Actualité 2019-20

État des forces semaine 13 : les Ravens maintiennent la cadence

De retour au volant de l’État des forces cette semaine, et tout comme Tom Brady et l’attaque des Pats, il y a beaucoup à clarifier. Une semaine remplie de surprises et de duels entre bonnes équipes rend l’exercice plus complexe, mais également plus agréable, avec un grand nombre de possibilités. 49ers ou Seahawks? Pats ou Saints? Pats dans le top-5? Les Bills, on leur donne un peu d’amour? Qu’est-ce qu’on fait après le top-10? Être ou ne pas être? On commence avec quelques réflexions :

  • Le duel entre les Ravens et 49ers me confirment que ces 2 équipes méritent leurs 2 premières places. Un match de 3 points avec l’équipe à domicile qui l’emporte est souvent un signe de 2 équipes à forces égales. Je me vois également mal descendre les 49ers après qu’ils aient ralenti Lamar Jackson plus que quiconque depuis près de 2 mois.
  • Tout de même, les 49ers ont glissé derrière les Seahawks dans la division, en plus d’avoir déjà perdu contre eux, à domicile de surcroit. Je leur garde le 2e rang pour l’instant, simplement pour le fait qu’ils ont été plus dominants dans leurs victoires et qu’ils ont montré une plus grande résistance aux Ravens.
  • Les Pats descendent au 5erang après une inquiétante prestation à Houston. On se souvient des difficultés sur la route l’an dernier et on les a vu rebondir derrière une excellente ligne à l’attaque et un jeu au sol en puissance avec Gronk et James Develin, tous des éléments qui sont absents cette saison. L’espace qui les sépare des Chiefs est mince en ce moment.
  • On doit donner crédit aux partisans des Bills. Aucune base de fans ne milite autant pour un bon positionnement dans l’État des forces. Leur calendrier, qui leur est bénéfique au classement général, leur fait mal dans un classement comme celui-ci, avec seulement 3 matchs sur leurs 12 contre des équipes dans top-20. Mais bon, calendrier à part, ils sont dangereux justement parce qu’ils sont méconnus et que de gagner contre « les équipes que tu dois battre » est loin d’être garanti dans cette ligue. Sans compter que Josh Allen a fait de réels progrès, que leur défensive est légitime et qu’ils ont un groupe soudé derrière Sean McDermott. Reste qu’à ce stade-ci, s’ils affrontaient l’une des 9 équipes devant eux, je mettrais encore mon argent sur l’autre équipe, sans grande confiance toutefois.
  • Gain de 7 places pour les Steelers, dont les exploits en défensive ne cessent d’impressionner, même contre des adversaires de second plan. Cette séquence de 7 victoires en 9 matchs montre une équipe plus déterminée que certaines plus talentueuses derrière eux au classement (Cowboys eum eum Eagles eum eum). Le top-10 est toutefois bien loin.
  • Qui est 32e? Les Giants! La lanterne rouge est âprement disputée cette année, et les Giants, avec leur série de 8 défaites durant laquelle ils ont le pire différentiel de points de la NFL, la méritent pleinement.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine dernière dans le classement préparé par @MaraudeurNFL

1 (1). Ravens (10-2)
Avec cette victoire, les Ravens ont vaincu 3 des 4 autres équipes du top-5. Ils n’auront peur de personne une fois les séries arrivées. Et comme s’ils avaient besoin d’un avantage supplémentaire, ils ont le meilleur botteur de l’histoire en Justin Tucker dans une ligue où les bons botteurs se font de plus en plus rares.

2 (2). 49ers (10-2)
Dans des conditions difficiles à 10 h du matin heure locale contre l’équipe la plus en forme de la NFL, les 49ers ont prouvé qu’ils font partie de l’élite. En gros, la différence aura été un botté raté de plus que les Ravens.

3 (4). Seahawks (10-2)
Les Seahawks perdaient par 10 à la demie et ont amorcé le 3e quart de cette façon : arrêt en 3 jeux, touché, échappé forcé, placement, arrêt en 5 jeux, touché, interception, touché. Le 4e quart s’amorçait et les Seahawks n’ont plus jamais regardé derrière. Ce gain les place au premier rang de leur division, avec l’avantage d’avoir déjà battu les 49ers.

4 (5). Saints (10-2)
Les Saints ont vengé leur échec du 10 novembre avec une victoire convaincante contre les Falcons. Cette victoire leur garantit une participation aux séries, tout comme les touchés de Tayson Hill garantissent de rendre fou les poolers, votre hôte inclus.

5 (3). Patriots (10-2)
Les Patriots ont perdu 7 matchs depuis 2018 et les 7 fois c’était à l’étranger, dont 6 où ils ont été largement dominés. Ils ont connu des matchs similaires dans le passé et ont ultimement rebondi. On serait donc fou de douter d’eux, mais il n’y a rien dans cette offensive qui donne confiance.

6 (6). Chiefs (8-4)
Pour la 2e saison de suite, les Chiefs reviennent de leur semaine de congé et plantent 40 points contre les Raiders. Même si le calibre des 2 équipes est aux antipodes, ce gain était crucial pour les Chiefs, qui auraient partagé le sommet de la division avec un revers. La division est jouée, on peut maintenant se préparer pour les séries.

7 (8). Packers (9-3)
À voir certains résultats cette semaine, vaincre une équipe de bas de classement n’est pas banal, surtout que les Packers sont dans une chaude lutte avec les Vikings. Ça aura également permis à Aaron Rodgers de dégourdir son bras avec 4 passes de touché, lui qui n’en avait que 2 lors de ses 3 derniers matchs.

8 (9). Texans (8-4)
Victoire cruciale pour les Texans alors que les Titans émergent sous Ryan Tannehill. Ce gain contre les Pats, le premier de Bill O’Brien en 6 essais contre Bill Belichick, leur permet de maintenir seuls le sommet de leur division avec un calendrier favorable pour clore la saison.

9 (7). Vikings (8-4)
Kirk Cousins reste sans victoire lors des lundis soir (0-8), mais il a plutôt bien fait contre les Seahawks. Les Vikings ont prouvé qu’ils pouvaient rivaliser avec une équipe de premier plan dans un environnement hostile, ce qui doit être encourageant pour un groupe qui a peiné dans une situation similaire l’an dernier.

10 (13). Bills (9-3)
Les Bills avaient besoin de cette victoire, qui constituait leur premier (et seul) match aux heures de grande écoute de la saison. Depuis leur semaine de congé, leurs 5 victoires ont eu un écart de plus d’une possession, généralement le signe d’une équipe de premier plan. On a hâte de les voir contre les Ravens.

11 (11). Titans (7-5)
Les Titans ont bloqué 5 tentatives de placement cette saison, un chiffre astronomique considérant que la ligue au complet en a bloqué 12. Et, pour une 2e fois à leurs 3 derniers matchs, c’est un botté bloqué qui mène directement à la victoire, un gain important contre un rival de division.

12 (19). Steelers (7-5)
Ne soyez pas surpris si on commence à faire la danse des canards à Pittsburgh, alors que tout ce que fait Duck Hodges comme quart des Steelers est de gagner. En réalité, il est une légère amélioration par rapport à Mason Rudolph. La vraie raison de la fiche des Steelers est ceci :

13 (10). Cowboys (6-6)
Les Cowboys ont mené une première séquence à l’attaque de façon méthodique pour marquer un touché… et n’ont plus marqué jusqu’à ce que le match soit hors de portée. Beaucoup de talent dans cette équipe, mais elle est incroyablement mal coachée et se fait prendre chaque fois que le niveau de compétition s’élève.

14 (14). Rams (7-5)
Les Rams s’accrochent à un espoir de série avec un massacre des Cardinals. Dans ce gain, ils ont obtenu 351 verges d’attaque de plus que les Cards. À titre de comparaison, les Rams ont joué 6 matchs cette saison où ils ont obtenu moins de 351 verges.

15 (12). Colts (6-6)
Les Colts et Jacoby Brissett échappent le match contre les Titans avec 3 bottés ratés, dont 2 bloqués et un retourné pour un touché, et 2 très mauvaises interceptions. Un premier vrai mauvais match pour Brissett, qui n’est simplement pas le même sans TY Hilton. Depuis 2018, les Colts ont une fiche de 1-6 sans Hilton, et 15-6 avec Hilton.

16 (20). Bears (6-6)
Mitch Trubisky évite d’être le dindon de l’Action de grâce avec une très bonne 2e demie à Détroit, où il a mené 2 séquences de 80 et 90 verges pour des touchés. Les Bears n’ont plus le luxe de perdre et ont 4 matchs contre des prétendants aux séries pour clore la saison. Ça risque d’être compliqué.

17 (15). Browns (5-7)
Le dernier quart-arrière à avoir gagné à Pittsburgh est toujours Tim Couch après une 16e défaite de suite au Heinz Field. Ce revers est douloureux, surtout après avoir pris une avance de 10 points contre une attaque largement affaiblie, mais pour être honnête, personne ne s’attendait à voir les Browns se faufiler en séries.

18 (18). Eagles (5-7)
La défensive des Eagles avait tenu le fort récemment. Le fort s’est écroulé à Miami. Les Eagles gaspillent ainsi une occasion en or de se replacer dans la division en donnant 37 points aux Dolphins. Jerry Jones doit être mort de rire.

19 (16). Raiders (6-6)
Les Raiders ont surpris bien des gens cette saison, mais il s’agissait peut-être de la poudre aux yeux. Malgré leur fiche de 6-6, ils ont un différentiel de points négatif de 118 points et ont perdu un 5e match par 18 points ou plus, contre aucune victoire par plus d’une possession.

20 (17). Panthers (5-7)
12 sept. : 1 :28 à faire, ballon à la ligne de 2 de l’adversaire.
10 nov. : 0 :08 à faire, ballon à la ligne de 2 de l’adversaire.
24 nov. : 2 :21 à faire, ballon à la ligne de 3 de l’adversaire.
1er déc. : 0 :40 à faire, ballon à la ligne de 1 de l’adversaire.

Voilà où les Panthers ont échappé leur saison. Quatre occasions en or d’égaler ou de prendre les devants en fin de match et les Panthers ont marqué exactement zéro touché dans ces 4 occasions.

21 (21). Chargers (4-8)
Avec une fiche de 4-7, les Chargers n’avaient aucune raison de jouer pour la prolongation. C’est pourtant ce qu’ils ont fait en tentant un placement en 4e et 1 et une minute complète au cadran. Et comme seuls les Chargers savent le faire, ils commettent une punition de 37 verges sur le jeu suivant et perdent le match en temps réglementaire.

22 (22). Buccaneers (5-7)
Tampa : 5 victoires. Jacksonville : 4 victoires. Miami : 3 victoires. À défaut d’une course pour les séries, les Bucs pourront au moins se consoler en se disant qu’ils sont les rois de l’État de la Floride après un gain facile contre les Jaguars.

23 (23). Cardinals (3-8-1)
On s’attendait à ce que Kyler Murray soit ralenti pour ce match, mais c’est l’équipe en entier qui semblait avoir des douleurs aux ischio-jambiers, et plus particulièrement en défensive. Dans leur série de 5 défaites, les Cards ont permis en moyenne 31,8 points par match et, attachez-vous bien, 473,8 verges par match!

24 (28). Broncos (4-8)
C’est la saison des cadenas à Denver après le premier gain en carrière de Drew Lock. Le jeune a marqué des touchés sur les 2e et 3e séquences à l’attaque de son parcours professionnel et les Broncos balayent les Chargers. La progression de Lock sera suivie de près d’ici la fin de l’année.

25 (24). Jets (4-8)
Après 3 victoires de suite en marquant 34 points, l’offensive des Jets s’engouffre contre l’une des pires défensives de la NFL. Les Jets avaient certes beaucoup moins en jeu que les Bengals, toujours à la recherche d’une première victoire, mais de ne pas marquer de touché contre une équipe qui avait alloué au moins un touché à leurs 63 derniers matchs est inexcusable.

26 (25). Jaguars (4-8)
Depuis le retour au jeu de Nick Foles, les Jaguars ont perdu par 22 et 20 points, et perdaient par 25 à la demie contre les Bucs, avant de remettre « la moustache » au poste de quart. On a hâte au printemps pour un ménage bien utile dans cette organisation, dont la fiche après le mois d’octobre depuis 2018 est de 2-10.

27 (26). Falcons (3-9)
Les Falcons ont réussi 3 bottés courts contre les Saints, soit autant que tout le reste de la ligue pour toute la saison 2019 à ce moment. Voilà de loin le fait saillant de leur match. Ils ont maintenant 9 défaites pour une 2e saison de suite. La dernière paire de saisons avec 9 défaites et plus avait coûté le poste de leur ancien entraîneur.

28 (27). Lions (3-8-1)
En David Blough, les Lions ont mis leur sort dans les mains d’un illustre inconnu jeudi. Et un peu comme Nick Mullens l’an dernier, cet inconnu s’en est bien tiré. Le problème, c’est que le partant peut s’appeler Blough, Driskel, Stafford ou Montana, c’est la même défensive insipide de l’autre côté du terrain. La recherche d’un nouvel entraîneur est déjà commencée.

29 (30). Dolphins (3-9)
Fitz-magic est de retour. Contre les Eagles, il nous a sorti son meilleur truc : un excellent match qui fait oublier plusieurs mauvais et qui sera probablement suffisant pour avoir un poste de substitut l’an prochain, avant de trouver une autre façon d’être partant et de connaître 1 ou 2 bons matchs, qui vont faire oublier plusieurs mauvais et qui sera etc. etc.

30 (32). Redskins (3-9)
Deux victoires de suite pour Dwayne Haskins et les Redskins relèvent de l’exploit, alors que l’offensive aérienne de l’équipe n’a pas connu de match de 200 verges depuis la 3e semaine. Le jeu au sol s’est amusé contre les Panthers, particulièrement Derrius Guice, dont l’énorme potentiel avait jusqu’ici été gâché par de multiples blessures.

31 (31). Bengals (1-11)
Maintenant que les Bengals ont évité l’embarras d’une saison sans victoire, ce serait probablement une bonne idée de retourner à Ryan Finley. Après tout, ils peuvent encore se permettre une victoire, alors que c’est sûr à 99,9% que les Giants ne repêcheront pas de quart-arrière, mais pourquoi prendre le risque? Avec les Browns à 2 reprises et les Dolphins, un scénario où ils terminent la saison avec 4 victoires et le 5e choix est encore envisageable.

32 (29). Giants (2-10)
Les gagnants du jour alors que tous « les perdants » ont gagné, sauf eux. Si le repêchage avait lieu aujourd’hui, les Giants seraient 2e, derrière les Bengals et ça semble évident que du renfort en défensive serait la priorité après avoir accordé 30 points et plus pour un 7e match cette année.

Commentaires

Toute l'actualité francophone du football américain.

Catégories

Archives par mois

Copyright © Le Blitz NFL - Tous droits réservés

En Haut