est devenu un groupe de receveurs très diversifié en terme de style, Lockett, Gordon et Metcalf. Je sais qu’ils vont, comme à chaque semaine, tenter d’établir leur attaque au sol, mais contre les Vikes, courir, c’est plus facile à dire qu’à faire. On verra aussi peut-être un peu plus Rashad Penny, un Rb plus rapide et dynamique que Chris Carson, plu physique, pour tenter d’étirer la D des Vikings latéralement et aussi parce que Carson commet trop souvent le péché capital de mettre le ballon sur le gazon.

J’adore le joueur, mais il arrive à Harrison Smith d’être trop agressif et de se faire prendre à contre-pieds ce qui eut mener à de gros jeux. On parle beaucoup de la mobilité de Russell Wilson, mais sa capacité justement à réussir les « shot plays » qui sont disponibles quand l’adversaire triche un peu trop contre le jeu au sol est son autre grande qualité.

Autres matches ayant une incidence sur les séries

  • Packers @ Giants : le remède aux problèmes de Aaron Rodgers et de l’attaque aérienne des Packers, c’est la défensive des Giants.
  • Titans @ Colts : il y a des billets sur vivid seats pour ce match à 24$. C’est mieux que 10$ pour Jets/Bengals et Bucs/Jaguars (19$) mais quand même surprenant considérant que le gagnant de ce match aura d’excellentes chances de faire les séries, autant comme champion (le gagnant serait potentiellement à égalité avec ls texans si ceux-ci perdent face aux Patriots) ou comme wildcard (devant ou à égalité avec les Steelers et les Raiders).
  • Browns @ Steelers : la vengeance de la bataille du casque. Ironiquement, les Steelers ont choisi de suspendre eux-mêmes Mason Rudolph, qui a été franchement mauvais depuis plusieurs semaines. La défense des Steelers devra gagner ce match, ce qui est possible considérant à quel point les Browns sont bons pour se tirer dans le pied.
  • Raiders @ Chiefs : après la dégelée de la semaine dernière, les Raiders n’ont pas le choix de sortir forts pour ce match et se battre avec l’énergie du désespoir. Ils ont l’avantage de pouvoir s’attaquer à la plus grande faiblesse de la D des Chiefs avec leur force, l’attaque au sol.

Les Prédictions à Simon 2019 – Sem 13

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut